Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




La confusion plane sur le Québec. Lino Zambitto –repenti des pratiques mafieuses aggravées d’actes de corruption des fonctionnaires, organisateurs politiques et autres élus, était de passage à l’émission Tout le Monde en Parle. Et tout s’emballe de nouveau à travers le Québec: Lino Zambito serait porté en vedette au lieu d’être considéré comme criminel. En réalité, l’Éthique prévaut largement sur le Droit; elle joue en faveur du repenti au détriment des politiciens encore muets.


Lino Zambito, Vedette Éthique
Le drame est que partout à travers les âges : une faute avouée est à moitié pardonnée. Le fautif Lino Zambito a avoué ses mauvais actes. Du coup il est vu avec un tout autre regard, alors que les politiciens, élus des populations québécoises médusées, jouent toujours aux Vierges offensées. Une stratégie qui ne passe plus dans l’opinion publique. D’autant plus qu’un fonctionnaire de la ville de Montréal, Gilles Surprenant, le ‘Monsieur TPS’ a avoué avoir empoché 600 000 $ comme produit de la corruption.

Et Lino Zambito d’enfoncer le clou : « 80% des politiciens ne savent pas ce qui se passent… Après 10 fois, (Gérald Tremblay, maire de Montréal) ne peux pas dire qu’il n’était pas au courant ». C’est effectivement là que le bas blesse. Non seulement il a fallu que toute la population torde les bras à l’ancien Premier ministre du Québec, Jean Charest, avant qu’il ne crée la Commission Charbonneau qui enquête sur cette corruption généralisée, mais depuis, aucun politicien n’a daigné reconnaitre quoi que ce soit jusqu’à maintenant.

Tout porte à croire que les élus politiques impliqués dans cette vaste et scandaleuse fraude mentent ouvertement à la population. Le repenti Lino Zambito, au contraire des politiciens, rencontre une forme d’indulgence de cette même population. C’est bien là la normalité des choses. De tout temps, l’Éthique est restée au-dessus des lois. L’évidence de l’existence de la corruption à la grandeur des administrations publiques donnant les grands marchés des travaux municipaux du Québec, est longtemps établie. Il reste seulement aux élus, les maires Gérald Tremblay de Montréal, Gilles Vaillancourt de Laval et autres de s’inscrire, courageusement, dans la mouvance réparatrice du fléau de la corruption.

En attendant, Lino Zambito occupe seul le terrain de l’acte du bien contextualité, le terrain de l’Éthique, celui du courage de dire ce que tout le monde savait au Québec : l’inacceptable corruption qui règne en mafia dans le cercle des politiques, dans les rouages de certains acteurs politiques, trop nombreux pour être dignes de la grande politique. Voila pourquoi et par exemple, dans l’opinion publique québécoise, le repenti Lino Zambito passerait bien avant le maire Gilles Vaillancourt totalement décrédibilisé.


Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 22/10/2012 à 07:47
Tags : Lino Zambito Mafia Éthique Notez