Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




La pensée de l’impossible
La pensée de l’impossible
Il semble que les élections au Togo pourront encore être repoussées de quelques jours, vers la fin d’aout au lieu du 5 août 2007. On comprend la nervosité de Faure Gnassingbé à demander au PM Agboyibo de tout mettre en œuvre pour que les Législatives se déroulent dans les délais prescrits. Vivement les miracles, pour que ces élections aient lieu afin que ce pays puisse passer à autre chose, après la légendaire période de contestation post-scrutin.
Et de contestations, il en existe déjà au sujet des membres de la Cour constitutionnelle. Je ne sais pas depuis quand les partis politiques de l’opposition radicale togolaise ont les qualités ou la réputation de redoutables ou de bons négociateurs. Signataires de l’Accord politique global (APG) qui donne une place au soleil à ces recalés politiques peu imaginatifs, ils se sont déjà bataillés autour de la place de PM… inutilement. Rien n’était inscrit dans l’APG pour faire obligation à Faure de nommer absolument le candidat de l’UFC. Cette même opposition découvre aujourd’hui que l’Assemblée nationale est monocolore et, chose grave à ses yeux, se permet de nommer six membres de la Cour constitutionnelle qui soient proches du RPT. Les uns se gargarisent en disant que cette nomination ne reflète pas l’esprit de l’APG. Fallait tout simplement avoir le génie d’y penser plus tôt et l’inscrire noir sur blanc dans l’APG. Cela vaudra bien mieux que de dépenser l’énergie à demander l’impossible de la réparation du boycott des dernières législatives qui avaient déjà été à la base de cette Assemblée monocolore, et changé la Constitution à sa seule guise auparavant. Pourquoi cette Assemblée nationale monocolore nommera-t-elle aujourd’hui des membres qui ressembleront aux désirs de l’opposition radicale? Au nom de l’APG? C’est nettement insuffisant!
Il est temps pour certains de comprendre que l’APG n’est pas la solution au mal politique togolais et à l’inconstance de ses acteurs démocratico-radicaux. L’APG que je supporte personnellement dans toute son imperfection est le début du commencement d’un Vivre ensemble qui a toujours fait défaut à toute une génération, passéiste, de politiciens amateurs qui peuplent tant le Togo. Ces partis feront mieux de mettre leur énergie à préparer adéquatement les législatives et s’attendre à seulement un minimum de députés, au moins la minorité de négociation et non de blocage; ce qui les aidera à apprendre à faire le Togo autrement que dans l’impossibilité de leurs rêves et caprices irréalistes.


Mot à Maux


Rédigé par psa le 16/06/2007 à 18:57