Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Raph Delorme
Raph Delorme
C’est assez curieux, mon vieil instituteur nous le disait aussi –à nous jeunes bambins, que l’ignorance peut devenir une grave faute si l’on s’y complait. C’est essentiellement le cas par ces temps où la complaisance a fait nid partout, particulierement dans les médias et mettant ainsi à mal, et la raison et le bon sens. Mais il en reste certains qui sortent de ces pièges pour inscrire leur réflexion dans l’audace et la vivacité, quitte à frôler l’impertinence. On l’a vu avec Joseph E. Stiglitz qui, de la Maison Blanche à la Banque Mondiale n’a pas eu de cesse de fonder sa réflexion économique sur la nécessité d’une présence étatique renouvelée ; il en a été récompensé par un prix Nobel au tournant de ce siècle, en 2001. Aujourd’hui même ou hier c’est selon, son ami Paul Krugman adepte de ce renouveau du keynésianisme est aussi honoré par le Nobel 2008. Cette plume admirable qui sévit dans le New York Times en vulgarisant la réflexion audacieuse mérite bien cette reconnaissance qui vient faire un pied de nez aux fanatiques du marché sous le règne finissant de W. De ces incompétents portés au pouvoir par le simple des hasards, Paul Krugman écrivait un jour : «J’ai utilisé pour la première fois en octobre 2000 le mot "Orwellien" pour décrire l’équipe Bush. Même à cette époque, il était évident que George W. Bush ne s’entourait que de gens qui insistent pour dire que le haut se trouve en bas, et que l’ignorance est une force. Mais le coût global que son déni de la réalité a causé ne commence que maintenant à se faire jour. Le Président Bush et le vice-président Dick Cheney ont une capacité sans égal pour se tenir à l’écart de la réalité lorsqu’elle ne les arrange pas. Ils dirigent un parti qui contrôle les trois branches du gouvernement, et ont en face d’eux des médias d’information qui parfois se révèlent être des fervents partisans, ou du moins sont réticents à rapporter complètement que ces hommes politiques ne disent pas la vérité. Et aussi, ils bénéficient toujours de ce qu’il reste de la confiance qui leur a été accordée après le 11 septembre. Ceci leur a permis de s’engager dans ce qu’Orwell appelait "le contrôle de la réalité". Dans le monde de l’administration Bush, nos dirigeants sont infaillibles, et leurs politiques réussissent toujours. Si les faits ne correspondent pas à cette vérité, ils les nient tout simplement. En tant que stratégie politique, le contrôle de la réalité a très bien fonctionné. Mais en tant que stratégie de gouvernement, cela a conduit à un désastre prévisible. Lorsque les dirigeants vivent dans une réalité inventée, ils font un très mauvais travail pour s’occuper de la vraie réalité. (…) Pourquoi l’économie a-t-elle connu d’aussi mauvais résultats ? Bien après qu’il était devenu évident à tous ceux qui n’étaient pas dans ce gouvernement que la stratégie de réduction d’impôt n’était pas la manière efficace de créer des emplois, les officiels de ce gouvernement continuèrent de promettre de colossales créations d’emploi, incessamment. Personne ne pouvait leur dire autre chose. Pourquoi la chasse aux terroristes fut-elle un tel échec ? Il est évident depuis des années que John Ashcroft ne fait pas seulement peur ; il est aussi effroyablement incompétent. Mais à l’intérieur de ce gouvernement, il est considéré comme l’homme de la situation – et personne ne dit le contraire. La question est que dans un monde réel, en opposition au monde politique, l’ignorance n’est pas une force. Un leader qui a le pouvoir politique de prétendre qu’il est infaillible, et qui utilise ce pouvoir pour éviter de reconnaître ses erreurs, finit par faire de telles erreurs qu’elles ne peuvent pas être dissimulées. Et c’est ce qui est en train d’arriver à M. Bush. »

Horizon


Rédigé par psa le 14/10/2008 à 00:37
Notez