Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Parfaitement... Le débat sur le franc CFA ne va pas s'éteindre parce que le président Ouattara le demande. Tout ce qu'il peut faire, et il l'a déjà fait, c'est de contraindre certains esprits faibles de compétence limitée comme Faure Gnassingbé et Michaëlle Jean à mettre dehors, qui du gouvernement togolais qui de l'OIF, une valeur aussi sûre comme Kako Nubukpo.


La Joconde Noire
La Joconde Noire
Parfaitement... Le débat sur le franc CFA ne va pas s'éteindre parce que le président Ouattara le demande. Tout ce qu'il peut faire, et il l'a déjà fait, c'est de contraindre certains esprits faibles de compétence limitée comme Faure Gnassingbé et Michaëlle Jean à mettre dehors, qui du gouvernement togolais qui de l'OIF, une valeur aussi sûre comme Kako Nubukpo.

Les arguments ici alignés par SAZ sont convaincants. Bien que n'étant pas économiste, le simple bon sens a permis à SAZ de poser des questions pertinentes alors que l'ancien directeur adjoint du FMI que fut Alassane Ouattara soit resté incapable d'aligner et de polir un argumentaire digne d'un initié de la chose économico-monétaire.

Avouons que faire injonction aux gens en leur demandant silence est loin de convaincre qui que ce soit sur la pertinence et la pérennité du Franc CFA dans les pays concernés et au-delà. Le débat doit se poursuivre. Et pour un chef d'État dont cette semaine même nous avons découvert, ahuris, sa capacité de mentir, il serait temps que le président Ouattara se calme un peu et surtout qu'il nous dise la fonction principale d'une monnaie pour des pays en développement comme les nôtres appartenant à la zone CFA.

Lorsque ces pays, à leur indépendance, furent du même niveau que d'autres comme la Corée du Sud, par exemple, et n'arrivent pas à sortir de leur état végétatif soixante années plus tard, il faut bien se rendre à l'évidence que nous sommes en retard. La monnaie, fort probablement, les rapports d'asservissement divers, l'incompétence sans doute, tout cela participe de ce retard honteux et démobilisateur d'une certaine jeunesse africaine. La solidité ou la prétendue invariabilité n'est aucunement la fonction première d'une monnaie, bien le contraire...

Le glas sonne pour le franc CFA, partout chez les Africains. Il est trop tard de demander pour qui sonne ce glas nous a appris Ernest Hemingway. Bien souvent, il est trop tard lorsque sonne un glas. Il en est de même pour le franc CFA.

Merci!

PSA
[16 février 2019]


Horizon


Rédigé par psa le 19/02/2019 à 00:00



Le seul moyen qui compte, le moyen au-dessus de tous les autres moyens, c'est le moyen humain, en politique surtout... C'est dans cette logique qu'il faut participer aux élections locales.


Wanaka
Wanaka

Le seul moyen qui compte, le moyen au-dessus de tous les autres moyens, c'est le moyen humain, en politique surtout... C'est dans cette logique qu'il faut participer aux élections locales.

Que les gens qui n'ont jamais participé à la logique de la C14, ni à son support quelconque, n'en deviennent pas les stratèges aujourd'hui. Que ces personnes se sentent un peu gênées elles-mêmes, sans que nous n'ayons à le leur rappeler. D'ailleurs ces personnes auraient moindrement su que la C14 n'avait pas boycotté les élections législatives de décembre 2018, et elles s'abstiendraient naturellement d'utiliser le terme "boycott" en se référant aux Législatives en question...

Chaque élection se conçoit d'abord dans les conditions qui l'ont vu naître et elle se développe ensuite dans une vision d'ensemble. Cette logique rend incontournable la participation de la C14 ainsi que celle des forces républicaines aux élections municipales togolaises, si tant est qu'elles se tiennent cette année.

Une telle logique politique rendait aussi incontournable la non-participation aux Législatives du 20-décembre-2018, et la même logique met en perspective les présidentielles de mars-avril 2020 à venir.

Nous avons eu l'occasion d'en dire suffisamment, sous tous les aspects, participer à des débats qui ont été enrichis par de nombreuses personnes, pour passer à autre chose maintenant, notamment la préparation, formelle et informelle, collective et individuelle, partisane et non partisane, des Locales à venir, des Locales à nos portes.

Une chose à la fois. Et, c'est à partir de cette posture politique de participation stratégique aux Locales, et particulièrement à l'observation future des résultats des Locales de 2019, qu'analyse sera faite quant à la nécessité objective d'aborder les inévitables Présidentielles de 2020.

La C14 doit se donner les moyens organisationnels des élections locales, les allocations objectives des municipalités électorales aux partis et personnalités dont elle se compose. Il est bien entendu que des élections locales obéissent à un éventail de paramètres, à chaque fois contextualisés et particularisés. L'existence et la vitalité même de la C14 dépendent de cette agilité ouverte qui soit apte à s'adapter à chacune des situations, à chacun des défis qui sont collectivement les nôtres à tous les tournants de cet itinéraire cahoteux du retour à la République au Togo.

Je souhaite beaucoup que, ENSEMBLE, la C14 et ses partenaires passent à l'action, concrètement, sur la mise en œuvre réussie de tous les enjeux associés aux élections locales. Il y a trop longtemps que nous parlons de ces municipales ; le chat doit sortir du sac, pour que nos verbes se fassent chairs. Il est grand temps...

Merci!

PSA
[16 février 2019]


Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 18/02/2019 à 23:45



1 2 3 4 5 » ... 652