Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Robert Lepissier
Robert Lepissier

« Houston, le changement que nous recherchons est toujours à des mois et à des kilomètres de distance de nous, et il nous faut les bonnes gens du Texas pour nous aider à y arriver. Nous avons besoin de vous pour lutter et pour conquérir chaque délégué qu'il nous faut pour gagner cette candidature. » Ainsi parlait le conquérant hier, avec peu d’élégance toutefois, puisqu’il avait pris la parole alors qu’Hillary Clinton avait déjà commencé à parler. Naturellement, toutes les chaînes de télévision ont privilégié Obama au détriment de la Clinton; Barack porte de plus en plus l’habit du vainqueur devant une Hillary qui avait oublié de le féliciter hier, avant de le faire ce matin. Ce ne fut d’ailleurs pas le meilleur des discours de Barack. Mais remarquablement toutefois, Barack avait les pieds sur terre, et de manière terre-à-terre en plus: il s’est offert le temps d’expliquer et d’inviter ses supporteurs à voter par anticipation, dans ces dédales électoraux des plus compliqués par moment, par État, et le Texas –dont la forme géographique me rappelle toujours mon cher Gabon, est effectivement un bon exemple.
La marche victorieuse continue et, encore une fois, je reste lucide et me demande toujours comment les Clinton pourront bien arrêter la force de ce mouvement. J’y pense et puis j’oublie. C’est pas de mes affaires, je me dis bien en bon Québécois. Elle semble elle-même, l’Hillary, avoir la Solution pour l’Amérique, puisque c’est son slogan de campagne. En attendant, le message du jour reçu de l’équipe de campagne de Barack dit bien que bientôt, très bientôt, un million de personnes, vont donner de leur argent, de cinq à vingt-cinq dollars généralement, dans cette campagne de financement populaire qui toujours refuse la contribution des grandes firmes d’avocats et de lobbyistes à la marche de Barack sur Washington DC. L’histoire continue à s’écrire sous toutes les formes et sous nos yeux, admirablement.


Ad Valorem


Rédigé par psa le 20/02/2008 à 17:20
Tags : obama élections Notez