Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Grecs et Européens ont poussé leur logique jusqu’à l’absurde. C’est un grand pas vers un démembrement de la zone euro qui a été franchi ces deux derniers jours seulement. Dans le dossier grec, «plus personne n’agit de façon rationnelle», expliquait au Monde une économiste française en début de semaine dernière. La suite des événements n’a rien fait pour lui donner tort. Pas plus que les éditorialistes et les spécialistes totalement divisés à travers le monde. `Dans tous les cas de scenario, un OUI ou un NON ne fera qu’alimenter le débat sur l’avenir même de l’Europe : solidaire ou suicidaire ?


Europe, la déchirure…
Europe, la déchirure…


Samedi, l’Europe a préféré rompre les négociations, risquant de voir quelques dizaines de milliards partir en fumée, plutôt que de céder aux gesticulations grecques. L’exaspération a pris le pas sur la logique économique, qui aurait voulu que la dette soit en partie effacée et que la zone euro reste intacte. Côté grec, le premier ministre, incapable d’imposer une vision totalement opposée à celle de ses créanciers, a choisi la provocation ultime: un référendum sur un accord inexistant et qui interviendra après la date fatidique du 30 juin, lorsque la Grèce devra rembourser le FMI.

Poussant chacun leur logique jusqu’à l’absurde, les deux camps ont atteint le bord du précipice. A très court terme, ce n’est pas une catastrophe. On peut s’attendre ces prochains jours à des remous sur les marchés, tant ceux-ci avaient cru à une issue heureuse des négociations la semaine dernière. Aussi longtemps que la Banque centrale européenne continuera de maintenir les banques grecques sous perfusion, il n’y aura cependant pas de faillite, pas d’effondrement du système bancaire et pas de risque de contagion. Et c’est bien ce qu’elle a décidé dimanche.

Dans un rapport publié juste avant l’entrée de la Grèce dans la zone euro, des experts d’une grande institution internationale affirmaient: «i[L’adhésion [comporte des] risques économiques. Et ils sont plus importants pour la Grèce que pour les pays de la zone euro]i.» On risque de vérifier cette prophétie ces prochaines semaines.

Mais, à moyen terme, c’est un grand pas vers un démembrement de la zone euro qui a été franchi ces deux derniers jours. Plus que de violentes turbulences financières – les experts européens ont eu des semaines pour anticiper une telle issue –, ce serait un échec retentissant dans la construction européenne. Un aveu que le développement et la prospérité qu’amène l’Europe ont leurs limites.

La presse est partagée ce lundi matin après la rupture des négociations entre la zone euro et la Grèce, qui sont désormais suspendues au résultat du référendum décidé par Alexis Tsipras. De nombreux éditorialistes laissent percer leur inquiétude. D'autres se refusent à condamner les Grecs et pointent du doigt les responsabilités de l'Europe. Voici le portrait de la presse française :

Jacques Olivier Martin dans Le Figaro
"Cette tragédie qui tire en longueur tient au fait que la Grèce n'a jamais eu sa place dans la zone euro. Qu'elle y est entrée par erreur, par manque de discernement des institutions européennes et des grands pays, la France et l'Allemagne en tête. Une monnaie unique nécessite, à tout le moins, une convergence de compétitivité des économies des pays qui la partagent, une acceptation du paiement de l'impôt, la volonté et la capacité d'équilibrer ses comptes publics. Des règles comprises et acceptées à Berlin, pas dans la patrie de Platon. Pour l'Europe qui ne veut pas se résigner à l'échec, il n'y a pas d'autre voie que de poursuivre les réformes urgentes et douloureuses pour espérer équilibrer le budget, réduire les dépenses publiques et créer la compétitivité, synonyme de richesse. Tsipras n'y croit pas et propose à son peuple le grand saut dans l'inconnu. Aux Grecs de choisir."

Laurent Joffrin dans Libération
"La sortie de la zone euro aggraverait encore la situation, notamment pour les plus démunis. Les Grecs en sont conscients. Malgré la popularité toujours bien réelle de Syriza, ils restent massivement favorables à l'euro et, selon les premiers sondages, ils approuveraient le plan européen. Les règles de la zone euro que rappellent les 18 autres membres ont été et sont fixées par des gouvernements élus démocratiquement qui sont tout aussi légitimes que celui de la Grèce et ont le soutien de leurs opinions publiques. Ils espèrent encore éviter le pire - le Grexit - et l'encore pire, c'est-à-dire les risques d'une dérive hors de l'UE d'un pays dont la position géostratégique n'a jamais été aussi importante face à un Moyen-Orient en plein chaos, à une Turquie entrant dans une zone de turbulence et au cœur de Balkans où la paix reste fragile. C'est aussi pour cela qu'il faut à tout prix éviter de perdre la Grèce."

Maud Vergnol dans L'Humanité
"Mais dans le berceau de la démocratie, on ne demande pas l'autorisation aux bureaucrates de Bruxelles pour consulter le peuple qui vous a porté au pouvoir. Grâce à cette décision courageuse, ce qui se joue désormais n'est plus seulement la question du devenir économique de la Grèce, mais bien celle de l'Union européenne. À Bruxelles, le boudoir des tyrans de la finance doit redevenir la maison des peuples. (...) Oui, l'Union européenne est en train de trembler sur ses bases. Mais c'est dans les couloirs de Bruxelles que se joue la scène du crime. Car, comme l'a rappelé Alexis Tsipras, l'ultimatum des usuriers, qui préconise d'acculer toujours plus le peuple grec et de ménager les plus riches, contrevient aux principes et aux valeurs qui ont fondé l'Europe."

Jean-Marc Vittori dans Les Échos
"La Grèce est désormais sur la pente fatale. Car c'est bien le scénario du Grexit qui est enclenché. Ce lundi, en Grèce, les banques sont fermées pour éviter que les citoyens ne viennent retirer en masse des billets en euros. Mardi, le Trésor fera défaut sur la dette qu'il doit rembourser au Fonds monétaire international. Dans les jours qui suivent, la Banque centrale européenne ne pourra alors plus augmenter ses prêts aux banques du pays, qui seront donc privées d'argent. Dimanche, les électeurs voteront sans doute " non " au référendum sur les réformes demandées par la Commission européenne pour débloquer des fonds. Le gouvernement devra alors émettre des assignats pour payer ses fonctionnaires, ses retraités et ses fournisseurs. Cette mauvaise monnaie chassera la bonne."

Pascal Coquis dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace
"Tsipras l'a toujours dit, il veut en finir avec ce rapport de domination humiliant pour son peuple. Alors, un pied dans le vide, l'autre au bord du précipice avec le vent dans le dos, oui. Le schéma était annoncé. Alexis Tsipras et ses alliés au pouvoir à Athènes n'avaient d'autre choix politique que d'aller au bout de leur logique, de bousculer les créanciers sans se soucier des bonnes manières en opposant l'humain à la finance. Sauf à renier leurs engagements de campagne et trahir leurs électeurs. D'où cette ultime provocation d'un référendum un peu surréaliste qui ressemble tout autant à une menace qu'à une partie de roulette russe. Dans les deux cas, on sait que ça peut mal tourner."

Jean Levallois dans La Presse de la Manche
"Ce référendum est ambigu, une majorité de Grecs sont pour le maintien de la Grèce dans l'euro. Mais la question porte sur l'acceptation ou non des mesures demandées par les créanciers. Et le gouvernement grec fera campagne pour le non. Ce qui devrait entraîner, ipso facto,la sortie de l'euro. En outre, le référendum sur le projet d'accord est une illusion. L'Eurogroupe a fait savoir que la rupture unilatérale des négociations entraînait la disparition de tout projet d'accord. Difficile dans ces conditions d'approuver ou de refuser un accord qui n'existe pas. Les dirigeants grecs ont cru, après leur victoire, qu'il suffirait d'y aller au culot pour réussir un passage en force. C'est une grave erreur. Les démocraties sont souvent prêtes à des concessions. Lorsqu'on les croit faibles, faciles à faire plier, elles font la démonstration que, dans bonne volonté, il y a aussi volonté, et que bonne ne veut pas dire bonasse."

Raymond Couraud dans L'Alsace
"En sortant de sa manche la carte du référendum qu'il avait jusqu'alors cachée, Tsipras poursuit dans le registre du jeu de poker menteur dont il est coutumier et que, visiblement, il affectionne. L'issue du référendum est plus que probable : le non à la proposition de renégociation de la dette devrait l'emporter, et Tsipras pourra parader ensuite en se posant comme un parangon de vertu. Triste fumisterie, en réalité, touchant à l'image d'un pays qui, par son histoire, sa culture et son attractivité touristique, faisait rêver bon nombre d'Européens. (...) C'est d'abord la Grèce qui pâtira d'une sortie de la zone euro puisqu'elle sera privée de tout moyen financier pour rebondir. La roulette grecque est décidément un jeu dangereux."

Laurent Marchand dans Ouest-France
"Sans rien ôter des responsabilités d'Athènes, il y a quelque chose de punitif, de malsain dans la façon dont l'Europe du Nord a voulu à tout prix mettre Tsipras dans une position humiliante. Comme pour le casser, relève l'économiste Paul Krugman. En oubliant qu'un examen critique des deux plans d'aide décidés depuis 2010 montre combien les erreurs ont été collectives. (...) Si leur sort n'est pas décidé d'ici là en catimini à Bruxelles ou à Berlin, il reviendra aux Grecs, dimanche, de donner leur avis par référendum. Un non sonnerait comme un baroud d'honneur. Un oui comme une leçon d'européisme. Malgré l'Europe."

Jean-Louis Hervois dans La Charente libre
"Alexis Tsipras a fait basculer la crise grecque dans la zone ultime, là où plus personne n'est capable d'écrire les scénarios des prochaines semaines. C'est un concours de pronostics qui s'ouvre désormais pour prédire ce que le défaut de paiement de la Grèce peut entraîner dès mardi pour l'ensemble de l'économie du continent et au-delà. L'exemple du crash bancaire de 2008 n'incite guère à faire confiance aux dirigeants du système. Fin de l'euro, fin de l'Europe, repli national, toutes les peurs qui ont traversé depuis des mois les scrutins européens se retrouvent mêlées dans une même incertitude au moment précis où le terrorisme sème la mort d'un côté et de l'autre de nos frontières."

Jean-Marc Chevauché dans Le Courrier picard
"Bruxelles dit à Tsipras qu'il faut baisser les retraites déjà ridicules et augmenter la TVA qui touche tous les consommateurs grecs. Donc Bruxelles veut gouverner à la place des Grecs. Et pour cette ingérence insupportable dans les affaires nationales, une seule solution s'impose : la démocratie. Tsipras en appelle au peuple, mais le problème que révèle cette crise, qui est plus qu'une crise européenne mais avant tout une crise du système, c'est que l'Europe est encore toute à faire. Ou l'idéal européen à abandonner. Si une même politique, consentie démocratiquement par une majorité de citoyens européens, s'appliquait d'un bout à l'autre du continent, il n'y aurait pas de crise. En voulant garder l'illusion d'un pouvoir national, les États ont contribué à saborder l'Europe."

Bernard Stéphan dans La Montagne Centre-France
"N'est-il pas temps pour l'Europe de sauver la petite Grèce ? En procédant à ce qui a toujours été fait au cours de l'histoire : a minima une réduction de la dette. Imaginer un plan Marshall comme jadis un tel plan a aidé l'Europe et en particulier l'Allemagne exsangue. Cette Europe promettait unité et prospérité. Elle a inventé l'euro, facteur de division et de gouvernance antidémocratique confiée aux seuls banquiers. Finalement, la vraie question à poser au peuple grec, c'est de savoir s'il veut ou non rester dans l'Union européenne. Mais attention à l'effet domino. Après la crise grecque, l'Europe devra se réformer, sans quoi d'autres peuples suivront le même chemin. Et ce serait le spectre de la fin de l'Europe de Jean Monnet."


Horizon


Rédigé par psa le 29/06/2015 à 03:33
Tags : Démocratie Europe Grexit Notez



Le constat généralisé que des élections ne favoriseront guère l’alternance politique au Togo est la pire des choses qui puisse arriver à un pays. Ceci rend témoignage de la dégringolade en accéléré et en désinvolture de la gouvernance de toute une nation, par un temps de modernité où plus personne ne peut ignorer sa responsabilité propre ni prétendre ne pas disposer de base comparative en gestion publique. Le Togo est abandonné dans des mains peu habiles et très peu éthiques au plan de la gouvernance d’État : un pays où seuls le mensonge, le déshonneur, l’entêtement, la brutalité, l’indécision, l’illégitimité et même l’incapacité pure font aubaine et complaisance. Le désenchantement des citoyens togolais est donc la meilleure preuve de l’échec d’un système totalitaire qui ne trompe plus personne. L’heure est grave : le Togo a besoin d’une audace innovante. Les intrigues politiques, inutiles et désuètes, ainsi que la fragilité même du pouvoir absolu, cinquantenaire, obligent une évolution courageuse et définitive vers la démocratie au Togo.


Togo : l’éternelle tentation de la démocratie

La succession des épisodes de crises et de ridicules politiques –formation du gouvernement, organisation d’une inutile cérémonie d’investiture présidentielle, état de santé de Faure Gnassingbé, déclaration farfelue et injurieuse de l’ambassadeur de l’Allemagne au Togo, la cacophonie de la célébration impromptue des martyrs (quels martyrs finalement?) et bien d’autres situations corsées et carrément loufoques comme celle du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest au lendemain des présidentielles, un Mohammed Ibn Chambas incapable de dignité, sans oublier le fameux expert électoral Clément Aganahi, davantage plaisantin que démocrate, et son système dénommé « succès », tout cela témoigne bien de la déliquescence avancée qui prévaut dans les mœurs publiques au Togo et qui attirent autant de charognards politiques.

Véritablement, les deux mandats présidentiels de Faure Gnassingbé n’ont servi qu’à confirmer une impréparation assidue, une vaste corruption politique à ciel ouvert ainsi qu’une carence irrévérencieuse à faire évoluer le Togo, contrairement à ses propres promesses de réconciliation et de développement en plus de n’avoir jamais été l’élu de ses concitoyens.

Une fois encore et toujours maladroitement, Faure Gnassingbé expose l’impératif éthique qui s’impose désormais au Togo : il faut du caractère, de la volonté, de la ténacité et du métier pour sortir le Togo de son impasse et retourner le pays à sa vocation démocratique. Il n’y a plus de doute que le Togo est entré dans une ère de survie politique. La tergiversation ambiante et le choix peu risqué du premier ministre Edmond Sélom Klassou laissent les roues libres à Faure Gnassingbé pour faire face à ses vieux démons : son éternelle indécision ainsi que la tentation de l’impossible rapprochement avec son seul et redoutable adversaire que demeure Jean-Pierre Fabre. La situation qui prévaut au Togo atteste bien que le pays est livré en pâture à une bande difforme et tentaculaire sans aucune retenue.

Pour avoir usé constamment de la manipulation envers tous ses vis-à-vis, dont des chefs d’État étrangers et, comme son père Gnassingbé Eyadema au soir de sa vie lorsque celui-ci n’avait que la subversion comme gouvernance, l’isolement comme refuge et la solitude comme naufrage, Faure Gnassingbé reçoit à son tour le désaveu du changement tronqué, l’impermanence et même la fragilité du pouvoir absolu. La faiblesse de Faure Gnassingbé est désormais réelle autant que sa posture inconfortable est observable de partout et sous tous les angles. Une bataille perdue et volée, en plus d’être connue du monde entier est toujours difficile à concélébrer avec ses pairs et ses compatriotes. Le Togo doit être restitué à la sagesse des termes et des conditions de la réconciliation et du Grand Pardon si longtemps prônés. C’est écrit et enseigné partout dans l’espace public : « Tu n’iras pas plus loin, ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots! »

La répression constante du peuple n’est pas une solution à la démocratie


Il est clair. Pour la large majorité de ses citoyens de l’intérieur et de l’extérieur, le Togo actuel est inacceptable, totalement indigne, inconcevable et, plus que quiconque, Faure Gnassingbé en est le responsable. Mieux vaut tôt que tard. Faure Gnassingbé doit se convertir à la démocratie, accepter de quitter le pouvoir dans des conditions courageuses qui le feront porter en triomphe par les Togolais eux-mêmes et ainsi lui conférer la garantie populaire autant que le respect institutionnel comme ce fut le cas en Argentine, au Bénin et ailleurs où le totalitarisme s’est transmuté en salutaire démocratie. La capacité de répression du peuple togolais par les forces de sécurité ne peut donc constituer une autre option à la démocratie; c’est aussi en cela que le pouvoir absolu est impermanent. La liberté ne fatigue pas les peuples; ils poursuivent toujours leur lutte émancipatrice jusqu’à la victoire finale.

Ainsi, la bataille pour la démocratie au Togo se doit d’être livrée par tous les citoyens du Togo, le courage de Faure Gnassingbé y compris, davantage que sa peur des uns et des autres qui essaiment tout autour de lui et plombent son propre salut et celui de sa famille tout autant que le destin, la dignité et l’envol de tout le peuple togolais. L’heure est grave. Le désenchantement des citoyens togolais est le meilleur argument quant à l’échec d’un système totalitaire qui ne peut plus tromper personne à quelques niveaux que ce soient; un système dont les courtisans seuls, internes et externes, savent vanter les avantages, les leurs, sonnants et trébuchants, insolents et impertinents.

Désormais, chacun connaît ses responsabilités quant au devoir du changement politique au Togo. Le renoncement, le déni, encore moins le dénigrement, les menteries et les propagandes n’ont réussi à convertir la réalité togolaise à autre chose que l’imposture et l’insatisfaction généralisée dont les dernières élections présidentielles d’avril 2015 constituent le parfait exemple. Et, parlant d’élections, le réveil démocratique tardif de Faure Gnassingbé ne doit aucunement compromettre la participation de l’opposition responsable à tous les rendez-vous électoraux à venir. En aucune circonstance, il n’est plus question du boycottage électoral au Togo; que des élections soient organisées sous le sceau de la fraude, de la précipitation ou de l’irrespect des citoyens au travers des résultats connus d’avance, qu’importe. C’est la corde du ridicule que ce régime impropre fournira lui-même, que les démocrates togolais utiliseront, raisonnablement, pour venir à bout d’un système aussi livide. L’absurdité de la situation politique au Togo exige la participation à toute élection, même frauduleusement organisée, et le moindre gain ne sera que la réaffirmation du désir obstiné du devoir de changement politique au Togo.

Invariablement, l’opposition togolaise ne constitue pas le problème du Togo. Et tous ceux qui comprennent cette évidence minimale doivent savoir dans quelle direction tourner leurs inflexions. Soudain seuls avec une autre victoire électorale volée au peuple togolais, Faure Gnassingbé et ses affidés quant à eux redécouvrent la fiction de leur entêtement à creuser des sillons politiques vers le changement véritable avec de simples lames de rasoir, en acrobatie et en contorsions diverses. Ils sont seuls à tailler des arbres de la forêt politique togolaise avec de rudimentaires canifs datant de l’époque du père Gnassingbé Eyadema, cinquante ans déjà. Une tragi-comédie qui sème l’embarras chez tous les citoyens du Togo. Et pourtant. Hors la démocratie, point de salut ni de repos politique au Togo. Autant en apportent toujours tous les vents du changement duquel le Togo ne saurait trop longtemps se cacher. La démocratie est libératrice des enthousiasmes et des forces du progrès socio-économique et de la dignité humaine; les citoyens du Togo ne renonceront donc pas à la démocratie et à l’alternance.


Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 26/06/2015 à 00:00
Tags : Démocratie Togo Éthique Notez



1 2 3