Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Économiste, administrateur et essayiste, PSA est un partisan assumé du «Grand Pardon» et un adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Comment tout cela peut être possible et aussi généralisé ? La question est là… La réponse n’est malheureusement pas loin… Le Togo est mafia, le pouvoir confisqué et illégitime...


Le Titanic Togo


Le Titanic Togo
●●●


Tout le Togo n’est pas à jeter avec l’eau de la corruption scabreuse qui bassine le pays. La preuve réside dans l’effort d’audit qui est fait par les enquêteurs de la Cour des comptes. Louable ! très louable !

Nous apprenons dans ce Rapport sur la gestion 2020 du Fonds de Riposte et de Solidarité COVID-19 (FRSC) des choses effroyables, des choses affreuses, abominables et affolantes dans l’administration d’un pays. Comment tout cela peut être possible et aussi généralisé ? La question est là… La réponse n’est malheureusement pas loin…

Rappelons que ce Fonds, le FRSV, a reçu 400 milliards de francs CFA la toute première année 2020, en provenance de sept familles de partenaires techniques et financiers : Banque Africaine de Développement (BAD +FAD), Agence Française de Développement (AFD), Banque Mondiale (BM – IDA), Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Union Européenne (UE), Fonds Monétaire International (FMI) et Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

Observons que le rapport ne concerne même pas 2021 ni 2022. Les 400 milliards de francs CFA ne concernent que 2020 et devraient servir prétendument à une riposte sanitaire proprement dite (110 milliards), à une résilience des populations et acteurs (110 milliards) et à une relance économique (180 milliards). Évidemment, que l’essentiel de ce fonds de 400 milliards a virevolté et servi à d’autres fins… C’est ça le Togo !

L’illégitimité du régime dont tous les prétendus serviteurs sont conscients, cette illégitimité qui dure favorise un tel degré de corruption et de malfaisance hyperbolique. Le Togo est devenu un pays de mafia, par la mafia et pour la mafia, pourvu que Faure Gnassingbé soit au pouvoir ; une pieuvre dont profite des individus divers sous le couvert des sociétés et organisations insoupçonnées, pourvu que tous soient fidèles à Faure Gnassingbé… Chacun doit profiter intensément à son niveau, et respecter la place du Parrain, en montrant un zèle énorme vis-à-vis des critiques et des indociles de la Diaspora !

En disant tout cela, personne n’apprend rien à qui que ce soit ; nous voulons simplement élever notre conscience et engagement, accroître nos responsabilités, aiguiser nos actions à l’aune de cette réalité afin de solder définitivement ce lourd passif de la dictature au Togo dont les effets sont devenus incommensurables, disproportionnés, inimaginables même à tout esprit normal.

Oui… Voilà le Togo, sa situation d’État anormal qui crie tous les jours en direction de ses enfants. Et ceux qui ont la capacité d’agir sont tout désignés dans ce scandale qui n’est que la pointe de l’iceberg vers lequel se dirige le Titanic Togo. La Diaspora togolaise doit agir, agir vite en toute conscience et lucidité.

Dans la Diaspora, élevons nos actions et mettons fin à ce naufrage annoncé… SOUVERAINETÉ DIASPORA pour la fin de ce régime et l’établissement d’un Nouvel ordre togolais que personne ne fera à notre place…


PSA
•8 février 2023•


Mot à Maux


Rédigé par PSA le 08/02/2023 à 10:00



Ils étaient deux pacifistes, amis dans la vie, qui ne voulaient pas se battre contre des habitués de la tromperie et de l’arbitraire au Togo… Médard Amétépé et Zeus Aziadouvo au seul nom de LIBERTÉ, le journal, ils ont fini par symboliser un peuple !


La Bande à Faure Gnassingbé…
Ils étaient deux pacifistes, amis dans la vie, qui ne voulaient pas se battre contre des habitués de la tromperie et de l’arbitraire au Togo… Médard Amétépé et Zeus Aziadouvo au seul nom de LIBERTÉ, le journal, ils ont fini par symboliser un peuple !

Ils n’étaient donc que deux frêles symboles humains au départ, peut-être trois ou quatre, à ne pas vouloir porter l’estocade contre la ligature : Faure Gnassingbé, sa maîtresse première ministre Victoire S. TOMÉGAH-DOGBÉ et les membres d’un gouvernement qui accepte l’érection d’une statue de Youri Gagarine à l’Université de Lomé, alors que l’institution universitaire ne compte aucune effigie d’un seul chercheur togolais ni aucune statue en l’honneur du premier président du Togo assassiné depuis 60 ans, celui-là qui avait la passion de la fonction "Africanisation des cadres" et accordait un prix élevé à la formation chevronnée de ses concitoyens. Par les temps qui courent, il faut tout faire pour plaire à la Russie… Plaire autant à la FrançAfrique qu’à la Russie? Ben oui… Pourquoi pas !

Un besoin de formation de ces éternels imposteurs, mais surtout leur mépris de la compétence professionnelle ou du recyclage. Ce constat déteint sur tout le Togo à cause du somnambulisme manifeste de cet attroupement qui n’arrive plus à déguiser son incapacité à assumer le pays autrement que dans la vulgarité administrative : « la même affaire, dans une dualité de procédures, est sanctionnée deux fois par deux organes différents, l’un disciplinaire et l’autre juridique. Le journal Liberté se trouve ainsi pris en étau entre la justice et la Haac » a fini par relever un autre citoyen togolais.

Au Togo, au pays du Grand Pardon, la punition fait toujours loi chez des gens qui eux-mêmes sont loin d’être des modèles. Ainsi va le Togo confisqué par l’incompétence et l’intolérance, le dégoût, la répugnance, l’aversion et l’antipathie des siens. Je punis, donc je suis autorité togolaise !


La Bande à Faure Gnassingbé…
À quoi sert un Pays ?

À quoi sert alors un pays lorsqu’il est confisqué par les plus médiocres et les moins préparés à la charge publique ? Un tel pays en si mauvaise posture, le Togo, ne sert qu’à une seule chose, heureusement : aiguiser l’envie de sortir ces copains et copines, ces coquins et ces coquines ; arrêter leur marche permanente vers la confrontation totale…

La Bande à Faure Gnassingbé dont l’un des fidèles n’avait eu de propos que de conseiller aux mécontents opposants de prendre des armes pour les déloger du pouvoir auquel lui-même participe activement, ne possède d’argument que la visée de dilution de toutes les valeurs républicaines qui peuvent faire Nation.

Tout rend possible le bellicisme, absolument tout rend la brutalité permanente au Togo. Les usurpateurs de la gouverne du Togo n’ont aucune limite ; ils sont sans gêne, tellement qu’ils préparent assidûment une autre élection frelatée pour distribuer des rentes viagères et satisfaire les Adowuinon poussifs qui se déclareront candidats.

La Bande à Faure Gnassingbé ne sait rien offrir que des prébendes et avantages pour adoucir les impérities, inaptitudes et autres "déjà frappés" qui persistent dans le décor, et ne pouvant aucunement se permettre l’exil volontaire. Déshonorer les Togolaises et les Togolais n’a plus de limite au régime en place : aucune porte de sortie n’existe même aux modérés. Au contraire, LIBERTÉ, Médard Amétepé, Géraud Afangnowou, Zeus Aziadouvo d’abord, L’ALTERNATVE, Tampa Express et autres ensuite, sont acculés et étouffés à chaque occasion.

Incapables d’une politique d’endiguement, plus spécifique et proportionnée, c’est une guerre totale que la Bande à Faure Gnassingbé mène aux Togolais, sur tous les fronts, intérieur et extérieur, jusqu’à son épuisement propre. C’est cet épuisement que l’on constate aujourd’hui : le régime se bat contre tous les Togolais qui ne veulent véritablement pas se battre ; préférant d’attendre l’épuisement total de la Bande à Faure Gnassingbé pour contre-attaquer et balayer la maison. Le temps est certainement venu : le Togo ne peut rester si longtemps pris au piège d’une seule personne, d’un seul système.


PSA
•4 février 2023•



Mot à Maux


Rédigé par Pierre S. Adjété le 04/02/2023 à 10:00



1 2 3 4 5 » ... 174