Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Bertram Brooker, Le nu canadien
Bertram Brooker, Le nu canadien
Nulle part au monde, pas plus au Canada qu'ailleurs, les élections n’ont constitué des solutions aux problèmes politiques de grande envergure, particulièrement en l’absence de démocratie. Elles ne feront donc pas de miracles en mars prochain ni à Madagascar ni au Togo qui font face, tous les deux, à des réalités politiques assez contrastées dans lesquelles les paramètres d’analyse sont souvent brouillés par une certaine lassitude qui ne tarde pas à prendre le contrôle des esprits en commande de ces pays. Le pari d’Andry Rajoelina de nommer Albert Camille Vital comme nouveau Premier ministre à la place d’Eugène Mangalaze désigné le 6 octobre 2009 par consensus entre les différentes mouvances malgaches, est une pure défiance de la logique politique. Cécile Manorohanta n’a donc assumé la fonction de premier ministre que pour quelques heures. De la part du chef d’État intérimaire Rajoelina dont la vivacité d’esprit et l’impatience sont connue de tous, même s’il faut avouer que certains le prédisaient; ils n’avaient donc pas tort. La seule question qui se pose tout le monde est maintenant de savoir comment le TGV passera les nombreuses frontières que constitue la barrière diplomatique internationale qui lui a déjà fait essuyer des revers proches de l’humiliation face à son entêtement. Madagascar serait-il sur la voie royale du Togo longtemps mis au banc des accusés et auquel toute assistance internationale avaient été refusée? Personne n’est obligé de répondre à cette question dans la précipitation tégévéenne. Prenons donc le plaisir d’y méditer en voyant les choses se préciser. Étonnant pari politique que ce rapide tournant électif malgache, tout de même ! Au Togo, on va plutôt très lentement, tout doucement. On va à ce rythme au Togo parce que Faure Gnassingbé doit faire du ménage politique, aussi bien dans ses propres rangs -particulièrement dans son parti le RPT, chez les militaires et ses conseillers qui n’étaient pas forcément les siens ; les mauvaises langues ajouteraient dans sa propre famille aussi, mais personne ne connait ses réelles intentions pas plus que lui-même d’ailleurs ne sait quoi faire de certains membres de sa famille actuellement- que chez ses adversaires politiques –notamment le redoutable et populaire Gilchrist Olympio mais non moins incompétent homme politique et ces vestiges récupérateurs du réveil démocratique togolais qui ont suffisamment montré de leurs limites pour mériter retraites et félicitations, Léopold Gnininvi et Yawovi Agboyibo notamment. Il est vrai que lorsque l’on a été mal élu et que l’on en est conscient comme Faure l’est lui-même, lorsque l’on a tant de poussière à enlever chez soi et chez les autres, on peut rapidement ajouter à la confusion en opérant sans méthode. Mais il demeure que Faure manque d’audace face aux réalités et défis du Togo. On ne peut aller aussi lentement sur une voie de grande vitesse qu’est la conduite des affaires de l’État. À l’analyse, Faure est allé aussi lentement et aussi longtemps qu’il avait la maitrise relative de son environnement politique ; il roupillait pratiquement au volant jusqu’à ce qu’il se fasse klaxonner par deux téméraires politiciens : Kofi Yamgname et Agbéyomé Kodjo. Ces derniers sont devenus les deux valeurs inconnues dans l’équation politique qui se posait à Faure jusqu’à maintenant. Agbé et Kofi sont devenus des inconnues stratégiques à cause de leur audace, certains diront leur témérité et leur fronde à la David. Les lendemains d’élection avec les Olympio, Gnininvi, Agboyibo, Gogué, Lawson et autres, ça c’est du connu, c’est la même bande à mater. Mais vous êtes Faure, vous dormiez et ce ne sont plus les gars à Gil qui font du bruit à la porte, le même bruit et la même musique connus de vous et qu’ils chantent d’ailleurs de très loin pour s’annoncer à vous. Vous ne pouvez plus dire comme d’habitude : « Continuez, je dors ou si vous voulez allez-y voir Blaise à Ouaga ». Mais, ce sont deux hommes, manifestement habiles, qui se chuchotent à peine et s’affairent à introduire différentes clefs dans la serrure de votre chambre. Dormirez-vous encore en Père Noël et pour une bonne partie de votre mandat? Il y a sans doute des problèmes à reconnaitre et à régler tout de suite… bien avant les élections et qui les justifieront par ailleurs. À partir de ce constat et sous d’autres considérations également, et cela est vrai, certains autres prônent l’inutilité même des élections présidentielles au Togo. Le GRAD (groupe de réflexion er d’action pour le dialogue, la démocratie et le développement) lui en demande le report. Cette demande est supportée par plusieurs raisons dont l’essentielle est sans doute le constat que « La crise togolaise est une crise politique qui comme telle doit être réglée politiquement. » Donc, en ces quelques semaines devant, la crise politique au Togo ne saurait être résolue, mieux le Grad a trouvé réponse elle-même à la question qu’elle semblait nous poser : Faut-il s’attendre encore à un accord politique après le scrutin de 2010 ?

Adrien Hébert
Adrien Hébert
Tout en redoutant le OUI à cette question, tout en rejetant cette réponse positive dans tout son raisonnement, voilà que Dr Victor Komlan Alipui arrive fatalement à ce constat : Oui, il faut s’attendre encore à un accord politique après le scrutin de 2010. Une façon tout à fait respectueuse de constater de nouveau que le Grad, dont la noble mission est à louer, fait toujours une étonnante économie de la réflexion à laquelle elle se destine pourtant. Cette erreur constante que fait le Grad dans ces réflexions –qui à la longue finiront par devenir très ordinaires comme la plus banale des trouvailles idéelles émise seulement par une fin de semaine pluvieuse- réside dans cette cécité récurrente à ne pas s’élever au-dessus de partis politiques ; même si le Grad déclare adresser ces recommandations aussi bien aux uns comme aux autres, il ne fait pas la démonstration des bienfaits de ses recommandations pour les uns et les autres, surtout ceux qui pensent trouver avantage dans le statut quo. Les nombreux docteurs et autres respectables qui forment le bureau du Grad doivent enfin comprendre qu’il leur faut faire ce qu’eux-mêmes aiment nommer « une rupture épistémologique » pour aider à proposer une véritable porte de sortie à cette crise politique qui, manifestement, n’est nullement réglée au Togo. Le cas togolais dépasse largement les « Il faut que… » et les « On doit… » ou encore, en ce qui concerne les ONG et autres OSC (organisations de la société civile), leur dire « C’est une mission qui exige… »

Peut-être que je suis de ceux qui attendent un peu trop du Grad qui en fait sans doute assez… Je ne sais pas ! Mais la réflexion a besoin de vraiment s’élever autour du cas Togo par des Togolaises et des Togolais eux-mêmes. Pour l’instant, le résultat tarde à s’élever… cinq années après le fiasco de 2005, vingt ans après les premiers soubresauts démocratiques. Peut-être encore qu’il faudra attendre le ménage fatal qui va s’opérer dans la classe politique prochainement, quelle que soit la période de ces inévitables élections.