Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Il faut arriver à matérialiser l’opposition togolaise pour mieux en appréhender sa valeur ainsi que sa substance en partie par million de ses composantes. Le parti politique le plus organisé de cette touffe, et le mieux structuré au Togo, l’Alliance nationale pour le Changement (ANC), annonce la tenue de son deuxième Congrès ordinaire, à Lomé, vendredi et samedi, 18 et 19 octobre 2019. Nul doute que les décisions de l’ANC porteront sur l’horizon 2020, notamment les élections présidentielles. Avec une obligation républicaine toutefois : que cette grande capacité d’organisation soit nourrie par une stratégie politique convaincante, face à la réalité des élections au Togo.


2020… La Bona Fide

Sur cette « Terre de nos Aïeux », l’on se plaît à ignorer la réalité de la lutte pour la conquête de notre Dignité : lorsque cette réalité de terrain est en conflit avec les soubresauts et caprices de la multitude d’acteurs, c’est la réalité du terrain qui a toujours tort, malheureusement. Tout cela doit pouvoir changer, et chaque entité doit pouvoir reconnaître sa place, ses forces et ses faiblesses. Car, et nous le savons depuis des siècles : « si l’on juge des corps à leurs mouvements, c’est aussi de cette façon qu’on juge des traits du caractère. » L‘inertie ou la désertion du champ d’action n’est donc pas une variable de compétence politique.

Depuis les ambitions infalsifiables d’ABLODÉ, le défi des élections, le défi de toute élection, n’est aucunement la non-conscience des citoyens sur "Qui voter", "Quoi voter" ou encore sur "Pourquoi une alternance vaut mieux que tout statu quo sclérosant et paralysant" d’hier à aujourd’hui. De toutes les occasions, les populations togolaises ont toujours su : pour qui voter, pourquoi et comment voter face à toutes les embûches inimaginables qui entourent les élections au Togo.

Sur cette « Terre de nos Aïeux » que nous avons le devoir de laisser en mieux aux générations futures, le devoir inaltérable d’un si grand parti politique comme l’ANC est de renouveler la promesse efficace et fructueuse de nos devanciers, en faire un #ABLODÉ2020, au moyen d’une capacité minimalement double : rester ouvert aux autres forces et entités démocratiques de Bona Fide, l’indispensable bonne foi éthique régie par des règles transparentes; asseoir une stratégie de revendication de la victoire du Peuple togolais ou une méthodologie de résistance intérieure et extérieure. Au Togo, nous sommes fatigués du genre d’État asservi par des conservateurs qui n’en ont que pour leur pouvoir d’oppression de leurs compatriotes.

Les élections comme refrain démocratique

En aucun cas, il ne s’agit et il ne saurait être question de déserter les chemins des élections présidentielles en 2020 : en quête de dignité, nul Peuple ne peut cracher sur les rendez-vous électoraux auxquels il est convié, même par l’imposteur. Toujours et toujours, il faut y aller et redire la même soif de liberté.

En aucun cas, les femmes et les hommes du Togo ne pourront se permettre de déserter des occasions politiques pour exprimer et répéter les aspirations profondes qui sont les leurs, aidés en cela par la fidélité, la constance et la détermination qu’ils ont su trouver dans le parti qui incarne le mieux, sans dispersion, leur désir de retour à la République au Togo.

En aucun cas, les Peuples ne renoncent à leur dignité. Mieux encore, ils savent prendre soin de leur distincte situation en répétant leur soif de liberté à toutes les occasions et aux côtés de l’entité politique qui leur inspire meilleure confiance. Ainsi, les Peuples ne perdent jamais espoir puisqu’ils restent maîtres du temps qui passe et repasse jusqu’à leur victoire.


C’est pour tout cela que l’ouverture et la stratégie, adéquates et songées, doivent aider l’ANC, l’Équipe ANC devrions-nous dire désormais, à assumer valablement, sans tergiverser, le Togo si longtemps debout pour sa Dignité.

Le besoin de changement au Togo, l’écoute de la configuration politique postérieure à l’expérience inaboutie de la coalition C14, commande parfaitement la claire identification d’une tête de pont politique, présente et non improvisée, très visible et travailleuse de terrain, pour assumer courageusement un surgissement victorieux. En réalité, un ABLODÉ2020 qui est plus qu’une simple permutation hasardeuse ; c’est ce choix issu de la raison, du bon sens et de la bonne foi qui suggère fortement l’option ANC pour 2020. Une ANC ouverte et stratège pour de bon. Vivement !



Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 24/09/2019 à 03:00
Tags : ABLODÉ ANC Démocratie Togo Notez



Repos éternel à Hope...


Jimi Hope... Une tempête se calme
Hope... Espoir... Son nom est espoir, certes. Mais, sa puissance c'est l’art : le dessin et la musique principalement. En un rien de temps, nos cahiers étaient couverts de dessins, nous ses camarades qui étaient proches de lui, physiquement. Je me demande si je n'avais pas partagé le même banc que lui, je ne sais en quelle classe. Toujours est-il que mes cahiers, d'innombrables feuilles de mes cahiers, étaient couverts d'illustrations diverses de Hopevi. Il savait que moi, fils du "Président" qu'il connaissait bien au quartier, je ne pouvais qu'être généreux en feuilles de cahier d'école. Naturellement, ses cahiers à lui manquaient d'espace pour accueillir ses dessins...

Puis, il est, il était grand musicien déjà le Hopevi. La guitare, son instrument de prédilection. Mais surtout les chansons. Je le vois encore, je l'entends toujours nous fredonner : I wan'a know... Have you ever seen the rain? Sans jamais oublier de prononcer le nom du groupe, avec passion : Creedence Clearwater Revival. Et l'instant d'après, il pouvait passer à d'autres succès de Johnny Hallyday, des Beatles, Jimi Hendrix, etc.

Je n'étais pas étonné lorsque Tino (Adjété) m'a dit un jour que Hope, notre Jimi Hope national, lui avait demandé de mes nouvelles. Par la suite, c'était à Montréal que nous nous sommes rencontrés, à l'un de ses passages, en tournée musicale...

Oui... Revival, c'est-à-dire la Relance... HOPE SENAYA avait fini par se relancer dans la vie, se donner des ailes pour vivre son rêve à travers la musique, le dessin, la poésie de ses œuvres artistiques. C'est l'ensemble de ses œuvres que nous nous devons de célébrer au Togo....

Obstinément, Jimi Hope, l'artiste inconditionnel nous a donné ce qu'il pouvait. Et c'est beaucoup. Chapeau l’artiste !

Merci Hope...
Salut l'artiste...
Au revoir... Pour ton voyage, à côté de ton immense héritage, tu n'as été rien de moins qu'une Tempête Calme... À la togolaise, sans doute, une tempête vient de se calmer... Bon voyage...

Bon voyage avec ces quelques paroles des Creedence Clearwater Revival:
Quelqu'un m'a dit il y a longtemps
Someone told me long ago

Il y a un calme avant la tempête
There's a calm before the storm

Je sais que ça fait longtemps que je viens
I know it's been comin' for some time

Quand c'est fini alors ils disent
When it's over so they say

Il va pleuvoir un jour ensoleillé
It'll rain a sunny day

Je sais briller comme de l'eau
I know shinin' down like water

je veux savoir
I want to know

As-tu déjà vu la pluie?
Have you ever seen the rain?

je veux savoir
I want to know

As-tu déjà vu la pluie
Have you ever seen the rain


PSA
[5 août 2019]




HOMMAGES & TÉMOIGNAGES
HOMMAGES & TÉMOIGNAGES
Jimi Hope… À l’Étage de l’Espoir

« Au commencement était le verbe, le verbe de l'artiste, le verbe créateur d'espoir et de vie, de vie évoquée même sur les détritus, les lambeaux, sur ce qui est usé, brisé, broyé, pourri... Espoir de vie reconstituée, comme l'a rêvé le prophète au sujet des ossements.

Espoir et non ambitions foncièrement personnelles, égoïstes qui se révèlent tôt ou tard vaines, comme les rêves de ce crabe qui s'imaginait sur le balconnet ou dans le salon de la plus somptueuse, la plus haute maison à étages et qui finalement, tel est le sort du crabe, se retrouve au sommet d'un bon plat d'aglanpilon (pâte de gari bien assaisonnée à l’huile). Les observateurs et admirateurs l'interrogent gentiment : " Aglan eee, wo tu asaŋ a? " (Monsieur le Crabe, avez-vous fait construire une maison à étages ?)

Bon appétit à ceux qui savent savourer, non seulement un bon plat d'aglanpilon (crabe à la pâte de gari), mais aussi l'humour épicé de Jimi Hope.

Salut l'artiste devenu immortel. »

Senouvo Agbota Zinsou
Munich, Allemagne
[6 août 2019]


Jimi Hope… Never Give Up!

« Paisible répit et doux repos à ce Hope qui a nourri de ses rêves des générations de fans et de Togolais qui ont connu et/ou suivi notre "Hendrix" des tropiques.

Je ne suis pas mélomane du rock que je trouve parfois éloigné de nos tessitures du terroir. On est loin de penser que j'ai vu naître l'art de Hope en ces temps d’esclandres de 1975 où j'ai accueilli instrumentistes virtuoses et chanteurs de tous registres à Lomé. Oui j'ai fait ça aussi et en ces temps-là que nous croyions éloignés puis ravivés par le départ de Hope.

Jimmy, je l'ai introduit à un coopérant français, mécène dans l’âme, un certain Claude Legree, nous étions en charge d’écouter, d’apprécier, de critiquer et de faire fleurir une âme chanteresse. Nous avons vu émerger alors un artiste et avant lui un homme intrépide, travailleur, jamais ne désespérait par la difficulté, celui qui m'a appris... NEVER GIVE UP! Celui qui nous a quittés a semé en chants et jeux de guitare, le bon grain de l'effort du beau et du bien.

Digne fils du pays… Je te salue d'admiration grande et de respect pour la Lumière du créateur. »

Emmanuel Isidore Bocco
Poitiers, France
[8 août 2019]



Jimi Hope... Sans Frontières

« Jimi était l'une des personnes les plus extraordinaires et les plus talentueuses que j'ai rencontrées durant mon mandat au Togo. Il avait un niveau incroyable d’énergie créative et qui me paraissait sans limites. Il se souciait beaucoup de la jeunesse togolaise et a encadré de nombreux jeunes artistes. Son rêve était de créer une école d'art et mon épouse et moi l'y avons fortement encouragé (…)
J'ai joué avec Jimi dans de nombreux endroits à Lomé et il avait une capacité magique à animer le public. Je n'oublierai jamais le jour où j'ai joué avec Jimi pour des milliers de personnes dans les rues de Dékon à l'occasion de la Fête de la Musique. Juste avant de quitter le Togo en mars 2019, j'ai rejoint Jimi en studio pour enregistrer une nouvelle chanson, " Mokpokpo" (Espérance), qui exprimait son espoir pour l'avenir du Togo et de ses jeunes. Jimi était un personnage singulier et il n'y en aura jamais un autre comme lui. Son départ est une perte énorme pour le Togo et pour le monde artistique. Je me sens incroyablement chanceux d'avoir été son ami. »

David Gilmour
Ancien ambassadeur des États-Unis d'Amérique près le Togo, et musicien saxophoniste.
Washington DC, États-Unis
[8 août 2019]


JIMI HOPE… HOMMAGE MÉRITÉ

Hier, l’opinion togolaise, notamment les réseaux sociaux, ont connu une avalanche d’éloges, d’hommages et de témoignages pleins d’émotion suite au décès de Jimi Hope, le plus grand artiste togolais de notre temps. Artistes, hommes politiques, étudiants, ouvriers, personnes âgées et jeunes ont salué le départ de celui qui a marqué au moins trois générations de Togolais.

Cependant aux antipodes de ces hommages, des bémols, comme toujours, se sont élevés. Des moralisateurs, en perpétuels donneurs de leçons sous l’arbre à palabre de leur lassante mesquinerie, ont ouvert leur cahier de morale pour réprimander ceux qui se pliaient devant la mémoire du disparu. Pourquoi a-t-on attendu sa mort pour lui rendre tous ces hommages ?

Et pourtant ! On peut tout reprocher au peuple togolais, sauf d’avoir négligé Jimi de son vivant. Ayant assisté à plusieurs reprises aux concerts du rockeur au CCF, je peux témoigner que l’homme ne jouait pas dans des salles vides. Ses concerts ont toujours rassemblé différentes générations de Togolais, même si le rythme dans lequel il s’est spécialisé, le rock ou le blues qu’il chante généralement en éwé et en mina, n’est pas particulièrement prisé au Togo.

Jimi Hope était un monument au Togo. Le savait-il ? Oui. Il le savait à travers tous ces jeunes chanteurs, peintres, sculpteurs qui se l’arrachaient comme père spirituel. Il le savait à travers ces saluts affectueux et ces interpellations pleines de tendresse, d’amour et de reconnaissance qui fusaient partout sur son passage, quand il promenait son imposante silhouette dans les rues de Lomé, sa guitare au dos. Jimi Hope, et il le savait, faisait partie de ces très rares artistes qui ont fermé les yeux à la vie, convaincus de leur propre immortalité.

On pourrait peut-être reprocher aux autorités togolaises de n’avoir pas fait assez pour l’honorer de son vivant. Mais ce débat sur un État failli, on ne le fera pas autour de la dépouille de notre illustre disparu.

Quant à ceux qui reprochent à la star sa proximité avec Faure Gnassingbé et son régime, je réponds par cet adage éwé : « Ce n’est pas parce que la musaraigne arrive au bal du lion que le tigre doit se retirer. » Lorsque déjà Jimi Hope avait conquis nos cœurs d’enfants, d’adolescents et d’adultes, personne n’imaginait qu’il y avait quelque part dans ce rectangle togolais un oiseau de mauvais augure nommé Faure Gnassingbé.

Le fils d’Eyadema ne peut pas nous arracher jusqu’à ces êtres les plus chers qui ont commencé à faire notre bonheur avant qu'il ne s’incruste, maléfique boucher, dans nos vies. Jimi Hope est nôtre. Il le restera à jamais. Et même s’il avait rendu l’âme dans les salons de Lomé 2, nous serions partis le chercher pour l’honorer.


David Kpelly
Bamako, Mali
[6 août 2019]



1 2 3 4 5 » ... 662