Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Un Travail de Titan
Un Travail de Titan
Après une première et rapide lecture du texte de Michel Kinvi « La pièce qui manquait », l’auteur découvre et nous expose le génie politique d’Agbéyomé Kodjo. Mais étonnamment, il pose une analyse qui tient en cordon l’une des rares compétences multiformes du Togo qui réside en Agbéyomé Kodjo, devant les apprentis politiciens et gestionnaires de la chose publique que demeurent les Gilchrist Olympio et Cie. Devant l’avenir du Togo, il est temps de comprendre que ce pays ne peut se permettre le rejet de ces rares valeurs sûres au rang desquelles figure, et de très loin, Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo. Le souffle rafraichissant d’Agbéyomé est effectivement une audacieuse perspective qui mérite une pleine reconnaissance. Celle-ci ne doit pas être tributaire des erreurs et des malfaisances très regrettables du parti au pouvoir, le Rassemblement du Peuple togolais (RPT), notamment ce que rappelle Michel Kinvi : « le drame de la lagune de Bè, l’assaut de la primature, les massacres de Freau jardin, les tueries de 2005 ». Pour n’être pas imputables à Agbéyomé Kodjo, ces faits ne peuvent et ne doivent atténuer la portée du constat que dresse Michel Kinvi sur le président de la formation politique OBUTS. Gilchrist Olympio aura beau être populaire, son incompétence politique et celle des autres ne peuvent constituer la norme, pas plus que la proclamation d’une appartenance continuelle à une certaine opposition sclérosée et en mal d’idée et de leadership. Agbéyomé Kodjo établit par lui-même, un nouveau standard qui n’a rien avoir avec les attributs des personnes qui incarnent l’échec politique au Togo, dont le plus retentissant a eu lieu en 2005, au travers de l’incapacité de cette opposition à renverser le destin d’un pays en mal d’avenir, au lendemain de la disparition du président Eyadema. Il faut rendre à Agbéyomé Kodjo, la reconnaissance de toute sa compétence et cesser de le discréditer par d’inélégants propos allusifs, très caractéristiques des gens qui ont confisqué le devenir du Togo, et incapables d’articuler clairement leur vision et leur programme lorsque l’occasion leur est offerte. Pour responsable qu’il puisse être, Agbéyomé Kodjo le demeure devant son désir d’un autre Togo, et pas du tout du comportement et des réactions du RPT après les prochaines élections présidentielles de 2010. Je reste ainsi surpris que les propos de notre ami Michel Kinvi ne soient allés au bout de leur logique en établissant la nécessité de reconnaitre la valeur, et la pleine valeur dans le contexte togolais, à la contribution titanesque du sieur Agbéyomé Kodjo. Le courage et la compétence d’Agbéyomé sont à saluer pleinement et entièrement. Au Togo, actuellement, ils n’ont tout simplement pas leur pareil dans ceux et celles qui sont activement engagés dans l’espace politique. Et les Togolais doivent apprendre à s'incliner devant le beau et à saluer la compétence, sans hésitation et faux semblant aucun. Bravo Agbé !


Ad Valorem


Rédigé par psa le 22/10/2009 à 07:00