Profil
Pierre S. Adjété
Pierre S. Adjété
Né à Lomé, PSA a fait ses études au Togo, au Gabon et au Canada. Actuellement fonctionnaire dans l’administration fédérale canadienne, PSA est essayiste, partisan du « Grand Pardon » et adepte de l’Éthique dans l’espace public; il est un acteur engagé dans des initiatives citoyennes et républicaines.




"Supposons qu'un juge évalue une demande de révocation d’un procureur et qu'un groupe de religieuses et d'évêques présente au juge une vidéo montrant le procureur acceptant une mallette pleine d'argent de l’avocat de la partie adverse. Le juge devrait-il rejeter la demande de révocation du procureur dans cette affaire?"





Aux États-Unis, la Cour décide : Agbéyomé Président!



Pour une Cour d’Appel fédérale des États-Unis, à Washington DC, Agbéyomé KODJO a gagné la Présidentielle du 22 février 2020 au Togo.

Le favoritisme, le clientélisme, la partialité ou le népotisme n’est qu’une forme de corruption qui pervertit la démocratie aux États-Unis et l’idéal de démocratie au Togo. Le défaut de publier les résultats de la présidentielle BV par BV corrompt la victoire de Faure Gnassingbé et favorise Agbéyomé KODJO.

C’est la déduction logique, fidèle aux Constituions des États-Unis d’Amérique et du Togo, qui ressort de l’affaire du général Michael Flynn. Ami de Donald Trump, ce dernier a demandé que les poursuites contre le général Michael Flynn soient abandonnées. La demande portée par le ministre de la Justice, William (Bill) Barr, et présentée devant une Cour d’Appel fédérale vient d’être rejetée.

Pourquoi? Simplement dit, en dehors des subtilités juridiques, voici l’argument du tribunal d’Appel: Favoriser un ami du président n’est pas constitutionnel. C’est une corruption des principes démocratiques, comme si le système de justice venait d’accepter une corruption, un pot-de-vin, publiquement.


Échec au Test du Rire


Une fois que la démocratie et l’idéal de démocratie sont inscrits dans une Constitution, la Justice doit y veiller scrupuleusement. Que ce soit à Lomé ou à Washington DC, à Lima ou à Berlin, à Londres ou à Islamabad, etc.

La bouffonnerie du ministre de la Justice Bill Barr et de ses avocats a été démontrée à travers le questionnement de l’un des juges de la Cour d’appel à l’avocat principal du ministre : "Supposons qu'un juge évalue une demande de révocation d’un procureur et qu'un groupe de religieuses et d'évêques présente au juge une vidéo montrant le procureur acceptant une mallette pleine d'argent de l’avocat de la partie adverse. Le juge devrait-il rejeter la demande de révocation du procureur dans cette affaire?"

Ridiculement… Pour rester droit dans leurs bottes… "Oui!" ont répondu les avocats du ministre Barr, de l’État américain et de Michael Flynn. Selon eux, la séparation des pouvoirs signifie qu’un tribunal doit accepter la décision du pouvoir exécutif de classer une affaire pénale, même si elle est obtenue en situation de flagrant délit. Ils venaient d’échouer, tous, au test du rire général.

Les religieuses et les évêques représentaient également le principe de l’indépendance même de la Justice ainsi que celui de la valeur intrinsèque de la Démocratie, en tant que fondement de la Constitution. En aucun cas, ces principes ne peuvent être sacrifiés pour faire plaisir à quiconque, même pas à un président de la République, Faure Gnassingbé ou Donald Trump.

À travers cette décision, l’ami du président pas plus que le président lui-même ne peut avoir raison sans donner l’impression, vraie et dommageable, que la Justice est instrumentalisée et est à double vitesse.

Parce qu’elle est instrumentalisée et à double vitesse –assortie des bouffonneries publiques d'Aboudou Assouma et autres, autant que dans leur refus de publier les résultats détaillés par Bureau de vote, l’Éthique de préservation de la République s’impose : Agbéyomé Kodjo est président élu du Togo… La Justice américaine le confirme ainsi, en appel, non pas à Lomé mais dans la capitale du monde où la densité des avocats est probablement la plus élevée sur Terre...

Partout, la Loi possède son fondement éthique et lui est rigoureusement soumise. Dans le cas togolais, ce principe fondamental de la démocratie est bien inscrit dans la Constitution… Comme partout ailleurs.

L’imposture de la dictature, n’a pas d’avenir. L'imposture de la confiscation du pouvoir ne s'impose donc pas à Gabriel Messan Agbéyomé KODJO, l'élu majoritaire des citoyens du Togo.

Les juristes togolais ainsi que les partis politiques doivent modeler leurs arguments et stratégies, désormais, au lieu de passer leur vie à courir derrière des procès-verbaux que le régime er la fameuse CENI leur refuse toujours à longueur des élections… Plaider le "Principe de la Démocratie" plutôt que leur course infructueuse aux procès-verbaux…


PSA
[1er septembre 2020]


Diplomatie Publique


Rédigé par PSA le 02/09/2020 à 07:58



Il y a plus dangereux que les contestations politiques dans un pays. Ce qu’il y a de plus dangereux, c’est l’étouffement des populations par la violence d’État assidue, conquérante, en vue du confort dans l’inaction politique et dans la dormance gouvernementale, et pour un silence total digne d’un Peuple au cimetière.


Togo… La République Cimetière
Il ne se passe pas grand-chose au Togo. Les acteurs politiques se regardent en chiens de faïence, immobiles et impassibles. Six mois après les élections du 22 février 2020, de l’économie à la politique, en passant par l’effervescence sociale et culturelle, tout est à l’arrêt ; la République aux oubliettes, les affaires à la dormance, l’ordinaire à la débrouillardise, à la corruption et au sauve-qui-peut. L’Éthique républicaine est aux arrêts; elle est menottée au quotidien.

Une situation aussi inextricable, au Togo, ne peut continuer à créer le silence. Tout un pays, le Togo, continue à vivre une expérience irréelle, comme résultat de l’usage excessif de la force brute sur les populations et sur les adversaires politiques. Le Togo s’est placé dans une posture fictive pour son époque.

La quête de démocratie ne peut continuer à être rayée du Togo, et toute velléité d’émancipation citoyenne ou de pensée de retour à la République, aussi violemment réprimée au moindre soupçon. À vaincre sans péril ni contestation, l’on ne peut que triompher sans aucune gloire ni possibilité de jouissance d’une prétendue victoire à 70%.


Évidente anomalie!


En l’état actuel, le Togo est vidé de sa substance. Le pays reste dans un état végétatif, pâle et blafard, incompatible avec son époque ainsi que les évolutions palpables des autres pays de son environnement immédiat. Nul ne peut imaginer les militaires togolais en phase avec les autres citoyens, à l’exemple du Mali, du Burkina, du Ghana et autres. La terreur instituée et véhiculée par les uns fait fuir les autres à la seule apparition, et de loin, de la gent en uniforme. C’est toujours ça en 2020, le Togo de frayeur accumulée et de profond traumatisme.

Comme si l’évolution du monde s’est arrêtée aux frontières du Togo, comme si l’alternance ou le changement n’est plus à l’ordre du jour, la démocratie effective ne peut être effacée de l’âme de tout un pays. Un contexte aussi paradoxal ne peut continuer à créer la quiétude. Bien au contraire, ce contexte doit déranger les tenants d’un tel pouvoir impérieux et dictatorial.

Il y a plus dangereux que les contestations politiques dans un pays. Ce qu’il y a de plus dangereux, c'est la perte de confiance, c’est l’étouffement des populations par la violence d’État assidue, conquérante, en vue du confort dans l’inaction politique et dans la dormance gouvernementale, et pour un silence total digne d’un Peuple au cimetière.

La gloire d’un pays, celle de ses dirigeants, c’est le sourire et l’enthousiasme de la liberté au visage des citoyens. Un sourire et un enthousiasme qui contribuent aussi bien au Produit national brut qu’au Bonheur national brut. Par les temps qui courent, avec ou sans masque, n’allez pas demander aux Togolaises et aux Togolais de vous offrir leur sourire et leur enthousiasme… Jusqu’à quand ?

Il est évident que ce paradoxe, une telle incongruité monarchiste dans une République au 21e siècle, ne peut plus durer longtemps… Éduquons en conséquence nos réflexions ainsi que nos actions et… Tenons bon !



Mot à Maux


Rédigé par PSA le 22/08/2020 à 07:00
Tags : Démocratie Togo Éthique Notez



1 ... « 4 5 6 7 8 9 10 » ... 697