Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Bernin : L’enlèvement de Proserpine (1621), reprise en photo avec une admiration pour ce « rendu de la main et la sensualité qui s’en dégage »
Bernin : L’enlèvement de Proserpine (1621), reprise en photo avec une admiration pour ce « rendu de la main et la sensualité qui s’en dégage »


« "Paris est la seule ville au monde où l'on a du mal à trouver un taxi", avait déploré le chef de l'État. Elle risque, hélas, de le rester. (...) On le sentait se lever, le grand parti du statu quo. Certes, le meilleur moyen de moderniser un pays n'est sans doute pas de proposer une panoplie de réformes en kit, comme le fait un rapport Attali au statut ambigu. Pour réformer, la méthode et le calendrier comptent plus que tout. Mais il serait dramatique qu'au premier coup de menton les réformes se fracassent sur le mur des corporatismes." »
Nicolas Barré, Le Figaro

« L'Élysée a voulu corriger le communiqué de victoire des taxis. Le président freine mais, nous dit-on, il n'a pas enclenché la marche arrière. Il continue de penser qu'il n'y a pas assez de taxis à Paris et qu'il faudra bien rouvrir "rapidement" le dossier. Un dossier dont la complexité aurait mérité de la part de la commission Attali qu'elle livre aussi le mode d'emploi de la réforme. Pour l'heure, et pour cause d'élections prochaines, la réforme des taxis est envoyée au garage pour révision. »
Hervé Favre, La Voix du Nord

« C'est une vieille loi de la politique : on ne réforme pas à la veille d'une élection. Au fond, à l'approche d'un scrutin, mieux vaut ne plus rien faire, sinon prodiguer grandes promesses et menus avantages. Notre Président, qui connaît son métier, s'est plié à la règle. Ça cajole et ça concerte, c'est Noël en février, un Carnaval de cadeaux. Evidemment, tout ça n'est pas très moderne. On se croirait sous Chirac ou Mitterrand, dans l'Ancien Régime d'avant la Grande Rupture. Mais on sait que l'archaïsme commence toujours par l'apprentissage de la prudence. »
Francis Brochet, Le Progrès

« Puisqu'il faut bien lâcher un peu de lest face à la pression sociale et les frustrations sur le pouvoir d'achat, le Gouvernement fait un geste pour augmenter substantiellement le minimum vieillesse et les pensions de reversion. Cet effort en faveur des retraités a pour objectif de réconcilier le Président avec cet électorat traditionnel vivant parfois aux limites de la pauvreté et choqué tant par ses frasques que par l'étalage de son train de vie. Est-ce pour autant un tournant qui marquerait la fin de la rupture et une sorte de retour à un chiraquisme bon teint ? Il serait prématuré de l'affirmer. »
Hubert Coudurier, Le Télégramme



Mot à Maux


Rédigé par psa le 08/02/2008 à 14:45
Tags : france politique Notez