Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Bertsch, Par-delà-les-saisons
Bertsch, Par-delà-les-saisons
Le maitre du jeu politique africain n’est plus. Il était effectivement de toutes les sauces politiques du continent et partout où il le pouvait, et plus que tout autre chef d’État. Il n’était pas parfait ni mesquin, mais humain et d’un charisme charmeur, et d’une amitié généreuse. Une vie tout à fait respectable faite d’une symphonie chaude qui nous manquera. C’était en compagnie de Léon-Paul Ngoulakia que je l’avais rencontré la première fois… Inoubliable ! Ensuite à Ottawa, à une réception donnée par Jean Chrétien en son honneur, lui qui avait pourtant donné la première reconnaissance internationale au Québec. À un conseil de ministres gabonais, le président Bongo avait accepté la participation de son gouvernement au premier MIAM à Montréal. J’en étais honoré ! Mais on ne peut avoir été bon élève sportif de Luc Marrat-Abyla au Lycée Léon-Mba à Libreville, étudiant et gréviste occasionnel habitant un pavillon de la résidence universitaire sans avoir connu des moments de colère du président Bongo… jamais, ces formes d’exaspération n’étaient disproportionnées à notre endroit, nous, les éternels insatisfaits. Avec Bongo, s’achève probablement une ère particulière d’une diplomatie ouvertement africaine dont la saveur était donnée par sa seule présence : il avait la sympathie naturelle et facile ; une humanité qui a sauvé la vie à plusieurs opposants politiques de certains de ces collègues chefs d’État qui avaient la main dure envers les contestataires de leur régime. En écoutant l’ensemble des politiques africains on comprend la densité du personnage Bongo. Et même, un de ses adversaires momentanés, Mathieu Kérékou, doit être peiné de la disparition d’Omar Bongo Ondimba aujourd’hui ; le concert des hommages rendus à cet homme particulier contraste avec le silence gênant qui avait souvent entouré le décès de certains présidents africains. Ainsi va la vie qu’on n’en sort pas vivant. Je ne peux cacher ma tristesse et celle des miens. C’est surtout l’occasion de présenter mes condoléances aux uns et aux autres, et ils sont nombreux pour les citer. Bongo était venu, il avait vécu, il s’était retrouvé mieux que beaucoup d’autres. Et ce n’est pas peu dire !


Silence


Rédigé par psa le 09/06/2009 à 07:09
Notez