Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Texte introductif à la deuxième publication de :
« Appel pour un renouveau démocratique au Togo : le Grand Pardon »


Le Grand Pardon... Une Symphonie Inachevée
Déjà en son temps, l’Appel au Grand Pardon d’Édem Kodjo chantait la Liberté. Il l’avait compris: aucune Liberté n’est gratuite -Freedom is not Free! Pour cette reconquête de Liberté dans les pures traditions togolaises et africaines –et en toute conformité avec l’histoire de la démocratie athénienne devenue universelle, il fallait bien concéder le Grand Pardon, il fallait bien tracer une ligne pour réellement redémarrer un Togo différent de son passé, tracer une ligne claire et droite et non une ligne floue et oblique. Le réalisme du Grand Pardon le mettait du côté du peuple conquérant de sa Liberté et il y est resté.

Ce penseur lucide et acteur invétéré de l’art politique que demeure Édem Kodjo l’avait compris, bien compris avant nous tous qui n’y voyons pas toujours clair à cette époque là… Certains auront mis exactement vingt ans pour enfin l’avouer publiquement; d’autres n’y adhèrent toujours pas encore. En réalité, très peu de gens était préparé à garder la tête froide devant le déferlement de démocratie et sa canalisation nécessaire au plan administratif, politique, social, économique et symbolique. Une canalisation qui se devait de réussir afin de garantir le changement dont tout le Togo avait soif. Nous étions en 1990!

Vingt ans plus tard, vingt longues années après, comme une Symphonie inachevée (dixit Zeus Ajavon) le même refrain du Grand Pardon demeure d’actualité à travers son parti pris pour la Liberté, le Patriotisme et le Développement, et contre « la violence politique », « la manipulation de l’histoire » et « le tribalisme » clairement énumérés par Édem Kodjo. C’est un constat d’une rigueur implacable qui, au lieu d’y aller par quatre chemins, s’est judicieusement limité à ces trois maux qui piègent l’avenir du Togo et empêchent de sortir le pays de « L’ère des solutions opaques, des démarches obliques, du contournement de la réalité » pour enfin « répondre à la légitime impatience du peuple ».

En relisant ce texte puissant que nous recommandons fortement à l’exploration nouvelle, et en le méditant avant son opportune diffusion, on est surpris et interpellé à chaque paragraphe par une observation récurrente: «…et si Édem Kodjo était véritablement le digne héritier des grands hommes politiques qui avaient toujours eu le souci d’un continent africain uni et la fierté de l’indépendance de chacun des pays …pourquoi ne le serait-il pas? …pourquoi dans toute sa compétence et habileté politiques ne serait-il pas le véritable héritier du père de l’indépendance et fervent défenseur de la Liberté du Togo et du continent africain? ».

L’on arrive aisément à ce constat en redécouvrant la profondeur du texte, la sérénité des propos, la densité de la conviction, l’agilité du raisonnement et surtout, surtout la générosité de la prophétie que personne d’autre n’a su énoncer jusqu’à maintenant; une prophétie dont personne d’autre n’a su être porteur pour en donner un retentissant écho. Écoutons Édem Kodjo formuler autrement la problématique togolaise… il y a déjà vingt ans, en homme d’État, Édem Kodjo disait ce qui devait être dit, sans réclamer aucun héritage politique:
« Farouchement attaché au Togo qu’il avait conduit à l’indépendance dans l’honneur et la dignité, le Président Sylvanus Olympio dans sa dernière demeure ne nous dénierait ni le droit ni le devoir de refuser que le sang qu’il a versé soit un objet permanent de discorde entre ses compatriotes. L’heure est enfin venue de réaliser le Grand Pardon. »

Ça c’est fort ça! Malgré toutes les évolutions passées et récentes, il y a manifestement devoir national en ce Grand Pardon! C’est tellement for habile que cette retranscription d’un drame fondateur prenait subitement la forme d’un programme politique national de réconciliation, courageusement déposé devant tout Président de la République togolaise, quel qu’il soit, et au pied de chacun des citoyens de ce pays. Mais alors, tout doit se faire dans la transparence, le respect et la bonne foi :
« Nous en appelons au patriotisme de tous les Togolais. Qu’ils comprennent qu’il n’existe pas de douleur ni de souffrance qui résiste indéfiniment au temps, que près de trente ans après les dramatiques événements de 1963, l’heure a sonné de tendre les uns vers les autres, les paumes ouvertes de la réconciliation. Nous demandons au Gouvernement, et particulièrement au Président de la République d’admettre qu’en dépit des déclarations officielles, la réconciliation n’a jamais été effective dans notre pays. En conséquence, nous adjurons le chef de l’État de tout mettre en œuvre pour qu’intervienne au plus vite une véritable union et réconciliation entre les enfants du Togo. Pour ce faire, il doit se surpasser et faire les premiers pas en proclamant une amnistie générale pour tous les délits politiques y compris ceux qui se sont traduits par un recours à la violence.
(…)
Nul doute qu’en l’absence du Grand Pardon, les autorités actuelles, hantées par une vengeance aux mille visages, continueront de vivre comme dans un camp retranché et que l’opposition toujours vivace campera elle aussi sur ses positions. Nous souhaitons que cela change. Le Chef de l’État actuel doit être assuré de façon solennelle qu’aucun compte ne sera demandé à quiconque pour la violence politique passée. En retour, nous exigeons la réhabilitation de la Première République Togolaise, incarnée par le Président Sylvanus Olympio et les compagnons de l’Indépendance. La Nation entière sera garante de ce consensus qui sera solennellement proclamé à la face de l’Afrique et du monde. »

Personne n’a su s’emparer de cette perspective, nul n’avait voulu l’écouter! Peut-être l’avait-on fait, mais de manière malicieuse, de cette manière qui ne convainc personne et ne produit aucun résultat? Toujours est-il que depuis lors, depuis vingt ans, tout le Togo tourne en rond sous une mécanique politique obsolète, les uns se jouant des autres, jusqu’à un autre point de blocage et de panne en cette année jubilaire 2010, cinquante ans après l’indépendance du pays.

L’année 2010 est têtue comme l’est l’histoire du Togo. Ensemble, elles retournent chaque Togolaise et chaque Togolais à la lecture ou à la relecture de ce texte authentique au titre évocateur: « Appel pour un renouveau démocratique au Togo : le Grand Pardon ».

En tout point, au son de chaque phrase et au rythme de chaque paragraphe, on aperçoit qu’en réalité Édem Kodjo, à travers l’audace et la prophétie du Grand Pardon, demeure une Symphonie inachevée. Elle résonne et revient à chaque fois que la raison et le cœur du Togo soupirent… Liberté! Réconciliation! Développement!

Plusieurs motifs militent en faveur de la publication de cet « Appel pour un renouveau démocratique au Togo : le Grand Pardon ». D’abord l’opportunité de sa découverte dans les archives de Forum-Hebdo. Perdu de vue, nous avions souvent fait référence à ce texte fondamental en harcelant son auteur de nous en trouver copie en cette ère de nouvelles technologies de l’information et de la communication. Notre acharnement à vouloir retrouver ce texte a poussé à l’approfondissement de la recherche ainsi qu’au résultat de son exhumation.

Mieux encore, la qualité et la pertinence de l’analyse dont le document est porteur –lesquelles ne souffrent d’aucune ride ou stigmate malgré les vingt années de tergiversation démocratique, tout comme l’impasse et la fracture politiques dans lesquelles se retrouve le Togo après les élections présidentielles du 4 mars 2010, rendent incontournable cette diffusion nouvelle du « Grand Pardon » : une réflexion désormais inscrite au patrimoine de l’histoire du Togo. Une œuvre qui n’appartient plus à son auteur, mais à la conscience intime de chaque Togolaise et de chaque Togolais.

Sommes-nous prêts cette fois-ci à explorer toutes les richesses, nombreuses, de ce document unique et sans pareil dans la vie politique du Togo? Une si majestueuse symphonie restera-t-elle toujours inachevée? Elle qui se termine par le plus noble des appels aux filles et fils du Togo : « Togolais, viens bâtissons la cité… »


Pierre S. Adjété, Québec, Canada;
Cornélius Aïdam, Lomé, Togo;
Yao Assogba, Québec, Canada.

edemkodjo_legrandpardon_marbreblanc.pdf EdemKodjo.LeGrandPardon-MarbreBlanc.pdf  (367.76 Ko)
edemkodjo_legrandpardon_marbremarron.pdf EdemKodjo.LeGrandPardon-MarbreMarron.pdf  (369.15 Ko)
edemkodjo_legrandpardon_granit.pdf EdemKodjo.LeGrandPardon-Granit.pdf  (371.13 Ko)


Ad Valorem


Rédigé par psa le 03/06/2010 à 03:03