Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Dans un pays toujours traumatisé par son passé nazi, les thèses pseudo-scientifiques de Thilo Sarrazin, sur le caractère hostile à la culture de l’islam, le manque d’intégration des immigrés et le «gène juif» ont provoqué un trouble profond. Statistiques à l’appui et à l’excès… ces mêmes statistiques affirment que le groupe d’immigrés qui réussit le mieux est celui des Iraniens chiites.


Retour au racisme : un filon politico-scientifique

À cause de la personnalité de l’intéressé, un ancien ministre social-démocrate aux Finances de la ville de Berlin, mais aussi en raison de la délectation des médias allemands pour l’odeur de soufre. L’effet est foudroyant: près de 20% des Allemands voteraient pour le parti de Thilo Sarrazin s’il venait à en créer un. L’homme a brisé un tabou politique. Alors que le parti néonazi NPD, caractérisé par sa violence et sa vulgarité, stagne, les thèses d’un Thilo Sarrazin, qualifiées de «nouveau racisme intellectuel», profitent de sa respectabilité.

Il n’y a donc pas de raison que l’Allemagne ne soit pas atteinte à son tour par une vague de rejet de l’islam et des immigrés qui traverse l’Europe depuis une décennie, des Pays-Bas de Pim Fortuyn à la Suisse du refus des minarets, en passant par la Hongrie, l’Italie ou l’Autriche. Le mouvement des trois «i», immigration, intégration, islam, est un filon politique. Le problème, c’est que Thilo Sarrazin, plus habile que d’autres populistes, joue sur deux tableaux.

D’un côté, des vérités et des statistiques que les partis traditionnels refusent de voir, par conformisme: oui, il y a deux fois plus de chômage dans la population musulmane en Allemagne, oui, les familles dépendent davantage de l’assistance sociale, oui, les jeunes musulmans sont trois fois plus nombreux à sortir de l’école sans diplôme. De l’autre, il lance des affirmations pseudo-scientifiques, darwinisme bricolé, et des généralisations abusives. Par exemple lorsque Thilo Sarrazin déduit que l’islam est par nature hostile à la culture et à l’éducation. En Allemagne, le groupe d’immigrés qui réussit le mieux est celui des Iraniens chiites. Brillants. On oublie que 80% des immigrés turcs proviennent de provinces rurales et sont issus de familles où l’on savait à peine lire. Il en va exactement de même avec les Latinos catholiques aux États-Unis.

L’indignation bien-pensante contre ce racisme rampant est insuffisante. Nous avons besoin d’une politique de migration exigeante mais qui soutienne l’égalité des chances, pas de discrimination ni de rêves «multi-kulti». Nous avons surtout besoin des intellectuels et scientifiques musulmans pour un islam moderne. //////////Yves Petignat


Silence


Rédigé par psa le 06/09/2010 à 02:50