Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




J B Regnault,  La Liberté ou la mort: une question de séparation
J B Regnault, La Liberté ou la mort: une question de séparation

Il faut s’incliner devant le créateur, l’artiste du genre humain qu’était Pierre Falardeau. Il s’en est allé à un si jeune âge de 62 ans! C’était avant tout une pierre et un Pierre, solide en verbe et en imagination, avant d’être un comédien de lui-même, personnage de son propre film de vie. Une vie en Noir et Blanc qui laisse des interrogations à la Jenny de Richard Desjardins : « Comment t’as fait pour rendre heureux, rieur et imaginatif tout le Québec? » lorsqu’on ne possède que sa « Sueur pour toute fortune ». Peut-être aussi la simplicité dévoyée qui se lit sous la plume de cet entier être, et il ne s'en cachait pas : « Je suis un homme d’un autre siècle. Je chauffe au bois. Je n’ai pas d’ordinateur. J’écris à la main, avec un crayon à mine ou une plume. En art, je crois à la simplicité. Je chasse à l’arc. Je me bats pour la liberté, la liberté sous toutes ses formes, la mienne, celle de mon peuple, celles de tous les peuples. Bref, je suis un primitif égaré. Et me voilà maintenant sur Internet. Quelle contradiction ! Tout ça c’est la faute d’un jeune militant d’origine française, Christophe Waharte. Il aime mon travail, je crois et il m’a convaincu que ça valait la peine de rendre tout ça accessible. Pour lui, Internet est un outil de lutte, une façon de résister, une arme de combat. Alors, si ça peut servir…Allons-y ! » En effet, c’est l’histoire d’un homme-lutteur qui a tout donné, tout ce qu’il avait : lui-même. C’était sans doute sa manière de rester vivant, puisque « la Liberté ne le fatiguait pas! ». En son nom, au nom de la Liberté et de son idéal d’indépendance, il était partout et apportait l'intelligence ordinaire et déroutante de sa conviction: un véritable chèque en blanc au seul nom du Québec.


Silence


Rédigé par psa le 26/09/2009 à 11:38