Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




Une association basée à Bordeaux (sud-ouest) a lancé une campagne destinée à "débaptiser les rues portant des noms de négriers", un projet que le maire de la ville, l'ancien Premier ministre Alain Juppé juge "absurde" nous apprend l’Agence France Presse (AFP). « Droit dans ses bottes », on retrouve ici mon ancien professeur dans sa rigidité qui souvent lui est nuisible. S’il est difficile de se prononcer sur l’issue de cette démarche qui interpelle le passé indubitablement négrier du port de Bordeaux et de certains des notables citoyens de la ville, on ne peut rejeter de revers de la main la portée interpellatrice de cette démarche. Le monde évolue et « Seul le changement est permanent », aurait dit Héraclite dans les circonstances. Autant ceux-là qui demandent le dépoussiérage de « Tintin au Congo » n’ont pas tors à priori, ceux-ci qui interrogent l’encensement des négriers girondins méritent d’être écoutés.


Débaptiser les rues de négriers
L'association Diverscités, qui se présente comme une "Fondation européenne du mémorial de la Traite des Noirs" et désireuse « d’ouvrir le futur à tous par son combat contre l’oubli de la Traite des Noirs et de l’esclavage» entend faire débaptiser des rues principalement à Bordeaux et à La Rochelle (sud-ouest), ainsi qu'à Nantes et au Havre (ouest).
"On ne peut pas accepter la reconnaissance publique attribuée à des gens coupables de crime contre l'humanité", a affirmé à l'AFP Karfa Diallo, président de l'association. "L'idée, c'est quand même de changer le nom de ces rues", dit-il même s'il invite aussi à réfléchir à une alternative qui consisterait à apposer une plaque explicative à côté du nom de la rue. Diverscités dont le texte de la pétition est consultable sur son site internet dit s'inscrire "dans une démarche pédagogique".
"Je ne vais pas m'engager dans une telle procédure (...), c'est absurde", a réagi lundi Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, interrogé par l'AFP. "Ces rues ont été baptisées parfois bien des années après que le commerce triangulaire a été interrompu. (...) Surtout c'est une question de principe, on ne va pas se mettre à débaptiser toutes les rues. Les familles ne sont pas responsables de ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.
À Bordeaux, Diverscités aurait déjà recueilli, selon son président, 2.500 signatures depuis le lancement de la campagne le 23 août, journée internationale du souvenir de la traite des noirs. M. Diallo table sur 10.000 signatures par ville, qui seraient remises aux maires le 10 mai, date de la commémoration annuelle de l'abolition de l'esclavage.

Contact Diverscités: 37, rue du Colonel Grandier-Vazeille 33000 Bordeaux (France). Tél: 33 (05) 56 99 14 62. Courriel: diverscites@gmail.com - Site : www.diverscites.eu


Diplomatie Publique


Rédigé par psa le 15/09/2009 à 00:21