Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Toute la France en frémit toujours. Et elle doit encore attendre lundi. Les membres du gouvernement eux en tremblent carrément au point où Jean-Louis Borloo, bien coiffé s’est vu décoiffer au passage en force du même François Fillion plus combatif dans le dernier droit du Matignon. Et pourtant, François ne va nullement battre le record du plus long locataire moderne de Matignon... Qu’à cela ne tienne, il est combatif et les sondages l’adoubent. Mais en bon avocat, JLB résiste et résistera. Alors, tout ça pour ça ? Pourvu que l’exercice finisse effectivement ce lundi après les discrets déménagements des prochaines heures et le retour du dernier vol de Kouchner à Paris.


The Onion, Joe Biden depuis la Maison Blanche, Tout ça pour ça!
The Onion, Joe Biden depuis la Maison Blanche, Tout ça pour ça!


Cela fait cinq mois qu'il est annoncé ce remaniement du siècle. Un feuilleton nourri de rumeurs, de campagne pour les uns, de non-dits pour d'autres, de compétition inédite entre un Premier ministre et son ministre de l'Écologie. Et de silence pour Nicolas Sarkozy qui se borne ces derniers jours à distribuer des marques d'attention à l'un ou l'autre, seuls indices de ses préférences. Nous voici dans la dernière ligne droite. Selon les derniers échos en provenance des cabinets ministériels et des états-majors politiques, le chef de l'État doit -enfin- annoncer lundi le remaniement très attendu de son gouvernement qui doit le porter jusqu'au terme de son mandat et à la campagne présidentielle de 2012.

Selon deux sources parlementaires, Jean-Louis Borloo a confié mardi à des parlementaires radicaux qu'il ne serait pas nommé Premier ministre lors du prochain remaniement, qui pourrait avoir lieu lundi.

Signe que la fin approche, la salle de presse de l'Élysée a, de manière exceptionnelle, été fermée pour tout le week-end, y compris aux journalistes qui y ont un accès permanent. Nicolas Sarkozy doit, lui, s'attaquer dès samedi, sitôt rentré du sommet du G20 à Séoul, au classique "mercato" gouvernemental qui précède l'annonce. Autre fait plutôt inhabituel, le secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, que la rumeur donne entrant au gouvernement, a effectué vendredi après-midi une visite à Matignon pour s'entretenir pendant près d'une heure avec François Fillon, donné restant à Matignon et conforté par les sondages face à un Jean-Louis Borloo, défenseur d'un "virage social" que le président a encore repoussé cette semaine.

Pour le reste de l'équipe renouvelée, ministres et élus ont affiné leurs pronostics : en ressortent les probables départs de Bernard Kouchner (Affaires étrangères), Hervé Morin (Défense) et Michèle Alliot-Marie (Justice), l'arrivée d'Alain Juppé, le retour de Xavier Bertrand et les déménagements de Christine Lagarde et Valérie Pécresse. Et une incertitude de taille sur le sort du "battu" Jean-Louis Borloo, qui pourrait être tenté de faire bande à part. Comme ce remaniement doit s'accompagner de changements à l'UMP et à l'Élysée, d'autres noms circulent. Ceux du patron des députés UMP Jean-François Copé ou de Brice Hortefeux (Intérieur) pour succéder à Xavier Bertrand à la tête du parti présidentiel. Quelle qu'en soit l'issue, tous à droite voient poindre avec soulagement la fin du "cauchemar du remaniement", selon une source gouvernementale, mais certains craignent aussi un "tout ça pour ça", "si tout ça aboutit à faire rempiler Fillon, arriver Juppé et déplacer Copé".



Horizon


Rédigé par Pierre S. Adjété le 13/11/2010 à 00:13