Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Au-delà de sa mission et de ses objectifs, simples, toute organisation se doit de se donner et de vivre des valeurs nobles, écrites ou non écrites, implicites ou explicites. Autant dans la sphère politique que dans le monde des affaires, de la société civile ou autre, au plan local, national ou international.


Alain Choisnet-Louison
Alain Choisnet-Louison


L’épisode politique de Sokodé dans lequel un individu –partisan ou non du PNP, une personne manipulée ou non par le parti au pouvoir au Togo-, a visiblement fomenté un coup irrévérencieux à l’encontre de l’ANC, charrie de l’inacceptable. Sans un ensemble de valeurs, toute organisation devient un danger public.

L’ANC nous a fait la démonstration publique qu’elle possède des valeurs nobles, objectivement utiles dans la lutte pour le retour de la République au Togo. Sous nos yeux, ces dernières années, l’ANC a fait preuve de tempérance et de sacrifice qui méritent notre respect, pour peu que nous ayons à cœur le désir du changement au Togo.

Un tel parti politique, l’ANC, le Togo en a besoin. Des femmes et des hommes qui toujours sont au travail, jour et nuit, en mettant de l’avant l’intérêt commun et en s’y sacrifiant nous en avons encore besoin. À la hauteur de l’ANC, aucun parti politique togolais n’a récemment apporté la preuve d’un tel degré de tempérance et de sacrifice pour une cause commune. Aucun !


Conversation, Michael Vezza
Conversation, Michael Vezza

La Patrie prime sur la Voyoucratie

Pour peu que nous ayons à cœur le changement politique, l’alternance politique, le départ du régime oppresseur rpt-unir, ENSEMBLE, nous devons pouvons le dire, le répéter à haute et intelligible voix, jusqu’à satiété : rien, absolument rien, ne nous sera donné dans la facilité et la complaisance, en dehors de la rigueur et de la pratique de la vertu en politique.

La lutte pour la conquête de la Dignité est sortie de la zone de complaisance pour celle de la vertu, de la noblesse et de la vérité dans les rangs mêmes des adeptes du changement au Togo. Face à cette exigence de qualité au détriment de la quantité, plus aucun service minimum n’est de mise.

C’est du don de soi et de la générosité que nous devons exiger de nous-mêmes et dans nos organisations politiques, désormais, afin que « l’enfer, c’est les autres » ne continuent pas à faire fortune au Togo. Clairement et ouvertement, c’est beaucoup plus de l’ANC et mieux encore, davantage de noblesse et de sacrifice que nous voulons au Togo. En aucun cas, pas d’hypocrisie, ni de parti voyou et de partisans ou sympathisants voyous, encore moins de dangereux citoyens « ethnopartisans ».

Que la noblesse s’impose enfin dans les actes et les discours publics au Togo et dans sa Diaspora. De ce devoir d’éthique publique, républicaine, sortiront les résultats attendus de cette indispensable et longue lutte. L’équivoque se doit d’être levée, ici et maintenant. Partout au Togo, chaque parti politique est chez lui et doit s’y sentir à l’aise, très à l’aise… Il y a bien un chemin de la vertu qui a fondé la Patrie. Nous nous devons de l’emprunter de nouveau…

PSA


Diplomatie Publique


Rédigé par PSA le 22/06/2019 à 13:10
Tags : ANC Démocratie Togo Éthique Notez



À un an des élections présidentielles de 2020, un curieux vent s’est levé sur le Togo. En ce début d’avril, la traversée de ce typhon togolais a des chances de se poursuivre pour longtemps encore. Des vents contraires à l’objectif commun sont ainsi soufflés, maladroitement, par des acteurs de tout acabit, de tout poil, de toute infirmité.


Eliana Minillo: Miroir de la Mariée
Eliana Minillo: Miroir de la Mariée


À un an des élections présidentielles de 2020, un curieux vent s’est levé sur le Togo. En ce début d’avril, la traversée de ce typhon togolais a des chances de se poursuivre pour longtemps encore. Des vents contraires à l’objectif commun sont ainsi soufflés, maladroitement, par des acteurs de tout acabit, de tout poil, de toute infirmité.

Cette violente œuvre à laquelle s’adonnent les « mauvais esprits qui gênent l’unité » d’action ne produira que de périlleux résultats pour tous : de redoutables vaincus et de redoutables vainqueurs. Avec cette étrange et inutile guerre, il va bien falloir faire une paix un jour pour en arriver à l’essentiel : le combat pour la Dignité des femmes et des hommes du Togo.

La lutte politique au Togo s’est de nouveau transformée en des combats personnels, des batailles d’ego, des rivalités de couleurs. Aucune cause commune ne semble plus être portée, avec générosité, sans qu’un parti ou une personne y soit identifié et encensé. Alors que le combat vrai n’a qu’un seul adversaire : le régime têtu et inefficace de Faure Gnassingbé qui, pourtant, devrait se soulager d’un État de droit au Togo en se négociant une amnistie pour lui et les siens, y compris tous les Adowuinon de son gynécée.

Pour ainsi dire, il est illusoire que des théories politiques inadaptées, conçues dans des environnements politiques qui eux-mêmes n’existent plus, se transforment, par magie et enchantement, en des solutions au cas togolais très distinctif. C’est curieux qu’au Togo, les seules pensées politiques autonomes aient été si longtemps abandonnées, presque oubliées, au profit des incantations saisonnières de nature guerrière, faite de slogans creux, aliénants et attentatoires à ceux-là mêmes qui possèdent le terrain et ont toujours produit des résultats confisqués par le pouvoir.

Ce long préliminaire à somme nulle doit prendre fin. Tout en le disant, il est difficile d’y croire soi-même. Tellement, les uns et les autres sont allés loin dans la médisance et la malfaisance. Hélas ! Mais, avons-nous le choix ? À part l’intégrité et la rigueur, avons-nous le choix que la flexibilité, la générosité, le travail, la liberté, la patrie, la vaillance ?

En un temps pas si lointain, il nous était demandé de rendre les armes, avec elles nos ego et orgueils, et de ne viser que la République. Il se disait encore en ce mois d’avril là, avec espoir, détermination et conviction : ici, «La nuit est longue, mais le jour vient»; ailleurs, « Nous rendrons tout à une seule condition : c’est que nous ne ferons qu’un seul Peuple, qu’une seule Famille, qu’une seule République ». Sommes-nous allés trop loin ces dernières semaines ?

PSA
[2 avril 2019]


Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 02/04/2019 à 09:25
Tags : Démocratie Togo Notez



1 2 3 4 5 » ... 101