Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Certaines voix rassurent ou convainquent… Les leaders politiques seraient particulièrement doués pour la modulation de leur organe, d’après une étude : « Les hommes politiques utilisent leur voix pour se faire reconnaître comme dominants dans un groupe, mais également pour provoquer des émotions, et montrer leurs traits de caractère », même si, semble-t-il… « Il n’y a pas de voix charismatique universelle ». Pas sûr moi!


Des voix... Castro et Mandela
Des voix... Castro et Mandela

Qui n’a jamais été impressionné par l’autorité d’une voix, ou succombé au charme des intonations d’un orateur? Depuis longtemps, acteurs, chanteurs, et même hommes politiques ont d’ailleurs recours aux services de coaches vocaux pour améliorer leurs performances en la matière. Mais désormais, les voix charismatiques sont carrément devenues une matière d’étude pour des scientifiques, qui cherchent à en élucider les paramètres acoustiques, psychologiques et autres.

Rosario Signorello, docteur en linguistique et en psychologie, vient ainsi de présenter un ensemble de communications sur la science des voix charismatiques appliquée aux leaders politiques lors du congrès de la Société américaine d’acoustique, qui s’est tenu fin octobre à Indianapolis, dans l’État américain de l’Indiana.

Pour ce jeune chercheur italien, qui travaille au département de chirurgie de la tête et du cou de l’Université de Californie à Los Angeles, c’est une évidence: «Les hommes politiques utilisent leur voix pour se faire reconnaître comme dominants dans un groupe, mais également pour provoquer des émotions, et montrer leurs traits de caractère.» Afin d’en comprendre les mécanismes, Rosario Signorello a sélectionné des heures d’enregistrements de politiciens de plusieurs pays (France, Italie, Portugal, Brésil), dont François Hollande, Nicolas Sarkozy, Lula (ancien président du Brésil), s’exprimant dans différents contextes. Les extraits ont été soumis à un panel de 250 personnes, originaires de plusieurs pays, qui devaient qualifier les voix en piochant dans une liste de 67 adjectifs: dynamique, menaçante, autoritaire, calme, etc.

Pour valider ses hypothèses, Rosario Signorello a même manipulé certains échantillons vocaux, en modifiant leurs caractéristiques acoustiques, principalement la fréquence fondamentale ou F0 (qui correspond à la fréquence de vibration des cordes vocales), mais aussi la longueur des pauses entre les mots. Les résultats, qui ont fait l’objet de sa thèse, sont étonnants. «Les leaders peuvent adapter leur voix selon deux fonctions: l’une primaire, biologique, commune à toutes les espèces animales; et l’autre acquise, dépendante de la langue et de la culture», résume le docteur en linguistique.

D’abord, les hommes politiques modulent leur fréquence fondamentale. «Plus celle-ci est basse, ce qui correspond à une voix grave, plus l’individu est perçu comme dominant. À l’inverse, plus elle est élevée (voix aiguë), plus il est ressenti comme davantage soumis. C’est par exemple très net lorsque l’on manipule la fréquence fondamentale de François Hollande», souligne Rosario Signorello.


Il n’y a pas de voix charismatique universelle

Parallèlement, poursuit-il, les leaders politiques adaptent d’autres paramètres de leur voix (rythme, harmoniques, etc.) en fonction des messages qu’ils veulent faire passer et du contexte. Le profil vocal d’un politicien est ainsi variable, selon qu’il s’adresse à une foule ou à d’autres leaders. La langue joue aussi un rôle important. «Il n’y a pas de voix charismatique universelle, affirme Rosario Signorello. Par exemple, la voix de Lula est jugée très agressive par les Français. Dans notre étude, les Français préfèrent un homme politique avec une voix de hauteur moyenne, qu’ils associent à la compétence, la bienveillance; alors que les Italiens préfèrent une voix plus grave, ressentie comme autoritaire, déterminée voire menaçante

La mise en pratique de cette «science des voix charismatiques» pourrait-elle faire basculer une élection? Une étude publiée en 2012 par des Canadiens concluait que le profil vocal des candidats pouvait avoir une influence importante sur le comportement des votants et que des hommes avec une voix grave pouvaient être avantagés. Des professionnels restent toutefois circonspects. «Il est intéressant que des scientifiques vérifient ce que nous appliquons depuis longtemps en pratique, mais notre approche est plus globale que des analyses de fréquence, estime le coach vocal Jean Sommer. La voix n’est qu’un des éléments du charisme, et nous travaillons sur bien d’autres paramètres: le regard, la posture…»

Rosario Signorello prévoit maintenant de mener le même genre d’études chez des femmes politiques françaises et anglo-saxonnes. Il collabore également avec des primatologues de l’Université de Californie, pour analyser l’influence de la voix dans le leadership des primates. Son objectif: démontrer que le rôle de la fréquence fondamentale dans le charisme vocal est présent dans plusieurs espèces.//////// Sandrine Cabut

Ad Valorem


Rédigé par PSA le 22/11/2014 à 08:00