Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est essayiste, partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Les partis politiques n'ont-ils plus d'avenir? Les partis politiques n'ont-ils plus que leur passé à nous offrir?


Le Togo dans le Monde...



Les partis politiques n'ont-ils plus d'avenir? Les partis politiques n'ont-ils plus que leur passé à nous offrir?

Toutes ces questions et réflexions se posent à nous. Ce que je sais est que les partis politiques ont de moins en moins des adhérents formels. Le constat est assez général à travers le monde. Au point où, au Canada, l'essentiel est d'être membre, c'est-à-dire adhérer sans payer de frais d'adhésion. C'est aussi le cas aux États-Unis. En Europe, les choix des dirigeants de partis politiques sont faits avec des citoyens qui, simplement adhèrent aux principes généraux des partis. Un jeune leader de Burundi, Francis Rohero, considère même que : "les partis politiques ont fait leur temps."


En réalité tout porte à le croire, à croire que le concept de parti politique n'a pas le vent dans les voiles. Ce qui est observable de plus en plus, c'est que les élections se gagnent avec des citoyens qui ne sont pas que des partisans purs et durs. Les élections ne se gagnent plus au centre forcément, à travers des discours qui n'ont pas de mordant ou d'attrait véritable. Les élections semblent dépendre du charisme d'un leader, souvent capable d'attirer à lui une partie de l'électorat autre que la propre base traditionnelle de son parti... Il y a donc, probablement, un électorat flottant, à l'aise de rallier toute personne, se joindre à tout leader qui soit en mesure de gagner sa confiance.


Prépondérance du Citoyen

Naturellement, le contexte peut avoir son effet de circonstance : le désamour des Américains pour Hillary Rodham-Clinton par exemple, l'impréparation des Français à voter un parti ouvertement xénophobe par exemple, etc. Que ce soit en Allemagne, au Canada, en Grande Bretagne dernièrement avec le Travailliste Jeremy Corbyn, le choix de l'électorat peut aussi signifier le refus de l'alternative disponible aux citoyens...

Dans une certaine mesure, le Togo a probablement fait face à cette situation en février dernier et la Côte d'Ivoire se prépare au même phénomène en octobre prochain, si le "malade" Gbon Coulibaly demeure le choix successoral persistant de Alassane Ouattara. De la même façon, la réélection de Donald Trump ne dépendra pas seulement de lui-même, Trump, mais de l'alternative que constitue Joe Biden; à moins que Barack Obama ne prenne totalement les choses en main dans la campagne des Démocrates étasuniens...

Voilà... Voici un champ de réflexion que nous ne pouvons nous permettre d'éviter, aucunement. Agbéyomé Kodjo a gagné les élections au Togo. Mais il a gagné avec l'appui des Togolaises et des Togolais qui sont loin d'être les adhérents de son parti politique. Ces électeurs du "Saint-Esprit" appartiennent en réalité à un phénomène de plus en plus réel, vivant, de la prépondérance des mouvements d'ensemble républicains sur les partis politiques traditionnels.

Le phénomène togolais qui nous intéresse n'a pas encore dit son dernier mot. L'amateurisme habituel de Faure Gnassingbé, la brutalité de son approche ou des personnages qui l’entourent nous le prouvent avec éloquence. Tout cela renforce l'idée que partout, les luttes sont devenues citoyennes, silencieuses et efficaces à terme. Contrairement aux apparences, les hommes et les femmes sont et demeurent les vrais acteurs, maîtres du jeu politique dont les systèmes et les intérêts divers tentent de les déposséder...

Continuons notre réflexion... Poursuivons nos actions avec un grand respect, une énorme considération pour les citoyens, où qu'ils sont et s'expriment. Leur voix est suprême... Leur voix est "Saint-Esprit"... Leur voix est voie à suivre, pour rester fidèles à la République, la retrouver et la garder, au Togo ou ailleurs...

Fortuite réflexion… Mais, le hasard ne doit pas exister dans les circonstances… Tenons bon...


Merci
PSA
[16 mai 2020]



Mot à Maux


Rédigé par PSA le 17/05/2020 à 16:36
Tags : Démocratie Togo Notez