Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Si la FIFA était un meuble, nul doute qu’il compterait d’innombrables tiroirs. Le nouveau développement à travers une procédure pénale contre Sepp Blatter, en Suisse même, ouvre la voix à toutes les désacralisations et les déshonneurs dans le football mondial. Comme une trainée d’histoire sans fin, l’impossible est désormais football avant le règne d’une nouvelle ère éthique.


Comme une pluie de dollars sans fin
Comme une pluie de dollars sans fin
Le président démissionnaire de la FIFA, Joseph S. Blatter, devait tenir, ce vendredi après-midi, une conférence de presse au sortir de la réunion du comité exécutif de la FIFA. Elle a finalement été annulée. Terrain glissant, sans doute… Sepp Blatter n’a pas oublié sa déconvenue fin juillet devant les médias, lorsqu’un comédien britannique lui lança une liasse de billets de 1 dollar.

Cette conférence devait être la première prise de parole de Sepp Blatter depuis l’éviction la semaine dernière de son secrétaire général et bras droit, le Français Jérôme Valcke, soupçonné de prise d’intérêts dans la revente de billets VIP au marché noir.

Dans son communiqué de presse, la FIFA annonce vouloir améliorer sa gouvernance et la participation des femmes dans le football. Le comité exécutif accepte l’idée d’amender l’article 36 de son code éthique afin de permettre au comité d’éthique de médiatiser ses pistes de réflexion, propositions, travaux et conclusions. Cela amènerait certainement plus de transparence au sein de la FIFA, mais la proposition doit encore être validée par la commission juridique. Si la FIFA était un meuble, nul doute qu’il compterait d’innombrables tiroirs.

Le comité exécutif a également encouragé une plus grande participation des femmes à la vie du football mondial. Il y aura ainsi plus de femmes au sein des délégations de la coupe du monde… féminine des moins de 20 ans. François Carrard, président du comité de réformes FIFA 2016, est venu présenter l’avancée de ses travaux. Il soumettra une série de réformes au comité exécutif en décembre 2015.

Enfin, le comité exécutif a réaffirmé qu’il n’y aurait pas d’obligation pour les clubs de libérer les joueurs appelés à disputer le tournoi olympique de football, en août 2016 à Rio de Janeiro. Cette épreuve ne faisant pas partie du calendrier des matchs internationaux, la FIFA ne peut que demander aux clubs de jouer le jeu de l’olympisme.

Blatter et Platini entendu

Vendredi après-midi, Blatter devait prendre la parole à 14 heures à l'issue du comité exécutif de la Fifa, le gouvernement du foot mondial, réuni depuis jeudi au siège de l'instance à Zurich. Mais l'intervention du Suisse de 79 ans a été repoussée une première fois à 15 heures avant d'être purement et simplement annulée, alors que 150 journalistes du monde entier s'étaient accrédités.

Quelques minutes plus tard, l'explication est venue d'un communiqué du Ministère public suisse (MPC) : des enquêteurs ont "auditionné Joseph Blatter en qualité de prévenu" et "en parallèle, Michel Platini (également un des vice-présidents de la Fifa) a été entendu en qualité de personne appelée à donner des renseignements", de témoin donc.


Le Valaisan Blatter, président de la Fifa depuis 1998 et qui avait remis son mandat à disposition le 2 juin jusqu'à de nouvelles élections le 26 février, est soupçonné par le MPC "de gestion déloyale (qui s'apparente à de l'abus de bien sociaux) et, subsidiairement, d'abus de confiance". Blatter, par la voix de son avocat américain Richard Cullen, a assuré "coopérer" avec la justice suisse et récusé toute "mauvaise gestion".

Blatter est tout d'abord accusé d'avoir "signé un contrat défavorable à la Fifa avec l'Union caribéenne de football (CFU), dont Jack Warner était le président. En clair, "Sepp" aurait vendu très en-dessous des prix du marché les droits de diffusion TV des Mondiaux 2010 et 2014 au sulfureux Warner (dont le nom revient dans tous les dossiers) en 2005, comme l'avait révélé le 12 septembre la chaîne de télévision suisse SRF.

Mais il est également "reproché à Joseph Blatter un paiement (illicite) de 2 millions de francs suisses en faveur de Michel Platini au préjudice de la Fifa, prétendument pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002". "Ce paiement a été exécuté en février 2011", souligne la justice suisse, sans donner plus de détails et préciser donc la nature de ces travaux.


Pendant que les journalistes attendaient en vain devant le siège de la Fifa, la justice suisse procédait donc, avec la police, à "une perquisition" au siège de la Fifa, et particulièrement au "bureau du président (Blatter)". Des "données ont été saisies", a juste commenté le MPC, avant de conclure : "Comme tout prévenu, Joseph Blatter est présumé innocent."

La Fifa s'est contentée d'indiquer dans un communiqué "coopérer avec la justice suisse depuis le 27 mai", et ne pas vouloir faire "d'autre commentaire tant que des enquêtes sont en cours".

Sans oublier Valcke ni Warner

Cette nouvelle déflagration judiciaire au sommet du foot mondial intervient une semaine après la dernière secousse. Le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, avait été relevé de ses fonctions la semaine dernière, accusé par la presse britannique, sur dénonciation d'un consultant de l'instance mondiale, d'avoir touché des commissions sur une revente de billets au marché noir.

Ce jeudi, alors que les travaux du comité exécutif avaient commencé, la justice suisse avait obtenu "sous conditions" de la Fifa (des conditions non explicitées) le déblocage et la livraison des mails de Valcke, pièce centrale des allégations.

Et, pour que le tableau soit complet, ce vendredi encore, la justice trinidadienne a fixé au 2 décembre la date de l'audience sur l'extradition aux États-Unis de Jack Warner, un des anciens vice-présidents de la Fifa, figure de premier plan dans le scandale de corruption qui éclabousse la Fédération internationale.


Pendant ce temps, en coulisses, le feuilleton de l’élection du 26 février 2016 qui désignera un successeur à Sepp Blatter se poursuit. Jeudi après-midi, Zico, l’un des candidats déclarés, a convoqué les journalistes dans un hôtel de Zurich pour détailler son programme. Mais l’ancien joueur vedette de la Seleçao a aussi confié qu’il n’avait pas encore ses cinq parrainages de fédérations pour concourir… La date limite des dépôts de candidatures officielles est le 26 octobre 2015, dans un mois.//////Laurent Favre

Silence


Rédigé par psa le 25/09/2015 à 11:35