Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Paix et Développement
La question de la paix à l’Orient proche et moyen marquera ce mois de juin 2009. C’est une des priorités internationales de Barack Obama et il va devoir la réaffirmer dans son discours du Caire à l’attention du monde entier. La position du président Obama est assez connue : la coexistence pacifique des deux États, ce qui suppose essentiellement la création de l’État palestinien aux côtés de celui d’Israël. Et là, on ne parle même pas des territoires occupés ou du gel de la colonisation, encore moins du statut et de la gestion de Jérusalem. Autant dire que la marche est assez haute, surtout que nos amis Israéliens, à travers le gouvernement de Bibi Netanyahu, sont loin de souscrire à cette option. Il demeure que cette question est centrale à la diplomatie américaine et au leadership médiateur de Barack Obama dans la définition même d’un monde post-Bush différent et évolutif. De l’évolution, il en sera aussi question à Accra où arrivent Barack et Michelle Obama dans une visite historique qui, semble-t-il, fait des jaloux sur le continent, en commençant par le Kenya natal de Barack Obama père. Retour rapide aux sources toutefois que cette visite dans le chantre de la nouvelle affirmation du progrès démocratique du continent africain qu’est le Ghana. Succès garanti pour cette visite, mais nous attendons l’énoncé d’une politique africaine moderne et évolutive des États-Unis d’Amérique. Une chose est rassurante : en moins de six mois de sa prise de fonction, un mois exactement avant sa toute première célébration de la « Independance Day » à La Maison Blanche, un chef d’État américain se retrouvera en Afrique au sud du Sahara pour soutenir les effeorts de développement de ce continent trop souvent oublié. Pourquoi pensez-vous ? Ce président fait simplement parti de la diaspora africaine. Une diaspora africaine qui existe bel et bien et n’a probablement pas encore dit son dernier mot.


Horizon


Rédigé par psa le 01/06/2009 à 00:06
Notez