Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Aussi vrai que la légitimité est au-dessus de la légalité, aussi juste que l’éthique précède le droit, qu’il soit entendu de partout que les Togolaises et les Togolais désirent ardemment l’avènement de la démocratie dans leur pays, et ils sont en lutte pour mettre fin au régime dynastique, de père en fils idéocratique, qui a confisqué leur destin collectif et dressé les uns contre les autres pendant plus de cinquante ans.


Manifeste du Citoyen Togolais
Dans l’histoire du monde, les grands changements ne sont intervenus que lorsque les peuples sont allés à l’encontre de l’ordre ancien établi, et qui toujours aime se perpétuer par ses bas instincts de conservation du pouvoir envers et contre tous. Les exemples sont nombreux, et ils illustrent aussi la détermination, la foi, les sacrifices et l’engagement du peuple togolais à s’émanciper également par le triomphe de la démocratie et le règne de la raison.

Aux États-Unis d’Amérique, le désir farouche d’affranchissement du peuple avait forcé l’élite à se distancer des lois scélérates imposées depuis Londres par la monarchie britannique. La Déclaration d’Indépendance avec des propos aussi puissants et célèbres comme « Tous les Hommes sont créés égaux » n’auraient jamais existé sans l’impulsion des citoyens ordinaires qui avaient décidé de prendre leur avenir en main, en dénonçant les pratiques iniques des gouverneurs inféodés à la royauté britannique d’alors. C’est le témoignage que les peuples ont toujours leur destin entre leurs mains; à leur détermination viennent se greffer toutes les autres volontés, même celles qui ont pu être en accointance avec l’ordre dominateur.

L’impulsion de la Révolution Française qui avait mis fin à l’Ancien Régime vint d’en bas également. Le peuple, infatigable, pris tous les moyens en sa possession pour achever un si long combat historique parce qu’il savait que l’échec le ferait souffrir davantage. De partout mourraient alors parents, amis et anonymes citoyens du fait de la terreur, de la rudesse, de la gabegie, de la trahison, de la fraude, de la corruption. Une et Indivisible, la République conquise de haute lutte fut même perdue avant d’être retrouvée au prix de mille autres sacrifices. Cette expérience unique offrit au monde le mérite de tout peuple à faire triompher la République et l’État, les institutions et la citoyenneté, en les arrachant des mains des dynasties et des banditti.

Muse de toutes les luttes, la souveraineté arrachée par les peuples donna toujours courage et exemple à travers le monde; autant de modèles de Liberté souvent appropriée et adaptée pour germer partout en d’autres luttes de libération et de conquête de la dignité humaine. L’une des plus universelles et respectables de ces luttes a jailli sur le sol africain pour mettre fin à l’apartheid qui sévissait en Afrique du Sud. Sous l’impulsion de Nelson Mandela et avec le soutien de la majorité active et silencieuse du peuple sud-africain, Noirs, Blancs, Indiens asiatiques et Métis divers vivent désormais dans un pays où la couleur de la peau ne déterminera plus jamais leur degré de citoyenneté, pas plus que les langues et les ethnies d’origine ne seront des barrières à leur intégration. C’est la promesse qu’ils se sont faits en Afrique du Sud de construire une société respectueuse d’un vivre-ensemble conciliateur de toutes les particularités individuelles et collectives; c’est le résultat exemplaire issu de joutes serrées de dialogues sincères et inclusifs, loin des séances d’indexation, d’autoflagellation et de manipulation des consciences.

Une telle volonté incontestable d’émancipation commune est fondatrice de la lutte que mène le peuple togolais, ici et maintenant, pour se libérer de l’oppression tentaculaire qui toujours l’assaille. Après avoir vaincu les démons de l’ethnicisation de son combat, après avoir triomphé de la personnalisation de sa lutte, après s’être soumis de bonne foi à toutes les négociations, à tous les accords et à toutes les élections, le peuple togolais médusé par le degré élevé de la malhonnêteté intrinsèque de ses gouvernants politiques, exprime, désormais, son refus de favoriser de nouveaux holdups électoraux; ces viols systématiques de la démocratie, savamment organisés en mille subterfuges qui toujours finissent par culpabiliser les honnêtes citoyens, en les laissant au triste sort d’une démocrature à chaque fois réhabilitée, et prête à se servir quelques années encore, avant un autre coup de force et surtout d’autres avatars de dialogues utiles à son renouvèlement. Trop, c’est assez!


Ainsi édifié par la constance de son fourvoiement par des dirigeants cupides qu’il ne s’était jamais donnés dans aucun de ses suffrages par ailleurs, le peuple togolais exprime désormais son refus global de l’imposture et de l’incompétence comme mode de gouvernement; il réaffirme son refus total de la terreur, de la violence et de la tromperie comme modèle des rapports entre citoyens du Togo; il proclame sa foi et sa certitude qu’un Togo débarrassé de l’autoritarisme, de l’arbitraire et de la répression sera un havre de prospérité et de développement pour le bien de tous ses citoyens, du nord au sud et de l’est à l’ouest, et pour le bénéfice de tous les amis du Togo.

Debout contre toutes les damnations imméritées dont ses prétendus dirigeants savent l’affubler, le peuple togolais observe encore l’acharnement avec lequel des idées originales de répression sont échafaudées pour anéantir la contestation populaire et réduire au silence toutes les formes d’opposition avant de nouvelles échéances électorales, qu’elles soient locales, législatives ou présidentielles. Les dernières trouvailles que constituent l’incendie du Grand Marché de Lomé et la refonte unilatérale de la Loi organique sur la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication sont en tout point pathétiques : opposants en prison et presse à genoux sont devenus les mamelles nourricières de la vindicte nouvelle imaginée par un pouvoir inflexible, insatiable et incapable de supporter toute apparence de contradiction.

Haut lieu du commerce togolais à forte valeur patrimoniale et temple d’affaires de ces fameuses Nana-Benz de réputation mondiale, le Grand Marché de Lomé reste ce pôle historique de formation de la richesse citoyenne brute, un observatoire d’information sociale et un laboratoire du savoir-faire commercial, informel, largement exemplifié à travers tout le Togo et au-delà. Intentionnellement mis à feu par des mains criminelles, et au moyen d’un type de carburant dont seules les autorités togolaises elles-mêmes seraient détentrices, le Grand Marché de Lomé ainsi incendié –curieusement en une nuit où tous les vigiles ne s’y trouvaient pas, ce drame unique est devenu prétexte à des règlements de comptes politiques et au mépris du devoir de réconciliation nationale longtemps promise et jamais réalisée par ces mêmes dirigeants. Ainsi frappé au cœur de l’une de sa fierté nationale qu’est le Grand Marché de sa capitale, le peuple togolais ressent un effroyable outrage, une horreur inimaginable qui n’a d’égal que la hauteur de l’obstination machiavélique dont il est victime : en réalité, un vil et insoutenable instinct de domination et d’accaparement illimité du pouvoir républicain au Togo.


Voilà que les faits, les circonstances ainsi que les résistances débouchent clairement sur une nouvelle offre d’acquisition et de réappropriation du destin togolais bien connu de tout le monde : Travail - Liberté - Patrie. Du Travail pour régénérer la dignité perdue de tous les citoyens et pour la prospérité du Togo; de la Liberté pour reprendre l’offensive de la créativité individuelle et de la capacité collective; de la Patrie pour assumer le Togo autrement que dans les humiliations quotidiennes, les violences multiples et les asservissements permanents de la justice, des médias, des forces armées, de la fonction publique, des sociétés d’État, etc. Travail - Liberté - Patrie est bien notre devise depuis cinquante ans bafouée; Nous voulons la reconquérir et la faire briller de tout son éclat, de tous ses joyaux.

Parce que le Togo a su porter sa peine et souffrir dans sa chair et dans son âme, les Togolaises et les Togolais se relèvent échinés de ce lourd fardeau pour partager de nouveaux exploits, stimulants et glorieux. Déjà à ces filles et fils d’un Togo alors en doute, Stéphane Hessel, en ami indigné aujourd’hui disparu, avait aussi donné de sa voix, en engagement et en encouragement : « Peuple togolais, debout : la Liberté t’appelle! » disait-il.

Qui donc peut ne pas comprendre désormais qu’il est temps de reconquérir la République togolaise pour tous ses enfants? Qui donc peut continuer à rester sourd à l’appel de la Liberté? Le temps est venu de restituer le Togo à la volonté d’agir et de construire de tous les Togolais, sans discrimination aucune. Il est bien venu ce temps de la félicité où la haine rebelle et tenace sera chassée du Togo et la blanche étoile conquérante de son drapeau, cette étoile d’unité et de solidarité, cette étoile de fraternité et d’amitié sera libérée pour redevenir accessible, à tous et de partout. La Liberté ne fatigue pas les peuples; la Liberté ne fatiguera donc pas les enfants du Togo. Qu’il en soit ainsi compris!


C’est pour tout cela que nous proclamons de nouveau, à la face du monde et du plus profond de nous-mêmes, l’un des forts serments et des nobles promesses que porte bien haut l’hymne national du Togo quotidiennement exalté sous la voute céleste, et avec une bénédiction auguste apte à féconder les espoirs d’une aube nouvelle :
Dans l'unité nous voulons te servir,
C'est bien là de nos cœurs, le plus ardent désir,
Clamons fort notre devise,
Que rien ne peut ternir.
Seul artisan de ton bonheur, ainsi que de ton avenir,
Brisons partout les chaînes de la traîtrise,
Et nous te jurons toujours fidélité,
Et aimer servir, se dépasser,
Faire encore de toi sans nous lasser,
Togo chéri, l'or de l'humanité.


Actif, entreprenant, fiable, généreux et solidaire du genre humain, le peuple togolais continue à croire au devoir et à la nécessité d’un partenariat pour un monde meilleur, et il s’y engage aux côtés des autres peuples, sincèrement et franchement épris de Paix, de Réconciliation, de Pardon, de Justice et de Liberté :
« Salut à l'Univers entier !
Unissons nos efforts sur l'immense chantier d’où naîtra toute nouvelle, la Grande Humanité.
»

La lutte du peuple togolais ici réaffirmée est donc un cardinal et retentissant appel de la dignité humaine universellement partagée, un appel à l’éthique républicaine, un appel au changement.

Amis du Togo, Togolaises et Togolais, en avant jusqu’à la victoire commune, et Salut !




Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 11/03/2013 à 04:00
Tags : Manifeste Togo Éthique Notez