Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Aujourd’hui encore fusent de toute part des hommages à Thomas Sankara. L’homme n’avait laissé personne indifférent. Selon François Mitterrand lui-même : « Thomas Sankara ne vous laisse jamais la conscience tranquille ! »


Pour Smockey, la question demeure : À qui profite le crime?
Pour Smockey, la question demeure : À qui profite le crime?


Sur le site Internet toujours dédié à sa mémoire trône cette phrase qui vous accueille : « Thomas Sankara a légué aux générations futures la verve et l’énergie de l’espoir, l’emblème de la probité et la conscience historique de l’inaliénabilité de la lutte contre toutes oppressions. » Subliminal et exact !

De ses partisans, des adeptes effrénés de Thomas Sankara, de nombreux amis dont Aziz Fall, Serge Bambara Alias "Smockey" et Éloi Koussawo. Éloi, en son temps, avait déjà commis un poème à la mémoire de Sankara, de son éclatement –sous des balles assassines, en mille et un joyaux de cent carats qui continuent de briller partout en Afrique et hors du continent…

Effectivement, on ne peut ne pas aimer Thomas Sankara ; on ne peut ne pas se rappeler cette conscience légendaire unique qui toujours assaille et énergise partout où il est question de la capacité des Africains, de leur devoir d’Africaine et d’Africain.

Solidaire du genre humain, Thomas Sankara n’en voulait pas plus aux uns qu’il ne demandait aux autres de s’assumer, assumer leur responsabilités actuelles, passées et futurs envers ce continent africains laissé à la dérive.

Que dirait Thomas Sankara face à la détresse des jeunes africains qui se livrent à la mer pour un brin d’existence ailleurs que sur leur continent devenu sans espoir pour eux ? Qu’aurait fait Sankara devant le silence assourdissant des chefs d’État africains contemplateurs du drame que vit leur jeunesse ? Toutes ces questions restent posées aujourd’hui. Ce qui est sûr, Thomas Sankara ne se serait pas tu aussi honteusement en regardant ailleurs… Thomas Sankara aurait éveillé la conscience des responsables africains et les aurait poussés à sortir de leur inaction, avant de participer à une croisade contre la Cour pénale internationale (CPI)…

Les années s’enchaînent et déjà sa mort brutale entame un autre quart de siècle avec toujours un doute accusateur sur les conditions de son assassinat ; le malheur est que ce doute ne se dissipera pas avant que justice convaincante et impartiale ne soit rendue à une telle légende universelle qu’est Thomas Sankara.

On comprend le cri de détresse de l’ami Éloi ; on entend bien son Hélou , son trois fois : Hélou , Hélou , Hééélou lo! On l’entend tellement qu’il faut laisser Éloi Koussawo dire lui-même ce poème incantatoire :


Thomas SANKARA !

Je chante ton nom qui donne frisson
Toi qui as refusé étau et marteau
Toi le digne fils de Tounkara
Tu n’as pas menti à ton nom
Tu n’es pas sankara
Tu es un diamant de cent carats
Ton éclatement illumine l’Afrique
Sankara, diamant de cent carats
Le fifre qui fait vibrer les fibres d’Afrique
Hélou , Hélou , Hééélou lo!
Ris d’eux, Oh , Ris d’eux!
Ceux qui ont précipité ton éclatement
Ceux qui ont voulu ta métamorphose
Comme jadis Soundjata dans le Sankari
En vain ont-ils voulu te circonscrire
Avec ce machin manipulé-téléguidé
Ce compas au rez de la trahison
Diamant de cent carats, tu es éternel
Car tu es à la fois Noir-Rouge-Blanc.


Silence


Rédigé par psa le 17/10/2013 à 08:08