Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




La seule gentillesse, la seule générosité, la popularité seule ne suffisent plus pour fonder l’action politique et son efficacité dans le contexte togolais. Autant, la qualification à la coupe du monde de football d’Afrique du Sud 2010 ne constitue pas du tout la preuve de la vitalité de ces équipes nationales africaines. La vérité absolue n’existe pas; la seule vérité qui vaille se fonde sur la négociation, parfois avec ses pires adversaires, ses propres mauvaises habitudes et suffisances. Nous sortons ainsi de l’aire de la générosité pour entrer dans le temps de l’altruisme. L’Égypte, dont les premiers habitants et pharaons étaient bien des négro-africains vient de confirmer cette loi.


Le temps de l'altruisme
Le temps de l'altruisme
Je viens de refaire ce constat en écoutant un ami personnel, Benoît Ruelle, journaliste et producteur de l’émission Idées sur RFI. Mon cher Benoît recevait Philippe Kourilsky, biologiste, professeur au Collège de France et auteur de « Le temps de l’altruisme ». En effet, l’inefficacité dont le politicien togolais le plus populaire est porteur est fondamentalement due à ce manque d’altruisme politique face au schisme nord-sud qui caractérise le Togo. La méfiance existante, la base même du drame politique du 13 janvier 1963, la distribution des moyens et des forces en action au Togo, toutes ces considérations forcent une analyse autre que celle de la seule popularité. L’absence d’une vérité absolue conforte aussi dans la quête et la valorisation de la place du réalisme en politique togolaise. Il y a eu une perte de temps dont le temps lui-même s’est occupé à corriger en poussant littéralement dehors Gilchrist Olympio, inefficace comme il n’est pas permis d’être en politique. Et justement, la thèse de Philippe Kourilsky dans Le temps de l’altruisme est proche du diagnostic de la situation togolaise, tel qu’il ressortait déjà dans mon essai « Les deux solitudes ». Et la présentation de cet essai s’applique étonnamment au cas togolais : « Pour Philippe Kourilsky, si nous éprouvons tant de difficulté à résoudre les grands problèmes (…), c’est avant tout parce que nous ne percevons pas la réalité adéquate. L’accumulation des jugements individuels produit trop de divergences et trop peu de consensus pour fonder une action collective efficace. La voie à suivre est alors tracée. Il faut élargir notre regard sur le monde et sur nous-mêmes. Ce dépassement de nos limites requiert un certain travail, un exercice d’introspection rationnelle et une confrontation avec les autres. Il a pour conséquence de faire de l’altruisme une nécessité logique et pas seulement une option éthique. Incorporer l’altruisme dans la théorie et les sciences politiques, et particulièrement dans la théorie et la pratique économique, constitue donc un préalable indispensable à l’action collective. » La désignation de Jean-Pierre Fabre est-elle un avancement ou un motif de dépassement dans le paysage togolais? La question reste posée et elle ne peut être répondue sans cette nécessité d’altruisme politique, un élargissement du regard de l’intéressé sur la réalité togolaise. Et ces mois de février, mars avril 2010 sont encore une fois cruciaux dans la vie politique du Togo, cinq ans après l’opportunité ratée pour le changement et la réconciliation.


Ad Valorem


Rédigé par psa le 31/01/2010 à 15:31