Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Il était temps pour la Fédération Togolaise de Football de donner de la voix. Elle s’est fait entendre ce matin même et de la bonne manière. Cela ne règle pas tout, mais le mérite de cette lettre est d’exister, enfin, pour officialiser la position de l’organisation et éveiller la CAF à mieux jouer son rôle d’arbitre, au lieu de trop se pencher d’un seul côté comme la Tour de Pizz. Une bonne mise au point ! Un réveil ou un éveil à la difficile réalité de cette fédération sur un fond rouge vif, désormais prompt à la réplique… Jugez-en !


La majorité silencieuse contre-attaque
Lomé, le 20 juillet 2007


Fédération Togolaise de Football
(FTF)

À :
Monsieur Mustapha Fahmy
Secrétaire général
Confédération Africaine de Football (CAF)
3 Abdel Khalek Tharwat Street
6th October City, EGYPT
Fax: 202 837 0006

(No de Référence : 427/BE/FTF)


Monsieur le Secrétaire général,

Les péripéties qui sont celles de notre fédération nationale depuis les derniers mois ne vous sont probablement pas étrangères; elles sont mêmes de notoriété mondiale.

Depuis, les élections du présent Bureau exécutif le 9 janvier 2007, sous l’instigation de la FIFA et avec la participation effective de votre organisation, la CAF, les conditions de l’exercice de notre mandat sont loin d’être idéales à cause du reliquat apparent de conflits qui, malheureusement, n’ont pas pu s’estomper durant les six premiers mois de notre mandat.

C’est dans cette situation que votre sanction, la décision du Jury disciplinaire de la CAF au sujet de la dénommée « Tentative de corruption lors du match Togo v. Tunisie dans le cadre du championnat U-17, Togo 2007 » est venue compliquer une situation suffisamment délicate que nous avons su contenir jusque là.

Au terme de cette décision, au chapitre « Voies de Recours » qui a servi de conclusion à votre lettre d’information adressée à notre fédération nationale, vous avez clairement mentionné que :
« Si la ou les parties décident d’interjeter appel, la décision devient exécutoire à l’expiration du délai d’appel. »

Sur la base d’une telle indication formellement inscrite dans votre décision de sanction à l’encontre du Président de la Fédération Togolaise de Football, M. Avlessi Tata de Mass, il est difficile de ne pas comprendre le caractère suspensif de la procédure d’appel qu’il a initiée avec l’aide de ses avocats; à tout le moins, M. Avlessi Tata de Mass ne nous paraissait pas tomber sous le coup des sanctions avant « l’expiration du délai d’appel » tel qu’édicté par vos propres soins.

Aussi, la présence aux réunions du Bureau exécutif de M. Avlessi Tata de Mass en cette particulière circonstance, quoique légitime à nos yeux car conforme à vos propres indications, ne suggère en rien qu’il ait présidé à leur conduite effective ; sa désignation même par le titre de Président est devenue une marque sociale de nos milieux de vie, et une telle appellation survivra en dehors des considérations du moment.

Par ailleurs, dans le cadre d’une organisation régulièrement active face aux besoins intenses du football dans nos pays africains et quelle que soit l’interprétation à donner à votre décision durant cette particulière période de quelques jours de Délai d’appel, nous voyons difficilement comment une fédération nationale puisse s’empêcher de recevoir et d’entendre la personne qui jusque là présidait à sa destinée.

Permettez-nous de vous rappeler que malgré la dissidence bien connue de certains membres du Bureau exécutif, en aucun moment notre organisation ne s’est retrouvée en situation d’illégalité : la majorité des membres a toujours soutenu toutes nos décisions de gestion dont celle qui ont frappé les membres fréquemment absents sans motif, les dissidents et aujourd’hui démissionnaires, au point que la période d’annonce de cette mesure ne pourrait nullement éteindre la validité des faits de défaut de participation de ces personnes aux travaux de notre Fédération; des faits constatés, documentés et accumulés contre eux, depuis des mois.


Monsieur le Secrétaire général, vous comprendrez notre grand étonnement devant votre prétention à vouloir annuler les décisions régulièrement prises par la majorité des membres du Bureau exécutif de la Fédération Togolaise de Football, même dans le temps du Délai d’appel où votre décision n’est pas exécutoire.

En cette autre période particulière que traverse la Fédération Togolaise de Football, vous nous laissez sur l’impression d’un acharnement qui commence à étouffer la majorité des membres de notre Bureau exécutif dans ses prérogatives inaliénables de gérer notre organisation; cet état de fait est de nature à questionner l’impartialité et la grandeur de jugement que nous sommes en droit d’attendre de vous-même et des instances de la CAF.

Nous pensons raisonnablement que la légalité prévaut toujours au niveau de la gestion de la Fédération Togolaise de Football qui, au-delà des conflits de personnes, désire préserver sa sérénité afin de faire face adéquatement aux responsabilités qui sont les siennes, dans la gestion du football togolais et de l’image même de notre pays le Togo.

Nous voulons compter sur votre bienveillante collaboration à réussir notre mission et vous prions de bien vouloir agir en conséquence.

Recevez, Monsieur le Secrétaire général, l’expression de notre considération très distinguée.


(Signature)
Louis Téyi Lawson-Gallus
Membre du Bureau exécutif, Doyen d’âge
Président intérimaire


CC : FIFA

Horizon


Rédigé par psa le 20/07/2007 à 09:02