Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Que les esprits se reposent.
Que la sagesse nous inonde.
Que l'intelligence politique nous assiège.


Les Rameaux du Grand Pardon
Les Rameaux du Grand Pardon

C'est probablement un passage obligé ; c'est une étape nécessaire pour tous les fossoyeurs, les planteurs de couteau patentés qui, souvent, sont de parfaiits trompeurs et de véritables incultes de l'éthique républicaine propre à la politique. Oui! La fausseté ne fait pas politique ; elle n'en fera pas sur le territoire togolais, encore moins dans sa Diaspora. Ce fut une question de temps. L'heure, cette heure-là, elle a fini par sonner : dure, saccadée et amère pour nous tous. Une heure presque fatale pour une si longue lutte...

Que les esprits se reposent.
Que la sagesse nous inonde.
Que l'intelligence politique nous assiège.
Qu'ici même, là, tout autour de nous, plus loin encore là-bas dans nos actes isolés du dire et du faire, dans notre combat laborieux pour la Dignité, que la noblesse et la générosité nous restent permanentes.

Nous en sommes convaincus. Tellement que nous allons chercher cette intelligence politique et commencer à nous en abreuver à Duisbourg, à la source d'une expérience togolaise authentique empreinte de résultats. La seule expérience d'ailleurs dans le registre du succès respectueux de toutes les capacités de générosité, d'ambition et d'intégration que le Togo ait enfanté.

C'est aussi notre fierté à ne pas hurler avec les loups et les oiseaux de mauvaise augure. C'est grandement notre capacité à honorer à la fois notre Héritage ainsi que notre Avenir. Et, au-delà de tout, malgré tout, nous tenir prêts, nous soumette même aux rameaux du Grand Pardon indispensable au devoir de terminaison de l'oeuvre commune du retour à la République au Togo...


Tenons bon


PSA

[14 avril 2019]

Silence


Rédigé par psa le 14/04/2019 à 23:05



À un an des élections présidentielles de 2020, un curieux vent s’est levé sur le Togo. En ce début d’avril, la traversée de ce typhon togolais a des chances de se poursuivre pour longtemps encore. Des vents contraires à l’objectif commun sont ainsi soufflés, maladroitement, par des acteurs de tout acabit, de tout poil, de toute infirmité.


Eliana Minillo: Miroir de la Mariée
Eliana Minillo: Miroir de la Mariée


À un an des élections présidentielles de 2020, un curieux vent s’est levé sur le Togo. En ce début d’avril, la traversée de ce typhon togolais a des chances de se poursuivre pour longtemps encore. Des vents contraires à l’objectif commun sont ainsi soufflés, maladroitement, par des acteurs de tout acabit, de tout poil, de toute infirmité.

Cette violente œuvre à laquelle s’adonnent les « mauvais esprits qui gênent l’unité » d’action ne produira que de périlleux résultats pour tous : de redoutables vaincus et de redoutables vainqueurs. Avec cette étrange et inutile guerre, il va bien falloir faire une paix un jour pour en arriver à l’essentiel : le combat pour la Dignité des femmes et des hommes du Togo.

La lutte politique au Togo s’est de nouveau transformée en des combats personnels, des batailles d’ego, des rivalités de couleurs. Aucune cause commune ne semble plus être portée, avec générosité, sans qu’un parti ou une personne y soit identifié et encensé. Alors que le combat vrai n’a qu’un seul adversaire : le régime têtu et inefficace de Faure Gnassingbé qui, pourtant, devrait se soulager d’un État de droit au Togo en se négociant une amnistie pour lui et les siens, y compris tous les Adowuinon de son gynécée.

Pour ainsi dire, il est illusoire que des théories politiques inadaptées, conçues dans des environnements politiques qui eux-mêmes n’existent plus, se transforment, par magie et enchantement, en des solutions au cas togolais très distinctif. C’est curieux qu’au Togo, les seules pensées politiques autonomes aient été si longtemps abandonnées, presque oubliées, au profit des incantations saisonnières de nature guerrière, faite de slogans creux, aliénants et attentatoires à ceux-là mêmes qui possèdent le terrain et ont toujours produit des résultats confisqués par le pouvoir.

Ce long préliminaire à somme nulle doit prendre fin. Tout en le disant, il est difficile d’y croire soi-même. Tellement, les uns et les autres sont allés loin dans la médisance et la malfaisance. Hélas ! Mais, avons-nous le choix ? À part l’intégrité et la rigueur, avons-nous le choix que la flexibilité, la générosité, le travail, la liberté, la patrie, la vaillance ?

En un temps pas si lointain, il nous était demandé de rendre les armes, avec elles nos ego et orgueils, et de ne viser que la République. Il se disait encore en ce mois d’avril là, avec espoir, détermination et conviction : ici, «La nuit est longue, mais le jour vient»; ailleurs, « Nous rendrons tout à une seule condition : c’est que nous ne ferons qu’un seul Peuple, qu’une seule Famille, qu’une seule République ». Sommes-nous allés trop loin ces dernières semaines ?

PSA
[2 avril 2019]


Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 02/04/2019 à 09:25
Tags : Démocratie Togo Notez



1 2 3 4 5 » ... 656