Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Gilles Rousset
Gilles Rousset
Du portail gouvernemental aux différents sites Internet sur les actualités togolaises, les témoignages sont concordants : la violence vient de réapparaitre dans le contexte post -électoral de ce pays. L’opposition togolaise qui contexte fermement la victoire de Faure Gnassingbé avec un score de 60,88% a subit l’assaut des forces de l’ordre ce mercredi 24 mars 2010 vers 19:00. Les informations, difficiles à valider dans leur entièreté, font tout de même état de graves blessés. Il faut reconnaitre que cette « veillée » se voulait pacifique et s’était déroulée comme telle jusqu’au moment fatidique. Ce dernier serait marqué par la « détection » d’un gendarme qui se serait mêlé à la foule des partisans de l’opposition.
Naturellement, la version est toute autre du côté des autorités gouvernementales : « La veillée organisée mercredi soir par l’UFC et le FRAC pour protester contre les résultats de l’élection présidentielle a été dispersée par les forces de l’ordre après qu’un gendarme eut été pris à parti et blessé par des manifestants surexcités. « Je revenais de patrouille quant j’ai vu les gens rassemblés. Un petit groupe m’a encerclé avant de s’en prendre à moi violemment sans raison », a expliqué le gendarme Mériga Mounirou, le visage en sang. » rapporte le site gouvernemental. Une version tout de même tirée par les cheveux qu’un sage gendarme revenant de mission (?) puisse de retrouver dans une situation comme celle des manifestants bien circonscrits à un endroit pour leur « veillée politique ». Notre honnête gendarme devrait-être l’une des rares personnes à ne pas savoir que des manifestations avaient lieu à Lomé ce mercredi soir, au point d’en être surpris, et tout le reste… Au-delà des thèses qui vont désormais s’affronter, il est dommage qu’il subsiste toujours cette tendance à user de la force contre des adversaires politiques, dans la situation particulière qui est celle du Togo.
Un évènement dans la nuit au Togo, n’est probablement pas la plus brillante des idées de l’opposition. De là à voir les forces de l’ordre manquer de discernement face à un quelconque incident –le premier du genre depuis la fin des présidentielles de ce début de mois de mars 2010, demeure encore une fois très questionnable quand au professionnalisme du commandement des gendarmes togolais. Encore une fois, le Togo verse dans la violence politique ; il ouvre un autre cahier ensanglanté. Est-ce le début d’un nouveau cycle de violence? C’était pourtant prévisible que l’opposition devait contester ce résultat. Doit-on penser que rien d’autre n’a été imaginé face à la contestation que cette facile répression de la population ? Non! Le Togo mérite mieux.


Silence


Rédigé par psa le 25/03/2010 à 00:28
Tags : Politique Togo Violence Notez