Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




L’espoir naîtra t-il de cette gestation? Ségo y croît
L’espoir naîtra t-il de cette gestation? Ségo y croît
Rien d’inattendu dans le refus apparent de François Bayrou de ne pas appeler ses électeurs à voter, ni pour la Ségolène, ni pour le Sarko. Mais tout le monde sort sa loupe pour voir de près les mots et les charges émotives contenues dans les propos tenus hier par de M. Bayrou. Effectivement, ce dernier ne doit pas trop porter Nicolas Sarkozy dans son cœur…

«i[Nicolas Sarkozy, par sa proximité avec les milieux d'affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l'intimidation et de la menace, va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l'ont été. Par son tempérament, et les thèmes qu'il a choisi d'attiser, il risque d'aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d'avantages aux plus riches. (...) Les deux candidats ont promis une augmentation délirante des dépenses publiques, de l'ordre de 60 milliards, dans un pays endetté comme le nôtre, l'un deux [Sarkozy] ajoutant une baisse totalement improbable des prélèvements obligatoires dans une proportion que ni Reagan ni Thatcher n'ont jamais approchée, même en rêve. (...) Nicolas Sarkozy va aggraver les problèmes de la démocratie et la fracture du tissu social]i.»

Du coup l’espoir renaît au PS et le soir même, Ségolène trouve que 50% des voix de Bayrou lui suffiront pour gagner l’Élysée. Curieux calcul qui se base sur l’hypothèse que les voix de M. Le Pen que personne ne s’empresse de réclamer sont problématiques qu’autres choses. Pour être parti trop tôt et resté en tête tout le temps dans une course de longue haleine et de deux tours, Sarko semble avoir fait le plein de toutes ses voix et n’offre plus la chance d’être une alternative pour qui que ce soit. Avant d’aggraver les problèmes de la démocratie française, il a aggravé son propre problème cette première semaine. Son image de jeune flingueur revient le hanter. Faudra alors qu’il appelle Ségolène à son secours en la poussant à quelques gaffes dont elle-seule a le secret.


Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 26/04/2007 à 08:06