Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Modigliani
Modigliani
Des informations contradictoires nous parviennent de Lomé, au sujet de la composition du prochain gouvernement. Contradictoires vraiment? Pas tout à fait. Il s'agit seulement que tout un chacun a été déboussolé par la personnalité choisie pour assumer la coordination gouvernementale au poste de Premier ministre. Dès lors, les oracles se sont portés sur la suite des choses et les suputations vont bon train. De reflexion en coup de fil à Lomé, j'avoue ne pas y comprendre grand chose... Seulement qu'il me semble probable le retour d'Agbéyomé Messan Gabriel Kodjo. On le sait bon ami de Faure avant les évènements qui l'ont précipité en disgrâce et en exil. Depuis son retour et sa traversée du désert, il est cité comme proche de Kpatcha. Dans tous les cas, la surprise serait qu'Agbé ne soit pas appelé à un poste ministériel. Encore jeune et politiquement solide, il représente aussi une volonté de dépassement du passé et d'ouverture sur les autres. Est-il revenu au Rassemblement du peuple togolais (RPT) après sa profonde brouille avec Maurice Péré? Je ne saurais le dire, d'autant plus que la persistance de ce divorce politique qualifie mieux Agbé à sa propre renaissance politique. Ainsi vont les choses, parfois, que si tu n'es pas avec notre adversaire, tu peux devenir fréquentable; cette théorie politique semble accroître les chances d'Agbé. Mais tout cela, c'est de la petite ouverture...
Petite ouverture également vers les autres un peu plus loin, c'est aussi la présence des autres acteurs politiques au gouvernement de M. Mally. Je serai pour que cette seconde petite ouverture du gouvernement RPT soit faite vers la société civile et les partis non présents à l'Assemblée nationale. De ce fait, simplement dit, je serai heureux que l'opposition parlementaire s'éloigne de la gouvernance quotidienne pour offrir aux Togolais des idées alternatives basées sur la critique objective des actions du gouvernement à venir.
En somme, la situation est telle que l'émancipation et la responsabilité doivent être effectives dans le paysage politique togolais, afin que les uns et les autres soient placés devant l'impérieusse nécessité de l'heure: chacun à sa place, et tout le monde va voir clair pour jouer au meilleur de ses capacités. La véritable grande ouverture est donc celle de la clarification et de la responsabilisation. L'enjeu aujourd'hui n'est plus l'Assemblée nationale, mais bien les Présidentielles, en 2010, que chaque grande famille politique doit préparer dès maintenant. Mais, j'ai bien peur que pour préparer les prochaines Présidentielles, certains stratèges politiques ne se trompent encore de cibles et de moyens en s'épuisant dans des batailles oratoires à l'Assemblée nationale. L'ouverture, la grande, est donc aillleurs que l'on ne peut le penser, et surtout devant, dans deux ans et demi, après le dépassement de l'immédiate tentation de se glorifier de la seule présence à l'Assemblée nationale. L'ouverture devient alors un poids que chacun doit savoir porter pour ne pas s'en trouver écrasé et en mal d'imagination pendant qu'il est encore temps.


Horizon


Rédigé par psa le 10/12/2007 à 11:55