Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




C’est le lendemain de la veille. Les langues se délient. Qui pour dire que trop de propagandes entourent la commémoration du jour du souvenir dans les discours officiels. Et, tout porte à la confusion du genre chez les politiciens, justifiant parfois leur présence en Afghanistan par la première guerre mondiale, sans aucune gêne. Pierre Desproges s’en moquerait bien : « La naïveté grotesque des enfants fait peine à voir, surtout si l'on veut bien la comparer à la maturité sereine qui caractérise les adultes. Par exemple, l'enfant croit au Père Noël. L'adulte non. L'adulte ne croit pas au Père Noël. Il vote » pour des politiques qui envoient ses enfants de 20 à 25 ans à la guerre. C’est le nivellement par le bas, le décompte sans fin des morts comme au temps des prétentions douteuses de Robert George Nivelle et de sa Bataille du Chemin des Dames. Dans le petit village de Gentioux, on n’hésite pas à le dire : Maudite Soit la Guerre!


Maudit Général Nivelle
L’on vient de commémorer les 91 ans de l’offensive commandée par le Général Nivelle, boucherie qui a ajouté la négation de l’humanité à l’absurdité et à l’horreur de la guerre.

Maudit Général Nivelle
Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes
C'est bien fini, c'est pour toujours
De cette guerre infâme
C'est à Craonne sur le plateau
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous des condamnés
Nous sommes les sacrifiés


En 1922, comme tous les villages et villes de France, la commune de Gentioux (prononcer "Gensioux") au sud-ouest de la Creuse a érigé un monument pour rendre hommage aux 63 de ses enfants tués à la guerre 1914-1918. Soixante trois morts pour un petit village de paysans !

Au bas de l’effroyable liste, pas de « morts pour la France » ou autre formule glorifiant le « sacrifice suprême » mais cette phrase : MAUDITE SOIT LA GUERRE.
Devant le monument, une statue de bronze. Celle d’un jeune garçon en tenue d’écolier de l'époque, les pieds chaussés de sabots. Les traits durs où se lisent la tristesse et la colère, il lève son poing en direction du monument.


Mot à Maux


Rédigé par psa le 12/11/2009 à 04:40
Tags : Gentioux guerre Nivelle Notez