Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Plus rien n’étonne les analystes du Time Magazine, en ce lendemain des primaires de l’Oregon et du Kentucky. Tout semble sentir la fin. Les signes avant coureurs de l’éminence du triomphe de Barack Obama et la réalité de sa confrontation prochaine avec John McCain sont réels. Les mouvements de foule s'opèrent également en faveur du véritable gagnant; c'est le début de la fin de l'autre...


Yasushi Tanaka
Yasushi Tanaka
« (…) Mettre fin à une campagne électorale est désagréable et, si l'argent en est le problème, cela devient parfois un processus brutal et douloureux bien connu de nombreux administrateurs de campagne électorale. L’exploit sans précédent appartient à Barack Obama, qui est sur le point de devenir le premier candidat à faire tomber les ambitions d’une personne bien établie et ce depuis 1976, date à laquelle un cultivateur d'arachide de la Géorgie nommé Jimmy Carter est sorti de nulle part pour s’emparer de la nomination démocrate. Le travail accompli par Obama est historique sur plusieurs plans et ne tient uniquement pas à la couleur de sa peau: bientôt, il devra affronter un autre leader qui a été, au moins au début, mieux organisé, mieux financé et qui possède une familiarité avec les grands stratèges de son parti et avec un président ayant deux mandats à son actif. Viennent ensuite les tâches redoutables, son équipe de campagne est sur le point de s’agrandir considérablement, doubler ou tripler d’effectif en intégrant de précieux transfuges du camp perdant, rassembler plusieurs centaines de millions de dollars, trouver un vice-président, planifier et réaliser un congrès à Denver, après quoi monter une campagne électorale générale en automne - tout cela en l'espace d'à peu près 90 jours. Et entre les exploits et les familiarités, il est clair d’observer, chaque jour qui passe, toutes ces différentes personnes normalement éloignées se désigner elles-mêmes et ensuite se convertir en adeptes de changement sous la bannière d’Obama. Les syndicats, les groupes d'intérêt, les agents de financements politiques, les membres des comités nationaux du parti, des élus et bien sûr les autres superdélégués - un par un, ils vont dans la direction d’Obama, à la fois parce que le résultat ne fait plus de doute et parce que personne ne veut être la dernière à venir à bord. Les spécialistes en recherches de financement politiques du parti ont commencé ce processus de ralliement la semaine dernière, d'autres suivront au cours des deux prochaines semaines. Les confrontations et les animosités d’avril et de début mai pourraient sembler de l'histoire ancienne d'ici la fin juin. »

Silence


Rédigé par psa le 21/05/2008 à 11:42
Notez