Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Fin attendue d'une évolution
Fin attendue d'une évolution
« La trêve aura été de courte durée. Depuis plusieurs mois, Nicolas Sarkozy expliquait à qui voulait l'entendre que tout allait pour le mieux entre Chirac et lui. L'intervention très consensuelle du président de la République le 14-Juillet n'en était-elle pas la preuve ? Les politesses et les signes d'unité affichés entre chiraquiens et sarkozystes à l'université d'été de l'UMP à Marseille n'en faisaient-ils pas la démonstration ? Deux semaines plus tard, ces manifestations de bonne volonté font figure de souvenirs défraîchis.

Lundi 18 septembre sur Europe 1, Jacques Chirac a remis les pendules à l'heure. Sur à peu près tous les sujets. La suppression de la carte scolaire ? « Ni réaliste ni juste. » Les régimes spéciaux ? « Il faut peut-être les étudier, mais certainement pas en vertu du principe du «y a qu'à» », a assené le chef de l'Etat. Et de lâcher, au sujet des diverses propositions de réforme lancées par le président de l'UMP : « Ce sont des mots. » En clair : avant de s'occuper de« la France d'après », Sarkozy serait bien inspiré de faire son travail actuel de ministre de l'Intérieur. Chirac n'a guère commenté le récent voyage de Sarkozy aux Etats-Unis - sévèrement jugé par l'Elysée -, sauf pour indiquer, qu'il n'avait « pas le sentiment d'avoir commis une erreur à propos de l'Irak ». Et pourtant c'est bien le sujet qui fâche. »

Carole Barjon, Nouvel Observateur


Ad Valorem


Rédigé par psa le 21/09/2006 à 11:31