Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est essayiste, partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Eh bien, réveillez-vous : Trump est une erreur dans la politique américaine. Une erreur qui n’a jamais été majoritaire aux États-Unis, même pas avec sa victoire de 2016 sur Hillary Rodham Clinton.


TRUMP… Accident de Parcours



"Adieu les cons" nous dit l’acteur réalisateur, et scénariste Albert Dupontel. Les artistes ont toujours le juste verbe pour saisir le monde et nous le restituer. Oui, ce n’est pas parce qu’on est éduqué pour participer à un troupeau que l’on n’est plus un animal pensant.

Des énormités diverses circulent pour faire croire que Trump, Donald John de ses prénoms, serait victime de fraudes électorales. J’ai même reçu une vidéo disant que Donald Trump serait le choix de Dieu, et que Dieu s’apprêterait à étendre son pouvoir et sa colère pour faire arrêter les fraudeurs qui auraient privé Trump de son triomphe. Cette vidéo blâmait au passage les médias, racontant que ce n’est pas à eux, médias, de déclarer Joe Biden gagnant… Une vraie théorie d’un complot généralisé contre Trump…

Eh bien, réveillez-vous : Trump est une erreur dans la politique américaine. Une erreur qui n’a jamais été majoritaire aux États-Unis, même pas avec sa victoire de 2016 sur Hillary Rodham Clinton.

Une erreur que les Américains ont vite fait de corriger, et de bien corriger. Pour un nombre gagnant de 270 grands électeurs, non seulement que Joe Biden dispose de 306 contre 232 à Trump, mais il rassemble plus de 6 millions de différence de voix populaires. Alors, franchement… Comment peut-on renverser cette forte tendance devant les Tribunaux ? Avec quelques erreurs de calcul de dizaines de voix, ici et là, dans quelques États américains? Certainement pas! Trump a bien perdu…

Déjà l’État de Georgia s’apprête à redonner la victoire à Joe Biden, après le recomptage de l’ensemble des votes. Une confirmation! Personne n’a besoin de frauder massivement pour mettre dehors de la Maison Blanche une imposture comme Donald Trump. D’abord les fraudes massives n’existent pas aux États-Unis, au Canada, en France, ailleurs dans les grandes démocraties… Nous sommes vraiment loin des élections au Togo ou dans les autres bananeraies africaines.

Alors les fantasmes de Donald Trump ne font pas la réalité des élections aux États-Unis. Les médias américains ne créent pas les électeurs comme ça peut se faire par la CÉNI au Togo. Les médias reçoivent les données électorales qu’ils exploitent, présentent et analysent avant de faire des projections conditionnelles sur qui peut gagner quoi et à quel moment.

D’ailleurs… Lorsque les choses sont bien faites, l’on n’a pas besoin de compter tous les votes, tout le suffrage exprimé, avant de dire qui a gagné une élection. La preuve? Les votes du mardi 3 novembre 2020, sont comptés à 98% deux semaines plus tard, ce mercredi 18 novembre 2020. Trump a perdu!

À 98%, on peut bien dire que la comédie Trump est bel et bien terminée. Il lui reste à continuer sa politique idiote de "terre brulée", laisser le plus de dégâts possibles derrière lui comme cadeau à son successeur Joe Biden… Mais il partira ce président-là, cette erreur politique est admirablement corrigée, et sans aucun complot… Adieu les complotistes!


PSA
◇18 novembre 2020◇

Ad Valorem


Rédigé par PSA le 18/11/2020 à 19:00



L’Effet Mali s’oppose à l’Effet Faure, du nom de Faure Gnassingbé qui a confisqué le pouvoir au Togo dans la reproduction d’une violence inouïe, sans cesse répétée ; le tout assorti de la corruption des personnes et des institutions, internes et externes dont la CEDEAO devenue hautement corporatiste au lieu d’être une « CEDEAO des Peuples » de l’Afrique de l’Ouest.


L’Effet Faure c’est la méthode catastrophe garantie
L’Effet Faure c’est la méthode catastrophe garantie


Pratiquement aucun coup de fusil n’a été tiré, mais le changement a été obtenu au Mali. Un changement victorieux, populaire, obtenu sur un pouvoir corrompu. C’est ça la force de la démocratie et de la dignité. C’est l’Effet Mali, du nom de tout un pays devant lequel viennent de prêter serment le nouveau président et son vice-président.

L’Effet Mali s’oppose à l’Effet Faure, du nom de Faure Gnassingbé qui a confisqué le pouvoir au Togo dans la reproduction d’une violence inouïe, sans cesse répétée ; le tout assorti de la corruption des personnes et des institutions, internes et externes dont la CEDEAO devenue hautement corporatiste au lieu d’être une « CEDEAO des Peuples » de l’Afrique de l’Ouest.

L’Effet Faure à la méthode forte, antidémocratique et corrompue d’indignité est ainsi en vigueur dans la CEDEAO institutionnelle, et ses adeptes les plus fidèles sont aussi Alpha Condé et Alassane Dramane Ouattara de ce monde.

L’Effet Faure de violence et d’indignité dit au Peuple : « Peuple, vous ne voulez pas de NOUS, dirigeants et de nos décisions? Eh bien, vous vivrez de force avec NOUS… » C’est bien ce que fait Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire, Alpha Condé en Guinée ; c’est la norme que Faure Gnassingbé a réussi à imposer à la CEDEAO. Presque…

L’Effet Faure n’est pas viable, cependant. Nous le savions, la méthode forte n’a aucun avenir, ni au Togo, encore moins en Côte d’Ivoire, en Guinée ou ailleurs. C’est ce qui explique son échec face au Peuple du Mali et son impasse partout ailleurs.

En réalité, c’est une période de transition qui est ainsi ouverte par une Autre Afrique qui sait s’assumer sous l’Effet Mali, l’Effet Dignité, l’Effet Éthique. C’est cette Afrique nouvelle qui est en éveil dans la partie ouest du continent, avec le luxe d’avoir, désormais, un représentant dans l’arène des chefs d’État de la CEDEAO, en la personne du président Umaro Sissoco Embaló, élu à ce poste depuis février 2020, comme l’a été Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo au Togo du confiscateur Faure Gnassingbé.

Le président de la Guinée Bissau, Umaro Sissoco Embaló, 48 ans, qui tenait tête d’ailleurs à la vieille garde rassemblée sous l’Effet Faure, était soupçonné de trop grande sympathie à la Dignité des Peuples et à l’Éthique républicaine. Umaro Sissoco Embaló est resté fidèle à cette option, malgré les menaces à peine voilées de certains de ses pairs. Il a trouvé symbolique et même historique de faire le déplacement de Bamako pour assister à l’assermentation des nouveaux dignitaires maliens. C’était le seul à y être.

C’est en cela que l’Effet Mali a du cran et possède la graine ainsi que le fertilisant naturel des Peuples pour réussir. Évidemment, Umaro Sissoco Embaló a la vieille garde de la CEDEAO ainsi que les chefs d’État taiseux contre lui. Mais, c’est connu : les Peuples ont toujours raison des imposteurs et des réactionnaires conservateurs. L’histoire est sans équivoque sur ce point.

Le triomphe de l’Effet Mali sur le fautif et désuet Effet Faure est une quasi-certitude. Il nous reste à tenir bon pour voir la propagation de l’Effet Mali partout où besoin est.

Alors… Tenons bon!


PSA
[25 septembre 2020]

Ad Valorem


Rédigé par PSA le 25/09/2020 à 11:30



1 2 3 4 5 » ... 135