Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




A 82 ans, le président du Sénégal fera une nouvelle fois le déplacement à Lyon aujourd’hui à l’occasion de la conférence internationale sur la solidarité numérique pour demander aux entreprises de donner « encore plus d’ordinateurs » aux écoles d’Afrique. « Parce que, dit-il, internet est devenu aujourd’hui l’école universelle ». Il a accordé une interview au Progrès. On retrouve le president sénégalais toujours égal à lui-même… comme David de Michel Angelo, qui s'est trnasformé après un séjour de quelques années aux États-Unis; la mondialisation est passée par là et n'épargne personne...


Pas de souci à se faire pour l'Afrique...
Pas de souci à se faire pour l'Afrique...
>> Les pays africains souffrent-ils plus que les autres de la crise financière ? Pas du tout! « La crise financière nous passe au dessus de la tête », disent les banquiers africains réunis à Washington. Nos banques sont en surliquidité. 500 milliards de francs CFA dorment dans les caisses de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest. Et comme nous produisons pour vivre, et non pour exporter, nous sommes moins dépendants de l’extérieur. D’autant moins que des mesures avaient été prises dès que les prix des produits alimentaires ont augmenté : au Sénégal, une Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance (Goana) a permis d’assurer les besoins de la population en mil, en maïs et en riz. Bien sûr, si les émigrés africains sont touchés par la crise en Occident, cela pourrait avoir des répercussions, car il est possible alors qu’ils envoient moins d’argent à leurs familles restées au pays. Mais dire qu’une partie importante de notre économie dépend de ces transferts, c’est exagéré. >> Mais les investissements occidentaux en Afrique risquent de s’effondrer? Ils ne diminuent pas. Je vous citerai l’exemple du futur plus grand port de l’Afrique, que l’on va construire au Sénégal, au sud de Dakar. Dubaï, l’Iran, l’Inde (Mittal) font partie des investisseurs. Le chantier démarre en 2009. Notre continent est un débouché énorme pour le surplus de capitaux étrangers. Cela peut donner de l’air et aider à résoudre la crise mondiale actuelle. Car la réponse doit être économique et pas financière.

Vraiment?
Vraiment?
>> Vous n’êtes donc pas inquiet? Non. L’Afrique est un exemple d’espace non touché par la crise financière. Cela représente une chance pour elle. Je vais d’ailleurs dans quelques jours publier une tribune dans plusieurs grands quotidiens américains avec sept propositions pour redresser la finance mondiale. Les Etats-Unis ont fait les choses à l’envers : ce sont les ménages américains surendettés, qu’il faut subventionner. Pas les banques! >> L’élection d’Obama est-elle une bonne nouvelle pour l’Afrique? Les Etats-Unis ont crevé le dernier plafond du racisme. C’est le début d’une nouvelle ère dans l’histoire de l’humanité, où la rapidité à l’action et l’expertise sont les deux seuls critères de succès, sans considération de la couleur de peau. J’espère que le président Obama saura accorder une place aux Africains dans les médiations internationales, et au Fonds monétaire international. Pour le reste, nous ne lui demandons rien. Qu’il se consacre à redresser la situation extrêmement difficile dans laquelle se trouve son pays. Qu’il soit un bon Américain. Je ne souhaite pas qu’il se consacre à l’Afrique, car s’il échoue, les gens diront : « Ce n’est pas un Américain que l’on a élu, mais un Africain ». Nicolas Ballet, Le Progrès

Silence


Rédigé par psa le 24/11/2008 à 15:15
Notez