Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Le quotidien montréalais Le Devoir à fait appel à une dizaine de personnalités et intellectuels pour décortiquer les défis qui se posent à la société québécoise, au lendemain de la grande controverse sur les « accommodements raisonnables » . Mon président Yao Assogba –le seul et unique président élu de tous les Togolais, et qui plus est ne s’était pas accroché au pouvoir face aux ambitions démesurées et incompétentes des démocrateurs de son équipe lesquels y sont toujours, à divers postes, et à vie, et sans résultats- oui mon président Yao Paul Assogba figurent dans cette dizaine de personnes. Son texte, sa réflexion est publiée ce jour : excellente, lucide, solidaire et riche réflexion : « Autour de chez nous: Outaouais - Pot-pourri d'un néo-Québécois ». En voici la superbe conclusion…


Prête à Vivre ensemble
Prête à Vivre ensemble
« (…) il importe de souligner encore que le lien social, base de toute possibilité de cohésion d'une société, n'est concevable que si l'ensemble des citoyens adhèrent à des valeurs communes. Des facteurs d'ordres démographique, économique, culturel, politique et humanitaire expliquent que le Québec soit devenu une société pluriculturelle.
Qu'on le veuille ou non, les immigrants ou les néo-Québécois participent à l'histoire de cette nouvelle société. Le défi est donc lancé à l'ensemble de la population de construire un Québec nouveau, constitué de la fusion «harmonieuse» de la québécitude et des apports culturels des néo-Québécois.
Ces apports culturels sont significatifs eu égard au noyau culturel québécois et ils doivent être reconnus pour leurs valeurs humaines et humanistes. Dans ce défi, il appartient de beaucoup aux Québécois de «souche» d'offrir une qualité d'accueil aux immigrants de manière à bien les initier à la «québécité» et à mieux les intégrer à la société globale. Dans cette perspective, le Québec doit intégrer les immigrants sans se désintégrer, et les immigrants doivent assimiler pour ne pas être assimilés. »
Yao Assogba, Le Devoir



Ad Valorem


Rédigé par psa le 23/07/2007 à 14:09