Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Siempre Semprún!


Jorge Semprún… jamais à l’étroit


Jorge Semprún fait partie de ces intellectuels féconds dont la politique a su profiter. Écrivain, réalisateur, dialoguiste de plusieurs films dont « Z » et « l’aveu », Jorge Semprún avait aussi assumé la charge de ministre de la culture dans la jeune république espagnole post-franco. Jorge Semprún s’en est allé définitivement ce mardi dans, dans sa ville de prédilection qu’est Paris. À 87 ans, on peut bien dire qu’il avait donné suffisamment à la vie pour faire valoir son droit à « La Deuxième mort de Ramon Mercader » -le titre de son roman pour lequel il avait reçu le Prix Femina de 1969. Il faudra alors à ce divin personnage amoureux des « utopies mobilisatrices » comme il le disait lui-même, il faudra désormais à Jorge Semprún «Une tombe au creux des nuages»… un autre de ses titres mythiques et rêveurs.

Comme tous ces grands personnages, Jorge Semprún était un véritable engagé pour les causes nobles, ces idées qui ne sont jamais à l’étroit partout où elles sont émises ou soutenues. Espagnol et Français, Jorge Semprún était membre de l'Académie Goncourt depuis 1996. Résistant reconnu, communiste raté, il a su se relever de cette croyance idéaliste en se consacrant pleinement à l’écriture et aux conférences avec les jeunes des lycées et collèges. Il me rappelait par moment Édem Kodjo -communiste en moins dans le cas d’Édem, mais néanmoins reconnu pour ses capacités intellectuelles énormes et un talent d’ouverture qui demeure fascinant lorsqu’on approche l’ancien Secrétaire général de l’Organisation de Unité Africaine, l’ancêtre de l’Union Africaine. Un Édem Kodjo qui vient d’ailleurs d’être gratifié dans sa dimension civile par sa nomination dans le sélect Ordre des Arts et des Lettres du printemps 2011; lequel regrouperait des personnalités de 64 nationalités différentes s’il faut croire les indiscrétions qui filtrent jusqu’à maintenant.

Jorge Semprún quant à lui reste aussi vivant dans toutes ces œuvres, surtout par sa présence clandestine ainsi que sa liberté non dévoyée... Une liberté qu'il avait le talent d'admirer par beau temps ou mauvais temps. Siempre Semprún!


Silence


Rédigé par psa le 08/06/2011 à 01:44