Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est essayiste, partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




De plus… L’exemple vient d’être donné, de nouveau, par le président ivoirien Alassane D. Ouattara. Deux mandats présidentiels de cinq ans, c’est largement suffisant et c’est la norme. Même dans les Républiques bananières africaines où la tentation de se considérer comme le Messie est très élevée, il est possible de se retenir et laisser son pays s’envoler sous un tout autre leadership présidentiel.


Cri de révolte, Pierre Gauvreau
Cri de révolte, Pierre Gauvreau

Rien d’autre à faire que de persister dans les actes qui confrontent le pouvoir imposteur de Faure Gnassingbé.

Cet acte de large confrontation de la fausseté électorale appartient à tous les Togolais, sous l’égide du Président élu… En l’absence de la légalité des institutions togolaises, seule prévaut la légitimité que possède amplement l’élu du 22 février 2020 à la Présidence de la République… Une personne reconnue comme telle, de surcroît, implicitement et explicitement, par l’essentiel des partis politiques significatifs au Togo.

De plus… L’exemple vient d’être donné, de nouveau, par le président ivoirien Alassane D. Ouattara. Deux mandats présidentiels de cinq ans, c’est largement suffisant et c’est la norme. Même dans les Républiques bananières africaines où la tentation de se considérer comme le Messie est très élevée, il est possible de se retenir et laisser son pays s’envoler sous un tout autre leadership présidentiel.

Et le président français, Emmanuel Macron, sur lequel tant de chefs d’État francophones africains se reposent, lamentablement, d’ajouter dans un gazouillis (Twitter) : « Je salue la décision historique du Président @AOuattara_PRCI, homme de parole et homme d’État, de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. Ce soir, la Côte d’Ivoire donne l’exemple. » C’est tout dire… Le monde change ! Chaque chef d’État africain se doit d’ouvrir la porte pour entrer dans l’histoire, en toute conscience de la valeur incontournable de l’éthique républicaine…

Dans le cas de Faure Gnassingbé, un seul mandat aurait largement suffi, s’il en avait la volonté et les capacités de comprendre le pourquoi : l’effroyable dictature de 38 ans de son père, son entrée par effraction sanglante et frauduleuse dans l’histoire politique du Togo depuis février 2005, sa jeunesse en âge, son impréparation dans la compétence à exercer le pouvoir d’État, son manque de jugement républicain, etc.


Mensonges et canulars politiques

Le ridicule est aussi d’entendre les insatiables barons et Adowuinon du régime togolais soutenir que : « Vous voyez, le Président Faure Gnassingbé vient de commencer son premier mandat, s’il a la chance de faire un deuxième mandat, il va se retirer. Avec les nouvelles réformes constitutionnelles, le compteur est remis à zéro. Donc après ce mandat, il va seulement faire un autre, puis il va partir ». Si le ridicule tuait, depuis les promesses d’Abuja, celles de l’Accord politique global (APG) et les nombreux dialogues, que se passerait-il au Togo? Que de décès par étouffement pour raisons de mensonges et de canulars politiques !


Tout cela est largement suffisant… Tout cela est suffisamment large… Faure Gnassingbé n’a aucune légitimité pour continuer de diriger le Togo, en passant d’une fraude électorale à une autre fraude plus vaste et encore plus Faure… Chaque ministre régissant les élections au Togo voulant à tout prix faire mieux dans la fraude électorale que le précédent, et davantage justifier ses propres prébendes sur le budget de l’État, puisqu’aucune institution internationale sérieuse ne finance plus les prétendues élections au Togo…

Véritablement, Faure Gnassingbé est périmé malgré sa jeunesse, et surtout à cause des faits et actes entourant sa personne. Faure Gnassingbé est la preuve palpable que l’on peut être abonné à la vieillesse politique depuis sa jeunesse. Dans ce cas d’obsolescence programmée, l’âge réel importe peu. Comme chef d'État, Faure est périmé et, le 22 février 2020, il a largement fait la démonstration, une fois de trop, qu’il ne mérite pas le Togo, la confiance des Togolais et la parole donnée depuis 2005.

La place est à l’élu vrai des Togolaises et des Togolais : Gabriel Messan Agbéyomé KODJO… Actions !


PSA
[6 mars 2020]




Silence


Rédigé par PSA le 05/03/2020 à 21:39



Si Faure Gnassingbé était moindrement capable de transformer le Togo, il y a bien longtemps qu’il l’aurait fait. C’est un fait que l’incapacité de Faure Gnassingbé à transformer le Togo, en démocratie, est notoire. Cela ne tient pas du simple hasard ou d’un mauvais sort jeté par une tante sorcière. Faure Gnassingbé n’a pas de ressources intérieures suffisantes pour élever le Togo à un niveau appréciable autre que celle, évanescente, qu’il a déjà offert...


L’Acteur et le Système Gnassingbé


À vrai dire, c’est plus qu’un des slogans de l’Université d’Oxford, c’est plutôt l’imposante réalité : « Les défis d'aujourd'hui exigent des leaders audacieux. » [Today's challenges demand bold leaders]. À y voir de près, une telle réalité est une constante que l’acteur, les acteurs, les personnalités publiques, prennent toujours à défaut le système, et finissent par triompher des systèmes les plus récalcitrants et rétrogrades. L’audace est la clé du Togo…

Nous le savons et nous l’avons tous expérimenté au Togo et ailleurs, pour ce qui est des personnes qui ont influencé leur pays en bien, changeant du tout au tout l’avenir de leur nation, conditionnant positivement la destinée de leur pays au point de féconder pour toujours leur histoire.

N’allons pas loin, en termes d’exemples impérissables : Sylvanus Olympio au Togo, J. J. Rawlings au Ghana, Thomas Sankara au Burkina et Mathieu Kérékou au Bénin. L’histoire de chacun de ces pays sait en produire, diversement, dans le temps et à travers les opportunités. Pour paraphraser Martin Luther King Jr, la fontaine des bienfaits n’est fermée à aucune génération.

Si Faure Gnassingbé était moindrement capable de transformer le Togo, il y a bien longtemps qu’il l’aurait fait. C’est un fait que l’incapacité de Faure Gnassingbé à transformer le Togo, en démocratie, est notoire. Cela ne tient pas du simple hasard ou d’un mauvais sort jeté par une tante sorcière. Faure Gnassingbé n’a pas de ressources intérieures suffisantes pour élever le Togo à un niveau appréciable autre que celle, évanescente, qu’il a déjà offert.

Faure Gnassingbé est là seulement du seul fait qu’il est le fils de son père, Gnassingbé Eyadema… Point de suspension… Tout fils de Gnassingbé qu’il est, il pouvait… Mais il n’en est pas capable, il n’en est pas outillé… Et son passage à Washington DC n’a d’ailleurs laissé aucune trace de son diplôme universitaire… Point final.


Le Togo n’est pas Faure, et… Un Koffi peut en cacher un Autre

C’est en cela que le potentiel intérieur de certaines personnes devient intéressant pour le Togo dans l’espace politique courant, notoirement : une intégrité publique sans pareil pour Jean Pierre Fabre, une habileté de gestion sans équivalent pour Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo.

Aux commandes, aujourd’hui, se retrouve Agbéyomé Kodjo comme Président élu par les Togolais, majoritairement et légitimement, en dehors de la forfaiture électorale consacrée par la prétendue Cour Constitutionnelle. Voilà que de cette habileté de gestionnaire, le Togo des démocrates a le plus grand besoin. Voilà que se servant d’un Koffi autre que le Yamgnane que l’un n’avait pas réussi à amener au front, Agbéyomé Kodjo fait appel à Koffi Nadjombé pour faire face au système Gnassingbé. L’audace politique doit forcément être l’ingrédient unificateur du duo…

Indubitablement, c’est du caractère audacieux qu’il faut pour affronter le système dévastateur qui a pris le Togo en otage. C’est probablement ce profil audacieux qui se retrouve dans la paire Agbéyomé Kodjo-Koffi Nadjombé pour amorcer, efficacement, la bataille nouvelle contre l’imposture qui assiège le Togo. Indépendamment de l’apport du Peuple togolais, tout système se fragilise et se dégrade devant l’acharnement de l’acteur audacieux et avisé. Le caractère de l’acteur audacieux sait toujours triompher du système imposteur.

C’est notre conviction raisonnée que rien n’est joué au Togo. C’est une conviction ancrée chez chaque Togolaise, chaque Togolais, que la bataille contre le système fraudeur sera rude, mais aucunement impossible. C’est ce qui justifie amplement le soutien républicain à renouveler au président élu, le choix des Togolais, pour arriver au but suprême du retour à la République au Togo. Rien n’est joué… L’acteur audacieux Agbéyomé est toujours en phase… Tenons bon!



PSA
[4 mars 2020]

togo_acteur_systeme.pdf Togo Acteur-Système.pdf  (516.64 Ko)

Ad Valorem


Rédigé par PSA le 04/03/2020 à 01:00



1 2 3 4 5