Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Vivre le compromis et faire naître la confiance
Vivre le compromis et faire naître la confiance
Le problème togolais est beaucoup plus complexe qu’il ne paraît. On est au 11e ou 12e dialogue et les résultats attendus sont loin d’être évidents. Pour certains, on vogue de « mensonge en mensonge » à chacune de ces rencontres, persuadés que personne n’appliquerait les résolutions à la fin du présent dialogue; pour d’autres, l’exercice mènerait à « une sortie de crise par le bas » qui se confondrait tout simplement à une compromission. Il se pourrait que les choses en soient ainsi. Mais avons-nous le choix depuis que l’occasion du changement a été ratée par cette même opposition togolaise, friande de radicalisme et de très peu de stratégie. L’occasion ratée du changement véritable, démocratique pour tous, sans vengeance et qui n’aliène pas les héritiers du système et de la personne de feu Eyadema a bien été dilapidée sur l’autel des égos politiques de quelques leaders qui n’ont jamais eu assez de respect pour eux-mêmes pour s’entendre sur un minimum d’apprentissage du compromis et du réalisme dans leur propre rang.
Quelle idée que d’exclure un Edem Kodjo au moment même où il fallait négocier avec la communauté internationale? Quelle idée que de faire des marches de soutien à vos adversaires politiques alors que d’autres sillonnaient le monde à plaider leur « bonne foi » politique, malgré leurs erreurs? Quelle idée que de choisir un Bob Akitani pour rivaliser avec Faure Gnassingbé?
Faute d’avoir pratiqué l’art du compromis dans ses propres rangs, l’opposition togolaise doit se mettre à cette école de la diplomatie des petits pas politiques; durement, mais inévitablement. Mais ici encore, personne ne parle de la responsabilité de ceux là qui ont jeté des jeunes Togolais dans les rues, sachant bien ce qui les attendait… Une partie de l’opposition togolaise doit faire preuve de modestie, agir en Hommes d’État et travailler à mériter le pouvoir.

Silence


Rédigé par psa le 24/05/2006 à 12:44