Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Les commentaires vont bon train sur les sites internet de la Planète Malagasy. En voici un de savoureux : « Même si cet accord pourrait figurer dans les annales de la bizarrerie politique mondiale, il a le mérite de contenter toutes les tendances. Les mouvances sont représentées à tous les niveaux dans toutes les instances de la Transition. La paix politique était à ce prix d'une sur-représentation politique, mais c'était un prix à payer. D'autre part, il faut cesser toutes spéculations et interprétations de comptoir sur ces accords pour ne s'en tenir qu'au texte signé par les 4 chefs de file. L'important n'est même pas de savoir qui gouverne, qui préside ou qui signe, mais dans quelle direction on va ? » Celle des élections? Pourvu qu’on y arrive… Ce qui est sur, la paix a un prix que les quatre protagonistes de la politique malgache (Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy) connaissent bien. Encore une fois : L'important n'est même pas de savoir qui gouverne...


Le Prix de la Paix Malgache : Un Accord Bancal

Les médiateurs africains chargés de sortir Madagascar d'une interminable crise politique ont mis en place un gouvernement de consensus pléthorique, "bancal" de leur propre aveu, qui aura pour tâche de conduire le pays à de nouvelles élections fin 2010.

Après quatre jours de négociations tumultueuses, les quatre principaux dirigeants politiques malgaches -- l'actuel homme fort Andry Rajoelina, le président déchu Marc Ravalomanana, et les anciens présidents Didier Ratsiraka et Albert Zafy -- ont paraphé samedi à Addis Abeba un "acte additionnel" aux accords de Maputo signés le 9 août.

Ce texte confirme M. Rajoelina comme président de transition, mais flanqué de deux "co-présidents" issus des mouvances Ravalomanana et Zafy, la mouvance de M. Ratsiraka conservant le poste de Premier ministre, confié à Eugène Mangalaza. Ce dernier devra travailler avec trois vice-premiers ministres, pour superviser le travail des 31 ministres, répartis aussi selon les mouvances.

Ce nouvel accord est censé sortir Madagascar de la crise politique née de la contestation populaire du pouvoir de M. Ravalomanana, puis de la chute de ce dernier. L'ex-président avait été contraint le 17 mars de remettre ses pouvoirs à un directoire militaire, qui les avait immédiatement transférés à Andry Rajoelina, l'ex-maire d'Antananarivo devenu son principal opposant.

"A un certain moment je n'y croyais plus", a confié à l'AFP le médiateur de la Francophonie, Edem Kodjo, qualifiant l'accord obtenu au siège de l'Union Africaine (UA) de "providentiel" mais "bancal".

Il assure que cette "architecture du pouvoir correspond parfaitement à la conception de la vie en société du peuple malgache: on se retrouve ensemble sur un minimum commun".

Pour le Commissaire paix et sécurité de l'UA, Ramtane Lamamra, "cette acceptation a marqué le tournant dans les négociations pour dépasser le blocage". Prudent, il note que "même une monstruosité juridique peut représenter une sortie de crise".

Au-delà de l'optimisme de façade, les doutes se sont donc clairement exprimés sur la capacité de fonctionner "d'une telle usine à gaz", selon les termes d'un diplomate de l'UA.

Reconnaissant que "le gouvernement fort n'arrivera qu'après les élections", M. Kodjo prévoit "des difficultés dans l'application: tout système de cohabitation est difficile, d'autant plus à quatre".


Silence


Rédigé par psa le 08/11/2009 à 22:28