Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




« Je pense que j’ai eu tort de demander un secrétariat d’Etat aux Droits de l’homme. C’est une erreur. Car il y a contradiction permanente entre les droits de l’homme et la politique étrangère d’un Etat, même en France. Cette contradiction peut être féconde mais fallait-il lui donner un caractère gouvernemental en créant ce secrétariat d’Etat ? Je ne le crois plus et c’est une erreur de ma part de l’avoir proposé au président. J’avais refusé ce ministère dans le premier gouvernement de Michel Rocard ! Cela dit Rama Yade a fait, avec talent, ce qu’elle a pu. » En fait, il l’a dit trois fois plutôt qu’une. Maintenant il doit vivre avec les conséquences désastreuses de ces propos inacceptables qui révèlent aussi la tentation avérée de mettre dehors du gouvernement français Rama Yade. Voici donc les propos exacts du petit Kouchner, puisqu’il est petit avec son autre petit de président Sarkozy ("Il faut qu'elle comprenne que c'est moi qui décide"), tels que prononcés ainsi que les questions qui venaient directement avant et après… Droit de honte à Bernard Kouchner !


«Vous en trouverez toujours pour renoncer à ce beau combat»
«Vous en trouverez toujours pour renoncer à ce beau combat»
>>>L’élection de Barack Obama donne-t-elle un motif d’optimisme ? Je l’espère. Je veux en être sûr. Il a dit vouloir s’occuper des pays en développement. Toute sa démarche politique, tout son engagement moral le tournent vers l’Afrique. Mais, il va avoir tellement à faire comme président américain. Je pense que ce sera plus facile avec lui mais il ne va pas inventer l’argent. J’espère que les égoïsmes ne vont pas l’emporter. >>>La France est-elle exempte de tout reproche en matière de droits de l’homme ? Quand on songe à l’arrestation de l’ex-directeur du journal « Libération »… L’arrêter comme cela, dans ces conditions, c’est honteux. Et pour une affaire qui n’avait pas une telle importance… Et on donne des leçons ! Heureusement le président de la République a fort bien réagi. Bien sûr qu’il y a des problèmes en France. Je pense que j’ai eu tort de demander un secrétariat d’Etat aux Droits de l’homme. C’est une erreur. Car il y a contradiction permanente entre les droits de l’homme et la politique étrangère d’un Etat, même en France. Cette contradiction peut être féconde mais fallait-il lui donner un caractère gouvernemental en créant ce secrétariat d’Etat ? Je ne le crois plus et c’est une erreur de ma part de l’avoir proposé au président. J’avais refusé ce ministère dans le premier gouvernement de Michel Rocard ! Cela dit Rama Yade a fait, avec talent, ce qu’elle a pu. >>>Pourquoi ? Parce que vous ne pouvez pas tout faire respecter, et que par conséquent vous êtes attaqué en permanence. Même quand vous agissez. L’essentiel est d’écouter les ONG. >>>Il faut donc supprimer le secrétariat d’Etat de Rama Yade ? Attention, je parle de la structure bien sûr, pas des personnalités. L’important c’est d’agir. J’ai signé le bannissement, l’arrêt de la fabrication et la destruction des armes à sous-munitions. Je l’ai fait accepter par l’armée française et par mon ami Hervé Morin, nous avons signé le traité à Oslo dans la salle des prix Nobel. J’ai fait cela avec Handicap international et cinq autres ONG. Quand les acteurs de l’humanitaire comprennent qu’on n’est pas toujours ennemis, voilà le résultat. Certes le Brésil, les Etats-Unis et la Chine n’ont pas encore signé, mais 102 pays l’ont fait ! Voilà une avancée concrète sur les droits de l’homme. De même, il est important que Rama Yade s’occupe avec passion des droits des enfants et de ceux des femmes, notamment en matière de violences sexuelles. Il ne faut pas de titre pour être efficace. On ne peut pas diriger la politique extérieure d’un pays uniquement en fonction des droits de l’homme. Diriger un pays éloigne évidemment d’un certain angélisme. >>>Vous êtes un ministre en colère ou heureux ? Je suis très heureux… Ça ne m’empêche pas d’être en colère. Le jour où je ne le serai plus, je serai mort. (Propos recueillis par Henri Vernet, Dominique de Montvalon et Charles de Saint )

Horizon


Rédigé par psa le 11/12/2008 à 11:43
Notez