Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Le supplice de la goutte d’eau continue au Togo. À intervalle déterminé et très régulier, le gouvernement sort une initiative de tout genre et de toute fiction : un conseil de ministre délocalisé, une inauguration résiduelle, une lutte sans issue contre la corruption, une grâce présidentielle sélective, etc.


Togo… L’Ovation Tabligbo


Le supplice de la goutte d’eau continue au Togo. À intervalle déterminé et très régulier, le gouvernement sort une initiative de tout genre et de toute fiction : un conseil de ministre délocalisé, une inauguration résiduelle, une lutte sans issue contre la corruption, une grâce présidentielle sélective, etc.

La réalité est tout autre ; c’est l’inconfort des populations togolaises qui se poursuit, leur exaspération face à l’abandon de l’essentiel qui n’est rien d’autre que l’adhésion à l’alternance et à l’expérimentation d’une autre gouvernance.

Lorsqu’un conseil de ministres se tient sous une tente avec toute une élite politique en tenue de ville et non en chemise de pagne africain, on peut raisonnablement dire que la créativité du pouvoir a atteint ses limites au Togo. À Tabligbo, la population n’est pas sortie pour accueillir le pouvoir qui tenait réunion sous tente, juste à côté. Comme elles n’étaient pas sorties, le 20-décembre-2018, les populations de Tabligbo et de ses environs sont restés chez eux. L’ovation Tabligbo a fini par ressembler à une ovation Waterloo, une ovation de boue...

La réalité politique togolaise est celle d’une température élevée au niveau d’une inacceptable fièvre. La vérité est que la dignité de tout un peuple est face à un pouvoir devenu totalement faux et fantasmé, arrogant, insensible, dédaigneux, méprisant, désagréable, approximatif, isolé, etc. Le seul vrai débat qui a lieu actuellement au Togo se retrouve dans le monologue et dans l’isolement des uns et des autres.

Les rares idées salvatrices se répètent. À défaut d’être entendues, ces idées épousent la réalité : le désir sans fin d’un profond changement. Comme avec Thomas Müntzer dans le sud de l’Allemagne de 1524, c’est dans la même Allemagne, celle du nord, à Duisbourg, que la réalité togolaise va être revisitée à travers le Symposium Sylvanus Olympio. C’est le rendez-vous, concret, des Togolaises et des Togolais, les 24-25-26 mai 2019.

L’histoire sans fin d’un monde en quête de mutation, tel que nous l’expose encore Éric Vuillard est en mouvement au Togo et partout, inexorablement. Saturées par un pouvoir qui ne sait quoi faire de son autorité les hommes et les femmes du Togo sont aussi des exaspérés, où qu’ils se retrouvent. Or, les « exaspérés sont ainsi, ils jaillissent un beau jour de la tête des peuples comme les fantômes sortent des murs. » C’est donc avec des têtes qu’il faut arriver au Symposium Sylvanus Olympio qui n’est pas à Tabligbo… Pas cette fois-ci, en tout cas.


PSA

Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 15/02/2019 à 02:00