Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Goncourt des Lycéens 2010


Je ne saurais donner le résultat du Goncourt des Lycéens 2010, encore moins le Prix Goncourt 2010 lui-même. J’aurais bien aimé! Mais voilà… Après avoir encouragé Éda à y participer et à lire les 14 livres en si peu de temps pour avoir droit au vote, et ainsi de suite, que la représentante de sa classe puisse voyager de Montréal à Paris pour le vote final des Lycéens et des Lycéennes –ce sont généralement les filles qui s’astreignent à cet exercice, voilà que tout est fait.
Le vote d’Éda et de sa classe, fièrement promis à tous ceux et celles qui ont deux oreilles et ont eu le malheur de me parler dernièrement, où qu’ils se trouvent, se présentent ainsi :

Choix d’Éda :
1. Une année chez les Français de Fouad Laroui
2. Apocalypse bébé de Virginie Despentes
3. Une forme de vie d'Amélie Nothomb

Choix de la classe :
1. Apocalypse bébé de Virginie Despentes
2. Six mois, six jours de Karine Tuile
3. Retour aux mots sauvages Thierry Beinstingel


Mieux encore, et comme un bonus, les deux présentations –assez épurées je trouve, qu’Éda a données de deux des 14 livres et publiées sur le site du Goncourt des lycéens 2010 : La carte et le territoire de Michel Houellebecq et Une forme de vie d’Amélie Nothomb. Ce qui est intéressant dans le choix d’Éda de publier ces résumés, c’est justement le fait qu’elles portent sur les œuvres qui ne constituent pas forcément ses propres premiers choix. C’est une qualité que de pouvoir dire clairement ce que l’on aime et aussi pr¸eter attention pour ce que l’on peut moins aimer pour toutes sortes de raison. Ici, je paraphrase mon éminent professeur, professeur émérite par ailleurs, le vieux Pierre Danseraux, qui nous disait bien : « On définit les choses par ce qu’elles sont, et aussi par ce qu’elles ne sont pas. » Ce qu’on aime se dit, ce qu’on n’aime pas se dit également. J’ai dû dire cela beaucoup de fois… Éda en garde les germes précoces et simples... C’est vraiment la fille de son père! N’est-ce pas?


La carte et le territoire de Michel Houellebecq
mercredi 27 octobre 2010
par CLASSE-OUTREMONT

Michel Houellebecq, dans son roman La carte et le territoire nous présente un personnage que, jusqu’à présent, je n’ai pas réussi à cerner.
Lui même semble confus malgré le fait qu’il puisse se confier à ses amis, à son père et à la femme qu’il aime.
Pour un artiste, il ne s’exprime pas assez.
L’apparition de l’auteur dans son roman m’a paru étrange. Surtout qu’il finit pas se faire assassiner. On nous donne une vision pessimiste du fait que la mère de Jed Martin s’est suicidée et son père finit pas se faire euthanasier.
Sans oublier la mort d’un ami très cher à lui, voire son confident.
Malheureusement, je ne peux pas dire que ce livre m’a beaucoup accrochée même si certains passages étaient intéressants.

Éda Adjété.


Une Forme de vie de Amélie Nothomb
mercredi 27 octobre 2010
par CLASSE-OUTREMONT

Amélie Nothomb, tout au long de son roman Une Forme de vie ne cesse de nous mener en bateau ce qui m’a particulièrement plu.
On commence par croire naïvement à l’histoire parfaitement bien construite de Melvin Maple. Puis, l’on s’imagine que l’auteur va finir par rencontrer son correspondant américain. Tout nous semble réel au début. Cependant, le geste d’Amélie Nothomb à la fin nous amène à réaliser qu’on est dans une fiction.
Quelques questions me tourmentent :
Que se serait-il passé si Melvin Maple avait dit vrai ?
Que se serait-il passé si Amélie Nothomb avait rencontré son correspondant ?
Devrions-nous douter de l’honnêteté d’Amélie Nothomb ?
Serait-elle en train de nous faire part de ses propres défauts ?

Éda Adjété.



Ad Valorem


Rédigé par psa le 05/11/2010 à 02:00