Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




En plein effort, Marianne fait courir les Français… et pas trop les Françaises
En plein effort, Marianne fait courir les Français… et pas trop les Françaises
« Toute proportion gardée, on s'approche de l'échéance avec la fièvre qui prévaut les veilles de grands matchs ou lors de quelque concert mythique de rock. (...) Mais qu'est-ce qui les fait courir comme ça, les jeunes et les anciens, les femmes et les hommes, les autres et les uns ? Probablement le vent mauvais d'un certain 22 avril ne cesse-t-il de pousser le peuple aux urnes comme les marins aux abris les soirs de tempête redoutée. Mais l'explication risque d'être insuffisante. Peut-être faut-il encore y voir, au coeur d'un vaste désarroi générationnel, une aspiration à une société nouvelle. »
Didier Pobel, Le Dauphiné Libéré

« C'est la ruée vers l'urne ! Et cela rassérène, après tant de discours sur le désenchantement des citoyens. De savants analystes vont bien sûr disserter du remords des bobos et du réveil des banlieues. Ils n'auront pas tort, et manqueront l'essentiel : depuis le désir d'alternance de 1981, jamais on n'avait perçu une telle volonté de rupture. D'avec quoi, et avec qui ? Allez savoir, quand tous les candidats se réclament de la rupture... Ca nous donne cette drôle de campagne où l'on adore détester, où l'on confie plus volontiers ses rejets que ses adhésions. »
Francis Brochet, Le Progrès

« Cet afflux d'inscriptions montre que, dès les derniers mois de 2006 se manifestait pour cette élection 2007 un très grand intérêt qui s'est confirmé depuis que la campagne bat son plein. (…) Que ne justifie pas vraiment, du moins jusqu'à présent, la qualité de la campagne. La bagarre qui oppose les trois candidats de tête a presque complètement supplanté le contenu. Les sondages aidant, on se passionne pour l'issue de la course, beaucoup moins pour ce que fera le vainqueur. Chacun des candidats avance des propositions, sans que l'on distingue bien le projet qui les porte »
Dominique Valès, La Montagne



Ad Valorem


Rédigé par psa le 29/03/2007 à 05:07