Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




La mue de Sarkozy
Avouons que la chose est rare en démocratie occidentale : le luxe d’un gouvernement d’ouverture en situation de majorité. Elle pourrait marquer alors, une aube nouvelle dans l’interprétation des résultats électoraux. Il est une réalité incontournable que l’opinion est de plus en plus vacillante avec une bonne cohorte qui bascule d’un coté, bien souvent au dernier moment des périodes d’élection. La France n’a pas échappé à cette donne nouvelle. La majorité ainsi conquise par le gagnant, Nicolas Sarkozy, est loin d’être totalement absolue, mise en rapport avec le potentiel des électeurs ou la population électorale effective. Ce froid constat, parmi tant d’autres, est agrémenté de particularités contextuelles, certes.

En France, on ne peut raisonnablement pas s’inscrire dans la volonté de changement sans réunir les atouts de l’ouverture aux autres acteurs et poser des actes symboliques de compromis pour y parvenir. Non seulement cette volonté de changement et de large rassemblement a littéralement transformé la campagne de Nicolas Sarkozy dès janvier 2007, mais l’homme s’est fait oindre de cette miction salvatrice que sa personnalité est devenue mielleuse et attrayante aux politiciens de tous les bords. L’idée ancienne que la majorité donne droit à tout faire a souvent mené au blocage, en France particulièrement. Le temps nouveau de l’ouverture et du compromis politique correspond davantage aux valeurs citoyennes émergentes. Les socialistes ont beau crié au loup, cet animal ne mordra plus, il est dompté, il est un doux chat parti à la conquête des autres.

Mais ici également, nous ne serons pas vendeurs de peau de gazelle noire en plein mouvement; disons que la nouvelle chatte démocratique n’est pas encore sortie du sac, nous en voyons à peine la poitrine et le visage. Ayons le plaisir d’attendre. Sans doute, nous y gagnerons au change démocratique.


Silence


Rédigé par psa le 19/05/2007 à 05:44