Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Douloureusement, dissoudre les dernières réticences et animosités afin d’en arriver à une opposition républicaine au Togo. Douloureusement, inspirer aux citoyens et même aux adversaires, cette confiance qui fait les grands peuples dont les destins ont fini par être changés par les actions déterminantes des leaders audacieux. Voilà l’œuvre qu’il sied d’accomplir désormais au Togo : désarmer la haine perpétuelle et les crocs-en-jambe. La réussite politique est devenue un chef d’œuvre que le hasard et la cacophonie ne font plus.


Togo : Désarmer la haine perpétuelle
Tout, absolument tout, permet d’insister sur le devoir d’unité de l’opposition togolaise. Douloureusement, aller chercher dans les tréfonds des divisions résultant de la désespérance et des frustrations, le frère et l’ami d’hier, et le consacrer de nouveau partenaire pour l’avancée démocratique du Togo. C’est le défi inaliénable de l’heure, et aussi la plus efficace des motivations de ces temps politiques fragiles.

À tous ces démocrates des lendemains d’élection qui s’élèvent avec une véhémence digne des feux de paille allumés par leur réveil tardif et de courte échelle… Vous voulez faire de grandes choses? Commencez par l’impossible togolais : unissez vos forces! Couvrez vos propres faiblesses en unissant vos forces à celles des autres.

Cette ambition d’embarquer les Togolaises et les Togolais sur un autre radeau de la méduse en direction d’une terre promise où l’on arriverait après s’être dévorés tous, ce rêve d’une énième organisation politique ne colle plus à la réalité togolaise, simple et implacable : vivre d’unité véritable ou disparaitre. Il en est ainsi, parce qu’il faudra bien un jour sortir de la révolte constante, de l’irréfléchi facile et des coups de gueules permanents. Voilà que ce jour est arrivé, et il se lève sur une grande espérance, celle des présidentielles de 2015.


La démocratie exige la solidarité

Désormais, il faut payer de sa personne pour s’interposer, et limiter les combats et les guerres fratricides au sein des adeptes d’une évolution politique déterminante et salutaire pour tous les citoyens du Togo. C’est véritablement à ce niveau que se situe le courage politique du moment : défendre de sa poitrine, de ses idées et de ses actes, l’unité d’action envers et contre l’ambitieuse anarchie des organisations politiques emperlées et désarticulées par toutes sortes d’avidités.

Créer un autre parti ou son avatar, s’il ne s’agissait que de cela pour sortir le Togo de sa mauvaise posture, s’il ne s’agissait que de cela pour redresser le Togo, il y a bien longtemps que ce pays serait au firmament de tous les indices de développement et de la démocratie. L’aspiration première des Togolais s’est forgée au fil des années et des déceptions; cette aspiration réside dorénavant dans l’exigence d’une unité d’action face à des élections qui n’ont jamais été équitables ni crédibles, et n’ont d’ailleurs aucune chance de l’être en 2015. Du coup, la nécessité et le devoir d’une solidarité à toute épreuve, d’ores et déjà, pour construire des approches stratégiques consensuelles et optimales. Il y a bien longtemps que la réussite politique est devenue un chef d’œuvre que le hasard et la cacophonie ne font plus.

Plus que jamais, les acteurs politiques togolais doivent s’émanciper de la division et atteindre le sommet le plus élevé qui permet d’avoir un accès direct à la démocratie, une vue imprenable sur l’étendue des résultats attendus d’eux. Car, il y a bien longtemps que c’est connu : « La grande chose de la démocratie, c’est la solidarité. La solidarité est au-delà de la fraternité; la fraternité n’est qu’une idée humaine, la solidarité est une idée universelle; universelle, c’est-à-dire divine; et c’est là, c’est à ce point culminant que le glorieux instinct démocratique est allé. » C’est à ce point culminant que se trouve aujourd’hui le besoin des Togolais : la soif d’une solidarité totale sans équivoque aucune. Il ne faut donc pas se méprendre : tant que les Togolais ne se sacrifieront pour une unité d’action autour d’un seul et même leader, leur quête de démocratie ne serait que leurre et inutile bataille rangée entre d’éternels perdants, heureux de l’être et de le demeurer. Du déjà vu au Togo!

togo___desarmer_la_haine_perpetuelle___les_divisions_de_la_desesperance.pdf Togo - Désarmer la haine perpétuelle - Les divisions de la désespérance.pdf  (336.16 Ko)


Horizon


Rédigé par psa le 23/09/2013 à 23:47
Tags : Démocratie Togo Notez