Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Jacques Majorelle, 1886-1962
Jacques Majorelle, 1886-1962
Le louvoiement particulier de notre ami Yayi Boni a fini par avoir raison de lui-même d’abord. Il a beau se faire appeler Docteur Yayi Boni pour son doctorat en économie de Paris IX-Dauphine que le Bénin demeure malade de lui –heureusement que ce n’était pas à la Sorbonne ou dans l’une des universités de l’Ivy League, il aurait soulé de toute son incompétence politique. les ¾ des Béninois ayant voté pour lui. On comprend que la déception soit à cette hauteur aujourd’hui.

Eh oui! Tout ce bruit que vous entendez vient effectivement du Bénin. C’est un grand bruit politique, un vacarme social, un séisme économique qui sonne désormais le désarroi des Béninois, jusque dans les rangs mêmes des partisans du chef de l’État béninois. Du n’importe quoi présidentiel et pas moins!

Cela ne mérite même pas que l’on s’y attarde à quelques mois des prochaines élections : les Béninois ont l’habitude de vite remercier les insouciants, eux qui ont chèrement acquis leur avancée démocratique. Seule leur « pagaille » leur résiste, jamais un chef d’État endormis, conséquemment dormeur et rêveur, ne pourrait réussir par son dernier sursaut à éviter la sanction des urnes. Figurez-vous que Yayi Boni parle maintenant de la refondation du Bénin… à la porte de son mandat. Il faut le faire.

C’est sous cette couteuse ère de délitement de la gouvernance au profit de l’affairisme que des Béninoises et des Béninois ordinaires vont perdre leurs épargnes dans ce qui a tout l’air d’une fraude pyramidale. Le banquier qui aimait se faire appeler docteur dormait et ces institutions financières frauduleuses proliféraient. Le résultat est là aujourd’hui… Ruineux! Piteux!
Il faut penser seulement à notre ami Pascal Koukpaki, en espérant qu’il ne laisserait pas trop de plumes dans cette aventure. Celui qui a toujours tenu la maison Bénin, le Ministre d’État Chargé de la Prospective, du Développement, de l’Évaluation des Politiques Publiques et de la Coordination de l’Action Gouvernementale, est effectivement et tout naturellement le président du Comité de crise sur cet autre fiasco de Yayi Boni.

Souhaitons donc que Pascal réussisse à retracer et à récupérer certains de ces fonds –voilà… pour avoir travaillé au Fonds Pascal doit savoir retrouver les fonds perdus par les épargnants...je le luis souhaite! En tout cas, souhaitons que Pascal rejoigne prochainement les Houngbédji, Amoussou, Léhady, Idji, Séhouéto et consorts pour les échéances de 2011. Une autre histoire, je l’avoue, rien qu’à voir la détermination de Bio-Tchané. Quand le docteur-président fatigue tout un peuple, tout est possible et il ne faut rien exclure.




Mot à Maux


Rédigé par psa le 10/07/2010 à 00:10