Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Mandela… La grandeur de l’humilité
Quarante années de petites politiques assorties de peu de résultat, ça laisse des traces. Et, lorsqu’on a pour seul label qu’exister en tuant le temps et toute action politique évolutive, on perd tout sens de l’intérêt commun. Il a beau y avoir panique à Lomé 2, les membres de l’opposition togolaise trouvent encore moyen de se diviser autour d’un si petit dénominateur : une candidature unique pour les présidentielles de ce février 2010. L’initiative d’un des leurs, François Boko, avait le mérite d’offrir aux uns l’appât de la grandeur et du dépassement. La réunion à Paris à cet effet semble avoir tourné court. La mise aurait néanmoins été sauvée par quelques téméraires, nouvellement arrivés à la tête de leur formation et soucieux d’une certaine ambition évolutive –Fabre, Agbéyomé, Yamgnane le recalé, tandis que les « vieux de la vielle » par Adjamagbo et Agboyibo représentés, n’en finissent pas de trouver matière à redire. Dans sa Longue marche vers la Liberté, Nelson Mandela est souvent présenté comme profondément humain avec un sens élevé de la grandeur de l’humilité que l’icône mondiale qu’il n’a pourtant pas évité d’être. C’est un affilié permanent à l’altruisme politique, celui qui sait produire des résultats de grande valeur pour le commun de ses concitoyens. C’est une telle grandeur que le monde entier trouve toujours moyen de célébrer. Et, vingt ans après sa sortie de prison, il y a effectivement lieu de porter un regard admirateur sur l’audace du compromis dont Mandela a su faire preuve pour sauver son pays des affres de l’égoïsme et de l’exclusion. Au moment où les politiques togolais se cherchent en disant qu’ils étaient bien là avant les autres, nous autres, sommes en fête et en grande joie. Heureux d’avoir connu et partagé avec le monde entier cette émotion du 11 février 1990, lorsque Mandela franchissait dans le bon sens les portes de sa prison. Libre depuis sa naissance, malgré ses 27 années de prison, Mandala n’a jamais été prisonnier des chaines de la haine. À l’air libre, les politiciens togolais ne demeurent pas moins prisonniers de la dissension et de la petitesse calculatrice. Jusqu’à quand ? Et pourtant, ce pays a besoin d’une opposition organisée et efficace. Jusqu’à quand les Togolaises et les Togolais devrons attendre ?

Mandela… La grandeur de l’humilité

Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 11/02/2010 à 00:11
Tags : Mandela Togo Notez