Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Le roi Al changé en reine de l’écologie
Le roi Al changé en reine de l’écologie
« Ils ont tous deux traversé des déserts (politiques) après avoir connu des sommets (politiques aussi) et partagent une même raideur qui les empêche d’être perçus comme charismatiques.
Ils ont tous deux une conception très rigoriste de leur rôle au service de l’Etat (le « droit dans mes bottes » du premier vaut l’éducation Ivy league de l’autre) et prétendent être habités par une tentation à laquelle ils n’ont pas cédé…pour l’instant : Venise pour l’un, une nouvelle candidature à la Maison Blanche pour l’autre.
Alain Juppé a-t-il vu dans le parcours de l’ancien vice-président américain un exemple de renouvellement intelligent ? Le parallèle est, en tout cas, intéressant.
Al Gore est, à 59 ans, devenu le chantre de la lutte contre le réchauffement climatique. Le documentaire qui relate sa « bataille » a obtenu un Oscar et bien d’autres prix et lui vaut d’être reçu par les grands de ce monde. Son nom fait même partie de la short list des Nobelisables, en octobre. Mais Al Gore, c’est aussi « l’ex-futur Président » de la plus grande puissance du monde, dont la victoire a été « volé » dans son esprit par la Cour suprême des États-Unis qui lui a refusé le ‘recompte’ des votes en Floride en 2000.
Un sentiment d’injustice partagé par un ex-Premier ministre agé de 62 ans, contraint de « prendre sur lui » une décision judiciaire qui l’a écarté de la scène politique française. Pire, qui lui a fermé la porte vers l’Élysée pourtant grande ouverte, pour lui, par Jacques Chirac qui voyait en lui « le meilleur d’entre nous ».
Le vice-président avait prédit l’avènement d’Internet bien avant les autres. Le prof québécois a compris tôt qu’un blog décrisperait son image.
Depuis quelque temps, Alain Juppé s’est saisi de l’urgence environnementale. "J'ai lu le pacte de Nicolas Hulot, j'ai vu le film d'Al Gore, celui d'Arthus-Bertrand. J'ai participé à Montréal à une conférence sur le réchauffement climatique. Je me sentais déjà concerné avant. Un peu. Là, j'ai compris que si nous ne nous relevions pas les manches, nous organisons un suicide collectif", rappelle Anne Le Gal.
Aujourd’hui ministre de l'Écologie, de l'Environnement, du Développement durable, il réussit déjà à paraître crédible dans ce nouveau rôle. Qui aurait parié sur un tel retournement il y a peu ?
Reste maintenant à ne pas décevoir les espoirs que ce super-ministère a fait naître… »
Melcher Robert, le JDD


Horizon


Rédigé par psa le 19/05/2007 à 04:42